Hamina

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hamina
Héraldique
Héraldique
L'hôtel de ville d'Hamina.
L'hôtel de ville d'Hamina.
Administration
Pays Drapeau de la Finlande Finlande
Région Vallée de la Kymi
Langue(s) parlée(s) finnois
Démographie
Population 21 295 hab.[1] (31 août 2012)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 60° 34′ N 27° 12′ E / 60.57, 27.260° 34′ Nord 27° 12′ Est / 60.57, 27.2  
Altitude Min. 0 m – Max. 100 m
Superficie 115 517 ha = 1 155,17 km2 [2]
· dont terre 609,51 km2 (52,76 %)
· dont eau 545,66 km2 (47,24 %)
Rang superficie (98e / 336)
Rang population (50e / 336)
Histoire
Province historique Uusimaa
Province Finlande méridionale
Fondation 1653
Droits de Cité depuis 1653
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finlande

Voir la carte administrative de Finlande
City locator 14.svg
Hamina

Géolocalisation sur la carte : Finlande

Voir la carte topographique de Finlande
City locator 14.svg
Hamina
Liens
Site web http://www.hamina.fi

Hamina (en finnois : Hamina, en suédois : Fredrikshamn) est une ville de Finlande située au sud-est du pays, dans la région de la Vallée de la Kymi.

Histoire[modifier | modifier le code]

La paroisse de Vehkalahti est fondée en 1336, peu après le Traité de Nöteborg entre la Suède et Novgorod. Le village principal est proclamé ville par Per Brahe en 1653, sous le nom de Veckelax Nystad, la nouvelle ville de Vehkalahti. La ville ne connaît aucun développement notable dans les années suivantes. Pire, elle est même totalement détruite par les armées russes en 1712 lors de la Grande Guerre du Nord.

Cette guerre sera finalement une occasion inespérée pour la cité. En effet, le Traité de Nystad signé en 1721 cède tout le sud de la Carélie, y compris le centre commercial et administratif de Vyborg, à l'Empire russe.

Les suédois ont alors besoin d'une nouvelle ville frontière qui gère le commerce et abrite des garnisons militaires. Ils fondent Fredrikshamn (devenue Hamina en finnois; littéralement le port de Frédéric) sur les ruines de la précédente ville, nommée en l'honneur du roi Frédéric Ier de Suède.

La ville est le projet de construction le plus ambitieux des années 1720 en Finlande. Les fortifications sont construites, et la ville se dote de son plan circulaire caractéristique qu'elle a conservé jusqu'à aujourd'hui.

En 1741, c'est une des principales places fortes de Finlande, mais ça n'empêche pas la ville d'être capturée et saccagée par les russes lors de la Guerre russo-suédoise de 1741-1743. Le traité d'Åbo entérine son annexion par la Russie, et le rôle de ville frontière suédoise échoit à Loviisa.

Fredrikshamn, même après la perte de la plupart de ses habitants suédophones, ne périclite pas pour autant. Elle abrite une importante garnison russe et l'administration de l'Église luthérienne pour les parties de Finlande administrées par la Russie.

En 1809, le traité de Fredrikshamn y met fin à la Guerre de Finlande, en rattachant toute la Finlande à la Russie. Fredrikshamn et les autres territoire orientaux sont rattachées en 1812 aux nouvelles conquêtes pour former le Grand-duché de Finlande.

Le Corps des cadets de Finlande y est fondé en 1819. Il est devenu aujourd'hui l'École des officiers de réserve de Finlande, toujours basée dans la ville.

Période moderne[modifier | modifier le code]

La fondation de Kotka prive Hamina de la révolution industrielle. Le développement de l'industrie se fera plus tardivement (après la Guerre de Continuation). Elle devient néanmoins à partir des années 1960 le deuxième port exportateur du pays, avec en plus un des plus importants terminaux pétroliers.

La commune rurale de Vehkalahti, à partir de laquelle la ville avait été fondée il y a 350 ans, est finalement rattachée à Hamina en 2003. Aujourd'hui, la municipalité est pratiquement une banlieue de Kotka sur la route de la frontière russe. Elle offre le visage d'une des plus belles villes historiques de Finlande, endormie dans ses remparts, avec de nombreux bâtiments du XVIIIe siècle et de la première moitié du XIXe siècle.

En 2009, Google décide d'implanter à Hamina, un de ses 3 centres de données européens au sein d'une ancienne usine à papier afin de bénéficier, entre autres, des eaux froides de la Mer Baltique. [3] [4]

Géographie[modifier | modifier le code]

Hamina est la plus orientale des 9 villes finlandaise bordant le Golfe de Finlande. Le sud de la municipalité est agricole, le nord plus forestier et sauvage. L'agglomération centrale et les quartiers situés le long de l'autoroute d'Helsinki concentrent près de 90 % de la population. La commune est l'avant dernière traversée par la nationale 7 (E18) en venant de l'ouest. Le centre ville n'est qu'à 40 km du poste frontière de Vaalimaa. Kotka est à 23 km (mais l'urbanisation entre les deux villes est presque continue), et Helsinki à 146 km.

