Stattmatten

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Stattmatten
Blason de Stattmatten
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Bas-Rhin
Arrondissement Haguenau
Canton Bischwiller
Intercommunalité C.C. Rhin-Moder
Maire
Mandat
René Bondoerffer
2014-2020
Code postal 67770
Code commune 67476
Démographie
Gentilé Stattmattenois, Stattmattenoises
Population
municipale
679 hab. (2011)
Densité 173 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 47′ 51″ N 8° 00′ 12″ E / 48.7975, 8.0033 ()48° 47′ 51″ Nord 8° 00′ 12″ Est / 48.7975, 8.0033 ()  
Altitude Min. 116 m – Max. 122 m
Superficie 3,93 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Stattmatten

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Stattmatten

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Stattmatten

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Stattmatten

Stattmatten est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'altitude minimale et maximale de Stattmatten sont respectivements de 116 m et 122 m.

Stattmatten est arrosé par la Moder.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Stattmatten
Rountzenheim Auenheim
Sessenheim Stattmatten Fort-Louis
Dalhunden

Activités et commerce[modifier | modifier le code]

Depuis 2011, le village de Stattmatten accueille un coiffeur. Le village a aussi à sa portée deux stades de football et un terrain de paintball.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce petit village du Ried du Nord, à l'écart des grands axes routiers, compte actuellement 599 habitants. Si les premières archives mentionnant son nom remontent au XIVe siècle, la naissance de Stattmatten devait se situer aux environs du IXe siècle. En 1359, le village passe avec dix autres communes de l'Uffried aux mains des barons de Fleckenstein. Une légende transmise par les générations raconte que le village fut fondé par une famille suisse, les Heintzen, qui en longeant le Rhin fut émerveillée par la beauté du site. Elle amarra son bateau près d'une berge, un quai actif près d'une prairie verdoyante (Statt en den matten) et finit par s'y établir définitivement. L'histoire de la bourgade est étroitement liée à celle du Rhin, frontière naturelle et zone de passage des gens de guerre. Stattmatten faillit disparaitre comme d'autres villages dans les méandres des pillages, mises à sac et autres horreurs de guerre. Celle de Trente Ans (1618-1648) fut la plus meurtrière et rares furent les familles qui survécurent en se réfugiant sur les îles du Rhin. Lors de la guerre de Succession d'Espagne (1701-1714), le maréchal de Villars, commandant les troupes du roi de France livra en 1706 une bataille importante contre les armées du Prince de Bade qui lui permit entre autres de prendre le tête du pont du Rhin à Stattmatten. Lors de l'extinction de la lignée mâle des Fleckenstein en 1720, le village passa jusqu'à la Révolution aux mains du Cardinal Rohan Soubise. La population de Statmatten a payé un lourd tribut lors des deux guerres mondiales. Dans les siècles passés, la plupart des habitants vivaient de la pêche, de la batellerie et de l'agriculture. On rencontre également quelques orpailleurs qui restent en mémoire par les surnoms familiers (Hofname) tels que Goldriecke ou Goldschaengel. La réforme protestante fut instaurée en 1543.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Stattmatten

Les armes de Stattmatten se blasonnent ainsi :
« De sinople à la croix d'argent, chargée en cœur d'un tourteau du champ. »[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours René Bondoerffer[2]    
mars 2001 mars 2008 René Bondoerffer    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 679 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
293 234 291 474 479 456 455 466 420
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
388 375 371 360 367 342 333 339 368
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
362 379 419 397 378 407 412 384 354
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
339 375 423 544 570 598 646 657 677
2011 - - - - - - - -
679 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]