Sport au Sénégal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La place du sport au Sénégal est très importante.

Football[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Équipe du Sénégal de football.
Joueuses de football sur la plage de Ngor

Le football est certainement le sport le plus populaire au Sénégal. Appelée les Lions de la Téranga par les medias étrangers et " Les Lions (du Sénégal)" par les Sénégalais, l'équipe du Sénégal de football est affiliée à la Fédération sénégalaise de football et à la FIFA depuis 1962.

Elle n'a pas encore gagné la coupe d'Afrique, mais a été tout proche en 2002 au Mali face au Cameroun en finale. Elle s'est aussi qualifiée pour la phase finale de la coupe du monde de la FIFA organisé en 2002 en Corée et au Japon, coupe du monde durant laquelle l'équipe a atteint les quarts de finale en battant notamment au premier tour la France en match d'ouverture 1-0. Son parcours a pris fin face à une très bonne équipe de Turquie qui finira en 3e position de la compétition.

Quelques joueurs célèbres :

Lutte sénégalaise[modifier | modifier le code]

Le champion Yékini au stade Demba Diop de Dakar
Article détaillé : Lutte sénégalaise.

La lutte traditionnelle sénégalaise est actuellement un secteur très en hausse, le secteur a connu un développement considérable ces dernières années, surtout sur le plan économique. La cagnotte a atteint les 120 000 millions de francs CFA ces deux dernières années. Le roi des arènes reste notre champion d'Afrique, Yékini, qui, en 2005, a pris la couronne sur la tête de Tyson (Mouhamed Ndao), lequel, par ailleurs, avait su la garder pendant presque 5 ans. Ce même Tyson fut battu à deux reprises par un autre poids lourd sénégalais, Sérigne Dia, dit Bombardier. Non content du verdict de l'arbitre à l'issue de son dernier combat avec Bombardier, Tyson a déclaré lors d'une conférence de presse la fin de sa carrière de lutteur.

Aviation légère[modifier | modifier le code]

Grâce à des conditions météorologiques souvent clémentes, l'aviation de loisir – notamment l'ULM – permet une approche inédite des paysages, dans une contrée par ailleurs dépourvue de montagnes. Cap Skirring et le Sine-Saloum constituent des destinations de choix.

Boxe[modifier | modifier le code]

Le boxeur Battling Siki
  • Battling Siki (1897-1925), champion du monde à 25 ans et premier Africain à remporter un titre mondial de boxe
  • Souleymane Mbaye, franco-sénégalais, champion de France WBC des lourds-légers

Basket-ball[modifier | modifier le code]

Clubs[modifier | modifier le code]

Joueurs[modifier | modifier le code]

Cyclisme[modifier | modifier le code]

Équitation[modifier | modifier le code]

Les disciplines équestres pratiquées au Sénégal comprennent l'équitation et les courses hippiques.

La Fédération Sénégalaise des Sports Équestres regroupe les pratiquants sportifs au sein de cinq associations et centres équestres fédéraux implantés essentiellement dans la capitale Dakar. Le saut d'obstacles est la discipline la plus pratiquée devant le dressage.

Des centres et fermes équestres réparties dans les zones touristiques proposent ballades et randonnées équestres.

Un Comité National de Gestion des Courses Hippiques gère les courses de trot et de galop pratiquées par huit écuries dans les différents hippodromes du pays.

Escalade[modifier | modifier le code]

Le Sénégal dispose de deux sites d'escalade équipés sur les falaises des Mamelles en bord de mer à Dakar et à Bandafassi dans le Sénégal oriental.

Le site de Dakar comprend environ 40 voies d'escalade équipées de points d'assurance présentant une cotation variant du 3+ au 8b pour des longueurs de 10 à 50 mètres. Le rocher de type granitique et basaltique est relativement friable et peu sûr, particulièrement hors des voies équipées. Des projets immobiliers remettent en question l'accessibilité d'une partie des falaises pourtant situées sur le littoral.

Une association d'escalade a été constituée mais la pratique de ce sport reste relativement confidentielle.

Natation[modifier | modifier le code]

La Piscine olympique nationale (Dakar)

La Fédération sénégalaise de natation et de sauvetage (FSNS) est membre de la Fédération internationale de natation (FINA)[1].