La nationale 26, une des plus courtes du pays, la relie à Luumäki en Carélie du Sud (50 km), et par là à Lappeenranta (88 km).

Les municipalités voisines sont Virolahti à l'est, Miehikkälä au nord-est, Anjalankoski au nord et Kotka à l'ouest.

Démographie[modifier | modifier le code]

Depuis 1980, l'évolution démographique d'Hamina est la suivante[5]:

Année 1980 1985 1990 1995 2000 2005 2010
population 22 995 22 947 22 589 22 405 21 847 21 957 21 400

Architecture et urbanisme[modifier | modifier le code]

Les Bastions[modifier | modifier le code]

  • Historique

C'est en 1720 que débuta la construction des bastions de Hamina, selon un plan basé sur un concept italien datant du XVIe siècle. La forteresse est alors conçue en hexagone, aux six côtés duquel il fut attribué des noms de villes finlandaises; ces derniers englobent une ville circulaire, dont le centre est l'hôtel de ville[6]. Bâti en 1797, celui-ci fut rénové en 1840 à l'issue d'une incendie par Carl Ludwig Engel dans un style néoclassique. Huit routes s'y rejoignent selon un plan radial[6]. La construction de la forteresse, conduite par le Général suédois Axel von Löwen, n'eut cependant pas le temps d'aboutir. Lorsque les Russes s'emparèrent de la ville lors de la Guerre de 1741-1742, les bastions n'existaient encore que sous la forme de remparts de sable.

C'est pour protéger St-Pétersbourg, alors capitale impériale, que les Russes lancèrent un vaste projet de fortifications dans la Finlande du Sud-Est, mené par le Général Alexandre Souvorov. Les remparts de sable furent dès lors consolidés en pierre, tandis que le bastion central venait compléter le tout, en accord avec les concepts architecturaux russes de l'époque.

La forteresse de Hamina perdit toute son importance à l'issue de la Guerre de Finlande, qui vit la totalité de la Finlande cédée à la Russie. Une partie des fortifications fut démolie, dont le bastion d'Helsinki, situé sur l'actuelle place du marché. Cependant, outre cette démolition, les bastions traversèrent les trois siècles qui suivirent sans trop souffrir de l'Histoire, de telle manière qu'ils se présentent aujourd'hui sous leur forme quasi originale et continuent de caractériser Hamina par sa structure symétrique.

  • Actualité

Le bastion central (finnois : bastioni) fut conçu par les Russes comme dépôt central de la forteresse sous la forme de 58 casemates en arche construites en briques. Bâti au début du XXe siècle, sa rénovation pris une vingtaine d'années et fut terminée durant l'été 1998. Il fut décidé d'utiliser l'immense esplanade encerclée par le bastion comme lieu de festivité. On décréta dès lors nécessaire une couverture partielle et temporaire de l'esplanade en vue d'y accueillir différentes manifestations: une structure de toile semblait convenir particulièrement à cette utilisation. Les mensurations de l'édifice furent calculées en fonction des besoins du Hamina Tatoo, festival de musique militaire, c'est-à-dire de manière à abriter quatre mille personnes et un espace de parade de 30 m x 60 m. L'aire couverte est de 5 800 m2. Sa construction fut achevée en 1998 et coûta 3.25 millions de marks finlandais. Il s'agit du plus grand chapiteau d'Europe.

Le bastion central accueille, outre le festival international de musique militaire de Hamina, le Hamina Tatoo, qui a lieu tous les deux ans durant la première semaine d'août, différents concerts et manifestations en plein air.


Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

Routier[modifier | modifier le code]

Le marché d'Hamina est à 300m de la gare routière qui permet de prendre des bus express Helsinki, Kouvola, Lahti, Hämeenlinna, Lappeenranta, Savonlinna, Joensuu et pour l'aéroport d'Helsinki-Vantaa.

Ferroviaire[modifier | modifier le code]

La halte de Tavastila (fi) de Kotka est à 15 km du centre d'Hamina. La Halte de Kymi (fi) est à 20 kilomètres, la halte de Kyminlinna (fi) à 21 kilometres et la gare de Kotka à 26 km.

Aérien[modifier | modifier le code]

Le centre d'Hamina est situé à 153 km de l'aéroport d'Helsinki-Vantaa et à 87 km de l'Aéroport de Lappeenranta.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]


Galerie[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fi) « Väestötietojärjestelmä Rekisteritilanne 31.08.2012 », Centre finlandais du registre de la population (consulté le 27 décembre 2012)
  2. (fi) « Superficie par municipalité au 1er janvier 2011 », Maanmittauslaitos (consulté le 29 décembre 2012)
  3. (en) « Google Confirms Data Center in Finland », sur Datacenter Knowledge (consulté le 22 juillet 2014)
  4. « Descriptif du centre de données d'Hamina », sur Google Data centers (consulté le 22 juillet 2014)
  5. (fi) « Väestö kielen mukaan sekä ulkomaan kansalaisten määrä ja maa-pinta-ala alueittain 1980 - 2012 », Tilastokeskus,‎ 22 mars 2013 (consulté le 1 février 2014) (au périmètre du 1 janvier 2013)
  6. a et b (fi) « Hamina », Office de tourisme municipal d'Hamina