Sciences citoyennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Graphe présentant les liens entre grands acteurs susceptibles d'être concernés par des programmes ou projets de sciences citoyenne. Ce sont des acteurs potentiels de la gouvernance de ces projets et de l'utilisation des résultats des études.

Les sciences citoyennes sont des programmes de recherche associant des scientifiques et une participation « citoyenne » d'amateurs volontaires, d'amateurs éclairés, de spécialistes à la retraite, etc. Elles se sont notamment développées dans le domaine naturaliste, où dans le fil des sociétés savantes des siècles passés, une grande partie du travail se fait sur le terrain sans nécessiter de moyens coûteux ou de laboratoire, permettant à des non-professionnels de contribuer aux avancées en matière de connaissance et d'inventaires. Mais des objets plus lointain, astronomiques notamment font aussi l'objet de sciences citoyennes.

Le document Green Paper on Citizen Science: Citizen Science for Europe les décrit dans ces termes (traduction libre) :

« ... des activités de recherche scientifique auxquelles des citoyens contribuent activement par un effort intellectuel ou par l'apport de connaissances pertinentes, d'outils ou de ressources. Les participants fournissent des données et des lieux de recherche, soulèvent de nouvelles questions; ils collaborent avec les chercheurs à la création d'une nouvelle culture scientifique. Tout en effectuant des activités à la fois intéressantes et utiles, ces chercheurs bénévoles acquièrent de nouvelles connaissances et compétences, ainsi qu'une meilleure compréhension du travail scientifique. Ces pratiques en réseau, ouvertes et transdisciplinaires, améliorent les interactions science-société-politique et favorisent une recherche plus démocratique, où la prise de décision se fonde sur les résultats des recherches[1]. »

C'est un des aspects d'une gouvernance plus collaborative et citoyenne du bien commun que constituent les ressources naturelles[2], qui semble pouvoir se développer dans le contexte du Web 2.0. Ces sciences participatives sont aussi un moyen pour les citoyens de retrouver ou conserver le contact avec la Nature, tout en contribuant à la restaurer et protéger[3].

Principes[modifier | modifier le code]

Un grand nombre de personnes, amateurs parfois, dispersées dans le monde contribuent au repérage des étoiles, galaxies et évènements astronomiques. C'est un exemple de crowdsourcing.

On retrouve trois grands types de programmes de sciences citoyennes :

  1. des programmes initiés par des scientifiques, qui ont besoin de citoyens volontaires (experts, spécialistes, amateurs ou néophytes du domaine scientifique concerné) pour les aider à collecter un grand nombre de données, ou encore des données sur un vaste territoire ou sur une longue durée ;
  2. des projets d'initiative citoyenne, auxquels des scientifiques ou des équipes scientifiques se sont associés et intégrés ;
  3. des programmes initialement coconstruits entre scientifiques et citoyens intéressés par un même sujet d'étude ou objectif.

Dans tous les cas, les citoyens volontaires peuvent - en respectant un protocole préparé ou validé par des scientifiques - effectuer des observations, des mesures, des échantillonnages ou comptages et transmettre ces données (brutes ou préparées) afin qu'elles soient traitées et analysées par les scientifiques. À titre d'exemple, en 2010, environ 200 000 personnes ont contribué au monitoring des cours d'eau proches de chez eux pour la journée mondiale de l'évaluation de la qualité des cours d'eau « World Water Monitoring Day » [4].

Le suivi d'habitats, espèces ou écosystèmes via des indicateurs qui semblent pour la plupart indiquer une situation en déclin [5] doit être fait à large échelle, notamment pour évaluer le chemin qui reste à faire pour atteindre les objectifs de l'ONU en matière de biodiversité [6]. Certains indicateurs, concernant les poissons ou les oiseaux [7] donnent aussi des informations sur l'impact phénologique du dérèglement climatique [8]. Souvent un suivi temporel long et/ou sur de vastes territoires est nécessaire. Les scientifiques peuvent alors se faire assister, par des publics d'amateurs, des usagers ou des associations. La motivation de ces acteurs peut être déterminante pour l'ampleur et la qualité de certaines études[9].
On parle parfois de « parataxonomistes »[10] pour décrire des personnes n'ayant pas de formation scientifique mais employées comme assistant de chercheur sur le terrain. Ces parataxonomistes sont par exemple des étudiants, des écovolontaires ou membres de populations locales qui assistent des chercheurs dans leur tache. Selon les cas ils peuvent être formés ou non, ou bénéficier d'une petite formation initiale. Ils sont surtout utilisés en zone tropicale pour inventorier la biodiversité qui est particulièrement riche alors que les spécialistes capables de déterminer ces espèces sont rares.

Histoire[modifier | modifier le code]

Après le succès puis le déclin des sociétés savantes, des campagnes d'acquisition de données, favorisées par l'amélioration des télécommunications, se sont organisées à grande échelle en impliquant un grand nombre de participants. C'est ainsi qu'à été initié vers 1900, à l'échelle de toute l'Amérique du Nord, le Christmas bird count' (comptage d'oiseaux dans les 15 jours suivant Noël, chaque année, sous l'égide de la fondation Audubon) [11]. Ce suivi implique aujourd’hui environ 50 000 citoyens. En 1965, un autre suivi ornithologique, dit Breeding bird survey, a été mené en mai et juin (coordonné par le U.S. Geological Survey). Un autre suivi (Projet FeederWatch, consistant dès les années 1970 à relever les espèces dans les mangeoires de l'Ontario) a été élargi à toute l’Amérique du Nord en 1988[11].

Puis de nombreux autres projets ont suivi et été mis en œuvre.

Aspects organisationnels et juridiques[modifier | modifier le code]

L'esprit de ces projets est généralement participatif, scientifiquement très ouvert et non-concurrentiel, mais ils peuvent parfois aussi associer des citoyens à des structures privées ou publiques juridiquement contraintes par leurs statuts

  • Les budgets de ces projets étant souvent réduits, leurs auteurs utilisent souvent des logiciels libres ou les produisent pour les besoins du programme à partir d'outils open source, de formats ouverts, tout en recherchant une grande interopérabilité, voire une standardisation de présentation des données (nécessaire à l'interopérabilité, des SIG par exemple). Ils recherchent aussi une simplicité d'usage pour les non-spécialistes associés aux études. De même, ces projets produisent et utilisent volontiers des sources scientifiques dites « open access » (libre d'accès pour les francophones).
  • Ces programmes peuvent toutefois aboutir à la production de données potentiellement commercialisables, ce qui pose des questions juridiques particulières (il serait par exemple difficile d'imaginer imposer des clauses de confidentialité à des citoyens volontaires pour ce seul motif).
  • Le statut de données « brutes » (primaires), « secondaires » (Il peut y avoir une protection juridique des bases de données agrégées, vérifiées, triées, et commentées quand la réalisation de la base a nécessité des investissements humains, financiers ou en temps substantiels) ou « interprétées » et alors à forte valeur ajoutée) acquises par un groupe d'individu qui mutualisent leurs temps et certains moyens, peut avoir divers statuts juridiques, que ce soit dans un contexte de sciences participatives ou dans d'autres domaines collaboratifs[12]. Ce statut concernera notamment particulières concernant les droits de propriété, protection, diffusion ou réutilisations[12]. La donnée élaborée relève souvent du droit d'auteur car via l'interprétation et la subjectivité de l'auteur (ou des auteurs) elle présente une originalité. Des croquis ou photographies naturalistes peuvent aussi présenter un caractère artistique. Enfin, le droit des marques peut être évoqué quand l'auteur ou les auteurs (ONG, laboratoires, etc.) disposent d'une marque déposée.
    Un Livre blanc [13] a été publié à ce sujet par l'Office des données naturalistes d'Alsace (ODONAT).

Intérêts[modifier | modifier le code]

  • Les sciences citoyennes permettent d'obtenir des données sur de vastes espaces géographiques et de longues périodes de temps, ce qui est particulièrement important dans les sciences de la nature (écologie, biologie des populations, biologie de la conservation..) et du climat (phénologie).
  • Les programmes de sciences citoyennes sont souvent économiquement plus résistants.
  • Les citoyens représentent une force importante de travail, de compétences.
  • Les citoyens peuvent contribuer au développement de la recherche et enrichir les connaissances scientifiques. En retour, les scientifiques leur font part des résultats obtenus.
  • Les citoyens peuvent également contribuer à une accumulation de connaissances pour eux-mêmes ou pour des acteurs de la préservation de l'environnement : collectivités territoriales, réserves naturelles, associations, etc. Ces connaissances sont ensuite mobilisées pour mettre en place des actions ciblées de protection [14].
  • Lorsque les scientifiques sont actifs, les programmes de science citoyenne sont des processus de médiation scientifique privilégiés, rapprochant le citoyen du scientifique et l'invitant à comprendre les enjeux liés au thème des études auxquelles il participe.
    Comme le suggérait Jean-Michel Cornu[15], consultant international et expert européen dans le domaine des Nouvelles Technologies et de la Société de l'information et directeur scientifique de la Fondation Internet Nouvelle Génération (FING), impliquer les citoyens dans la réalisation même de la science est un moyen privilégié pour les sensibiliser aux méthodes et à la démarche scientifique. Le processus engendré par les programmes de sciences citoyennes irait donc au-delà d'une simple diffusion des connaissances.
    Il rendrait la science plus concrète, mieux comprise et plus proche de la vie quotidienne.
  • Les sciences citoyennes permettent d'améliorer le monitoring de la biodiversité[16] à moindre coût pour les États qui s'appuient de plus en plus sur des naturalistes bénévoles, en plus des scientifiques et bureaux d'études financés par exemple pour le monitoring de la biodiversité ;
    La Convention sur la diversité biologique (CDB) impose aux États signataires de produire des indicateurs évaluant leur performance en termes de frein à la perte de la biodiversité (16 indicateurs clés ont été identifiés pour le suivi des objectifs de la CDB). Un seul, intitulé «Tendances dans l’abondance et la répartition d’espèces indicatrices» (Trends in the abundance and distribution of selected species) » est un indicateur global direct de suivi de de la biodiversité « non-exploitée » [17].
    En France, ce monitoring est entièrement basé sur les données collectées par des bénévoles. Le temps de travail consacré à ce suivi correspond à une économie en coûts administratifs. Des chercheurs (du Muséum et d'Ifremer) l'ont chiffrée en 2010 à au moins 678.523€/an à 4,415,251 €/an (selon les scenarii retenus et rien que pour l'administration française) [17].
    La motivation des volontaires et leur nombre, ainsi que leur large répartition sur le terrain, compense et limite le risque de biais et de moindre neutralitée (non confirmée dans la littérature) dans les évaluations, bien qu’il faille sans cesse continuer à améliorer les protocoles, les valider et mieux utiliser les nouveaux outils (collaboratifs et informatiques notamment, qui permettent maintenant à des personnes de mieux contribuer à ce type de travail, en réseau, et sans formation spécialisée de longue durée. La formation des universitaires à la taxonomie a reculé faute de budget ou de priorité dans les pays de l'OCDE, et les bénévoles spécialistes des espèces, de l'identification, la taxonomie et recensement sont maintenant beaucoup plus nombreux que les professionnels [18].
    À titre d’exemple, pour recueillir un même type d'information (indicateurs pour l’évaluation de la biodiversité en Europe), les équipes sont constituées de 83 % de bénévoles en moyenne en Allemagne, et de 0 % en Pologne) à ses bénévoles [18].
Article détaillé : Monitoring de la biodiversité.

Limites[modifier | modifier le code]

Les sciences citoyennes ne semblent pas adaptées à tous les sujets :

  • l'objet étudié ne doit pas être dangereux ;
  • il doit idéalement être assez accessible, et pouvoir être appréhendé et observé par un néophyte ou amateur, si possible dans son environnement proche ;
  • certains domaines comme l'épidémiologie ou l'écoépidémiologie n'utilisent pas ce type d'approches, notamment pour des raisons de confidentialité des données relatives aux personnes malades et à leur vie privée.

Exemples de programmes de sciences citoyennes[modifier | modifier le code]

Programmes internationaux[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

Un grand nombre de programmes de sciences citoyennes existent en France, dont parmi les plus importants :

  • Vigie-nature, programme du Muséum national d'histoire naturelle né en 1989 à partir de celui du Suivi Temporel des Oiseaux Communs[19] :
  • Le programme Phénoclim [28], Observatoire des Saisons [29] ;
  • Migraction.net - le suivi des oiseaux migrateurs géré par un collectif d'associations naturalistes (associations fondatrices: LPO, OCL, CORA, GONm, Le Clipon, Picardie Nature, Groupe Ornithologique de Corse, Réserve Naturelle de l'Estuaire de la Seine) ;
  • Le réseau Visionature [5];
  • L'observatoire rapaces de la LPO;
  • L'atlas des oiseaux nicheurs de France métropolitaine [6]
  • L'Observatoire Naturaliste des Ecosystèmes Méditerranéens[30] ; ...
  • La carte de répartition des plantes de France de Tela Botanica[31];
  • En mer :
    • Programme Cybelle Méditerranée, initié en 2007 par l'association Cybelle Planète, est un réseau de plongeurs et plaisanciers amateurs qui participent au suivi à long terme et à grande échelle de l'état de santé de la biodiversité marine méditerranéenne[32].
    • Programme « En Quête d'Hippocampes » (initié en 2005 par l'association Peau-Bleue, pour mieux connaître et faire connaître les hippocampes), via une base de données (Hippo-ATLAS) alimentée par des plongeurs sous-marins et une étude pilote (Hippo-THAU dans le bassin de Thau, avec des plongeurs amateurs mais aussi avec des écoliers). Un illustrant atlas photographique servira à étudier leur variabilité [33].
    • Programme « Biolit », ou Biodiversité Littorale, mis en place par l'association Planète Mer en partenariat avec le Muséum National d'Histoire Naturelle, afin d'assurer le suivi de la biodiversité marine sur la façade atlantique et en méditerranée [34].
    • L'outre-mer s'avère également depuis peu particulièrement dynamique, fort de dizaines associations originales, comme par exemple l'association "Mon école, ma baleine"[35] en Guadeloupe ou le Groupe d'Étude des Mammifères Marins en Polynésie (GEMM)[36], qui organisent à travers des programmes participatifs des suivis environnementaux pouvant servir de marqueurs face à la rapide dégradation des écosystèmes, les abus du développement touristique et l'exploitation irraisonnée de l'océan tropical.
  • Dans le domaine de la sismologie, la sismologie citoyenne[37] du CSEM, Centre de sismologie Euro-Méditerranéen

Au Québec[modifier | modifier le code]

Il existe aussi plusieurs programmes de science citoyenne au Québec, notamment :

Porteurs de projet[modifier | modifier le code]

Ces programmes ont été lancés par des associations de protection de la nature, par des institutions de recherche ou encore des organismes publics. Malheureusement, ils sont encore trop rarement connus du grand public.

Perspectives[modifier | modifier le code]

Parfois loin des institutions, les sciences citoyennes se sont discrètement développées dans les années 1990-2000, dans une nouvelle dynamique, profitant notamment des progrès de l'informatique et des outils qui ont dopé les potentialités du travail collaboratif.

En octobre 2009, une première rencontre nationale sur les sciences citoyennes a fait écho à Montpellier aux nouvelles pratiques associant scientifiques et citoyens[38]. Ce colloque a présenté divers programmes de « recherche citoyenne ». Il a permis à des porteurs de projets, scientifiques, observateurs, citoyens et représentants de collectivités de partager leurs attentes et réfléchir à la définition et aux enjeux des sciences citoyennes.

L’étude et le suivi de la biodiversité, qui sont des domaines de prédilection pour l’application des principes de sciences citoyennes (du fait d'une quantité de données à recueillir considérable sur l'ensemble du territoire, d'espaces « hors laboratoires », c'est-à-dire accessibles à tous (Michel Callon et al., 2001[39]) sont ainsi à l'honneur lors de cet événement.

En septembre 2010, la Société française d'écologie (SFE) a ouvert une plate-forme multimédia qui se veut aussi une tribune libre ouverte aux échanges d'idées et débats sur les thèmes « Quelle place pour la science participative ? Quelles interactions entre « experts » et observateurs ? Quels résultats ? Quel avenir ? »

La démocratisation de l'accès au GPS, permet via un simple téléphone portable de contribuer à des inventaires de la biodiversité, par exemple dans le cadre du projet Interreg[40] RINSE[41] qui a développé une application smartphone dite « Th@s Invasive » ; gratuite, disponible en français ou en anglais, et facilement téléchargeable [42] permettant à chacun de recenser et cartographier un grand nombre d'espèces exotiques envahissantes, en prenant une photo de l'espèce en question, qui sera géoréférencée par le GPS du smartphone et envoyé par le logiciel une fois confirmation faite par l'écocitoyen participant à cet inventaire général et permanent qui vise à limiter les impacts négatifs des espèces dites « invasives ».
À partir d'une telle base de données, on peut ensuite extraire (éventuellement de manière automatisée) des informations phénologiques d'intérêts climatique ou écologique sur les dates de germination, floraisons, fructification, reproduction, migration, etc. Il est aussi possible d'avoir des informations sur la taille de l'animal photographié (si l'on met par exemple une pièce de 1 euros à côté du poisson photographié), ce qui apporte chez certaines espèces des indications sur l'âge, le nombre d'oeufs potentiellement pondus, ou parfois sur le sex-ratio; qui lui-même peut apporter des informations sur une possible pollution par des perturbateurs endocriniens). Il serait aussi possible de détecter d'éventuels effets de co-invasivité ou des facteurs favorisant ces espèces qui n'auraient pas encore été compris.
La colonisation de nouveau secteurs géographique pourra être détectée plus vite, voire anticipée, ce qui permettra aux gestionnaires de milieux et d'espèces de mieux limiter certains des effets négatifs de ces phénomènes de pullulation.
Ce type d'approche a été rendue possible par un travail préalable (depuis les années 1990) sur l'aide à l'identification interactive par clé d'identification visuelle de plantes non-indigènes pouvant (potentiellement) représenter une menace pour la biodiversité, notamment dans l’écozone qui inclue l'Allemagne, les Pays-Bas, la Belgique et le grand Nord-Ouest de la France[43]. Ce travail d'identification peut aussi être utile pour les autres régions et pays, notamment où ces espèces seraient réglementées ou là où elles peuvent être recherchées par les douanes comme "contaminants d'exportations commerciales" (exemple : « contamination par des graines dans de la nourriture pour oiseaux, mauvaises herbes dans des bonsaïs »[43]... Hormis pour les algues et mousses, ces clés interactives sont liées aux informations sur les espèces de la « Q-bank Invasive Plants database » (fiches descriptives et informatives, cartes d'aire de répartition mondiale, barcode moléculaire quand il est disponible, etc, et ces informations sont disponibles depuis 2013 à l'adresse http://www.q-bank.eu/Plants/[43].