Au cœur d'un important complexe sportif, la Piscine olympique nationale a été inaugurée en 2002 [2]. Ses tribunes offrent 3 000 places assises.

Malick FALL depuis 2002 a été 5 fois champion d'Afrique et a obtenu plus de 20 médailles africaines.

Pêche sportive[modifier | modifier le code]

Le Sénégal est une destination recherchée par les amateurs de pêche sportive.

L'équipe nationale (Moussa Mbengue, Abdoulaye Kébé, Cyril Calendini, Dominique Dussaut) a remporté le championnat du monde de pêche sportive en 2002 (Italie) et 2003 (Sénégal), mais ne s'est classée que 13e à Durban (Afrique du Sud) en 2004. Son capitaine Abdoulaye Kébé est décédé accidentellement en 2007[3].

Rugby à XV[modifier | modifier le code]

Sport automobile[modifier | modifier le code]

À l'arrivée, la moto victorieuse de Cyril Despres au Lisboa Dakar 2007
Articles détaillés : Rallye Dakar et TransAfricaine Classic.

La Fédération Sénégalaise des Sports Automobile et Motocycliste regroupe depuis 1978 environ 150 licenciés au travers de 3 clubs pratiquant les disciplines automobile, kart et moto.

Des compétitions nationales et internationales se tiennent régulièrement dont l'épreuve d'endurance des 6 heures de Dakar et de nombreux rallyes internationaux.

Le Sénégal dispose du premier circuit automobile permanent d'Afrique de l'Ouest de 4 700 m aux normes FIA et d'un environnement propice à la pratique des rallyes.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Actualités de la FSNAT [1]
  2. Présentation de la Piscine olympique nationale [2]
  3. Nécrologie d'Abdoulaye Kébé [3]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Michael Ralph, « "Le Sénégal Qui Gagne": Soccer and the Stakes of Neoliberalism in a Postcolonial Port », Soccer & Society, 2006, n° 7-2, p. 300-317
  • (fr) « Le Centre national d'Éducation physique et sportive de Thiès (CNEPS) », Sénégal d'Aujourd'hui, décembre 1967, p. 11-13
  • (fr) Serigne Aly Cissé, Sénégal carton rouge, Dakar, Niamagne, 1995, 287 p.
  • (fr) Bernadette Deville Danthu, Le Sport en noir et blanc : du sport colonial au sport africain dans les anciens territoires français d'Afrique occidentale : 1920 1965, Paris-Montréal, L'Harmattan, 1997, 543 p. (ISBN 2738449786)
  • (fr) Guibril Diop, « L'influence du milieu socio-culturel sur le cheminement de l'athlète vers le sport d'élite au Sénégal », Université de Laval (Québec), 1998 (Mémoire de Maîtrise)
  • (fr) Henri-Charles Gallenca, « Le cercle de la voile de Dakar », Revue maritime, n° 135, juillet 1957, p. 815-899
  • (fr) Abdoul-Wahid Kane, Le Sport au Sénégal : analyse socio-historique de la diffusion et de l'encadrement des pratiques (1920-2005), 2005 (Thèse)
  • (fr) Fatou Dame Loum, Analyse des politiques publiques sportives au Sénégal de 1960 à 1998 : approche socio-politique de l'évaluation, 2004 (Thèse)
  • (fr) Abiboulaye Ndiaye, L’évolution de la politique du sport au Sénégal : l’exemple du football des années quarante aux années soixante dix, Dakar, Université Cheikh Anta Diop, 1990, 90 p. (Mémoire de Maîtrise)
  • (fr) C. A. T. Sarr, Le sponsoring au Sénégal : situation et perspectives. Exemple du football, Dakar, INSEPS, 1988, 77 p. (Mémoire de Maîtrise STAPS)
  • (fr) Pape Touré, Le Sénégal dans la coupe du monde, Mango Sport, 2002, 80 p. (ISBN 284270360X)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Khandalou, le club navétane, court métrage documentaire réalisé par Thioro Samb Alassane, Sénégal, Média-Centre de Dakar, 1998

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :