Simone (film, 2002)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Simone.

Simone

Titre québécois S1m0ne
Titre original S1m0ne
Réalisation Andrew Niccol
Scénario Andrew Niccol
Acteurs principaux
Sociétés de production New Line Cinema
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie satirique
Sortie 2002
Durée 117 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Simone[1] (ou S1M0NE) est un film américain d'Andrew Niccol, sorti en 2002.

Sur le ton de la comédie et de la satire, il interroge sur les nouvelles possibilités en création numérique et le « star-system » hollywoodien.

Résumé[modifier | modifier le code]

Viktor Taransky (Al Pacino), réalisateur hollywoodien sur le déclin, doit faire face au départ de la vedette capricieuse de son film. Comme plus aucun acteur ne souhaite travailler avec lui, son studio refuse de continuer la production. Alors qu'il s'y résigne, Taransky est abordé par Hank Aleno (Elias Koteas), informaticien loufoque et admirateur de son œuvre, qui lui propose d'utiliser des acteurs virtuels grâce à un programme développé pendant huit ans. Taransky refuse, mais quelques jours après, Aleno meurt et lui lègue le fruit de son travail : Simulation One[2], qui permet de créer et modeler à souhait une actrice totalement virtuelle, Simone.

Celle-ci subjugue le public et la profession qui ne décèlent pas la mystification, et devient en deux films la vedette absolue d'Hollywood. Cette notoriété profite à Taransky, qui estime enfin recevoir la reconnaissance qui lui est due. Mais effrayé par l'ampleur de la duperie et son identification à sa « création », il décide de saborder la carrière de Simone, mais le public n'abandonne pas sa vénération pour son idole.

Taransky décide alors de faire disparaître Simone, mais le leurre est trop parfait, et personne ne veut croire à la non-existence de celle-ci. Il est inculpé pour meurtre, et ne doit son salut qu'à son ex-femme et sa fille qui, découvrant la vérité, « recréent » Simone pour le disculper.

Ayant pris conscience de l'impossibilité d'arrêter le processus, ils inventent une famille virtuelle pour le couple Taransky/Simone et lancent leur actrice virtuelle dans une carrière politique.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Producteurs délégués : Bradley Cramp, Michael De Luca et Lynn Harris
Coproducteur : Daniel Lupi
Drapeau des États-Unis États-Unis : 23 août 2002
Drapeau de la France France : 18 septembre 2002

Distribution[modifier | modifier le code]

Sources et légende : Version française (VF) sur Voxofilm[4] et RS Doublage[5] / Version québécoise (VQ) sur Doublage QC[6]

Analyse du film[modifier | modifier le code]

Une actrice virtuelle ?[modifier | modifier le code]

« Our ability to manufacture fraud now exceeds our ability to detect it. »[7]

Le rôle de Simone est tenu par le mannequin Rachel Roberts, dont c'est la première apparition à l'écran. Cependant, la publicité du film proclamait qu'une véritable actrice virtuelle était utilisée. Rachel Roberts signa une clause de confidentialité lui interdisant de révéler à qui que ce soit son implication dans le film. Elle utilisait sur les plateaux le pseudonyme d'Anna Green, contraction de anamorphic green screen, le processus utilisé pour les scènes d'ordinateur, dont certaines sont effectivement des versions numérisées du visage de l'actrice[8].

Dans les premières copies distribuées, le générique ne mentionnait pas son nom, seulement Simone : As Herself (« Simone dans son propre rôle »). Les copies ultérieures furent tirées avec le nom de Rachel Roberts.

Pour créer Simone, l'actrice parfaite, Andrew Niccol déclare s'être inspiré d'actrices réelles :

« Simone est un mélange d'Audrey Hepburn, de Grace Kelly et de quelques autres. Nous l'avons conçue comme une personne moderne mais avec des éléments de beauté intemporels et indémodables. Certains autres éléments, au niveau de son corps ou de sa voix, sont également issus de grands noms, mais la plupart préfèrent rester dans l'ombre. Paradoxalement, Simone existe. Chacun des ingrédients qui la composent provient de la réalité. Elle n'est pas virtuelle. Elle est simplement l'assemblage composite de beaucoup d'éléments. C'est un puzzle[8]. »

— Andrew Niccol

Autour du film[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Graphié » S1m0ne sur les affiches.
  2. (Simulation One renvoie donc à la graphie de l'affiche S1m0ne : « Sim(ulation) one »)
  3. Dates de sortie
  4. « Fiche du doublage français du film » sur Voxofilm, consulté le 1er avril 2013
  5. « Fiche du doublage français du film » sur RS Doublage, consulté le 1er avril 2013
  6. « Fiche du doublage québécois du film » sur Doublage QC, consulté le 4 novembre 2014
  7. « Notre capacité à fabriquer du faux dépasse notre capacité à le détecter. »
  8. a, b et c Secrets de tournage - AlloCiné