Sessenheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Sassenheim.
Sessenheim
Place de la Mairie.
Place de la Mairie.
Blason de Sessenheim
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Bas-Rhin
Arrondissement Haguenau
Canton Bischwiller
Intercommunalité C.C. Rhin-Moder
Maire
Mandat
Robert Metz
2014-2020
Code postal 67770
Code commune 67465
Démographie
Population
municipale
2 177 hab. (2011)
Densité 237 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 47′ 52″ N 7° 59′ 14″ E / 48.79777778, 7.9872222248° 47′ 52″ Nord 7° 59′ 14″ Est / 48.79777778, 7.98722222  
Altitude Min. 118 m – Max. 122 m
Superficie 9,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Sessenheim

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Sessenheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sessenheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sessenheim

Sessenheim est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Alsace.

Sessenheim a acquis une certaine notoriété dans l'histoire de la littérature à la suite de l'idylle nouée de 1770 à 1771 entre Johann Wolfgang von Goethe alors étudiant en droit à l'Université de Strasbourg et Frédérique Brion, la fille du pasteur du village. Cette idylle est représentée par une gloriette restaurée se situant sur une butte aménagée aux abord de la commune. Au cœur du village à deux pas de la mairie, le Musée Goethe à l'Auberge au Bœuf dédié à l'écrivain se trouve dans une salle annexe d'un restaurant.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est constituée à l'origine de la paroisse de Sessenheim et de celle de Dengolsheim (Dängelse en alsacien), lieu-dit qui a donné son nom à l'actuel quartier de Dengolsheim au sud du village.

La commune est baignée par la Moder.

Situation[modifier | modifier le code]

Sessenheim se situe à :

À vol d'oiseau, le village est à 414 km de Paris.
La commune française la plus éloignée est Urepel, située à 964,6 km.

La Moder coule au sud du village, à la limite de la commune de Dalhunden.

La localité se trouve sur la Réserve naturelle régionale de Sessenheim Kreisleeren.

Communes limitrophes de Sessenheim
Soufflenheim Rountzenheim Auenheim
Soufflenheim Sessenheim Stattmatten
Drusenheim Dalhunden Dalhunden

Les communes limitrophes sont : Stattmatten à 1,32 km, Auenheim à 2,17 km, Rountzenheim à 2,49 km, Dalhunden à 2,66 km, Soufflenheim à 3,72 km et Drusenheim à 4,66 km.

Accès[modifier | modifier le code]

Sessenheim est situé sur l'axe Strasbourg - Lauterbourg qui longe le Rhin.
Le village est ainsi desservi par :

Le village est une étape sur la Véloroute Rhin EV 15 (1 320 km) qui relie la source du Rhin, située à Andermatt en Suisse, à son embouchure à Rotterdam.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Probablement nommé Sehsinheim à l'époque franque, le nom du village figure sous les noms de

Ernest Nègre explique ce toponyme par le nom du peuple Saxon: Sachsen/Saechsen en allemand (NPAG, I, 194a) + -heim « foyer, village »[3].

En alsacien, Sessenheim se dit Sähsem localement et Sähsene selon la prononciation strasbourgeoise répandue grâce à la notoriété que Goethe a apportée au village[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'époque franque, le bourg appartenait à la seigneurie de Fleckenstein. Il figure dans des documents liés à l'abbaye de Schwarzach, Wissenbourg et Lièpvre. Le village était le chef-lieu de la Prévôté du Rieth supérieur et son église était la mère-église de tout le canton[5].

Au début de la dernière guerre mondiale, la commune est évacuée dans la Haute-Vienne, à Bujaleuf. La population y séjourne pendant un an. Après la Bataille de France, les derniers évacués regagnent Sessenheim le 10 octobre 1940. Vers la fin des hostilités, la commune est durement éprouvée. Des combats féroces ont lieu dans les rues du village et aux alentours. Beaucoup de maisons sont détruites ou endommagées.


Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Sessenheim

Les armes de Sessenheim se blasonnent ainsi :
« De sinople aux trois cygnes d'argent, becqués et membrés de sable, mal ordonnés. »[6]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Robert Metz   membre de la communauté de communes de l'espace rhénan
Les données manquantes sont à compléter.

Activités[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune de Sessenheim investit et construit un city stade avec une pelouse synthétique et un parc de jeu pour les plus jeunes.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 177 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
860 734 772 1 052 1 097 1 047 978 1 066 1 029
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
918 950 950 937 915 991 1 017 996 1 033
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
989 1 002 979 951 965 1 015 1 020 1 017 1 087
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
1 213 1 301 1 482 1 530 1 542 1 783 2 023 2 177 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sessenheim


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]