Autre utilisation du terme[modifier | modifier le code]

En France, comme dans les pays anglo-saxons, l'expression « sciences citoyennes » peut avoir une portée plus politique.

Le concept de sciences citoyennes est né aux États-Unis. Il a été créé au début des années 1970 sous le terme « citizen science » par deux physiciens : Joël Primack (chercheur en astrophysique) et Frank von Hippel[44] directeur d’un institut de recherche sur l'énergie et l'environnement à l'Université de Princeton et aujourd'hui codirecteur du PSGS (Program on Science and Global Security).

Mycle Schneider, nommé dans le directoire de la fondation japonaise Takagi Fund for Citizen Science en 2001, a repris cette définition des sciences citoyennes[45] :

« La science citoyenne peut être définie comme l'effort participatif et combiné de recherche, d’analyse et d’éducation publique qui poursuit strictement, comme principe de base, l'objectif de bien-être collectif des générations présentes et futures d’êtres humains sur la planète et de la biosphère.
Le scientifique citoyen, à travers ses capacités particulières de recherche et d’analyse, doit participer à la protection de la société contre des modes de développement qui placent l'intérêt de l'État ou l’intérêt corporatif au-dessus du bénéfice collectif. Le scientifique citoyen est donc un contre-expert par excellence. »

Cette nouvelle définition a abouti en avril 2002 à la création de la Fondation Sciences Citoyennes[46], une association française prônant une vision très différente des sciences citoyennes basée sur un contrôle de la recherche scientifique par les citoyens avec des visées politiques.
Les citoyens sont encouragés à lancer des alertes lorsqu'ils considèrent qu'ils sont en danger (exemple des antennes téléphoniques, …) et peuvent ainsi faire la demande d'une expertise scientifique, qui appuiera ou non leurs craintes à ce sujet.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Socientize Project (2013-12-01), ) "Green Paper on Citizen Science: Citizen Science for Europe - Towards a better society of empowered citizens and enhanced research", Socientize consortium,‎ 2013 (lire en ligne)
  2. Ostrom E. 2010. La Gouvernance des biens communs : pour une nouvelle approche des ressources naturelles. Planète en jeu, de Boek.
  3. Miller J.R., 2006. Restoration, reconciliation, and reconnecting with nature nearby. Biological Conservation, 127, 356–361
  4. Rapport 2010 World Water Monitoring Day™
  5. Butchart S.H.M. et al., 2010. Global biodiversity indicators of recent decline. Science 328, 1164-1168.
  6. De Heer M., Kapos V. & B.J.E. ten Brink, 2005. Biodiversity trends in Europe : development and testing of a species trend indicator for evaluating the progress towards the 2010 target. Phil. Trans. R. Soc. B 360 : 297-308.
  7. Gregory R., van Strien A. et al., 2005. Developing indicators for European birds. Phil. Trans. R. Soc. B, 360, 269-288.
  8. Julliard R., Jiguet F. & D. Couvet, 2004. Common birds facing global changes: what makes a species at risk? Global Change Biology, 10, 148–154.
  9. Danielsen F. et al., 2010. Environmental monitoring : The scale and speed of implementation varies according to the degree of people’s involvement. Journal of Applied Ecology 47, 1166-1168.
  10. Selon Basset (2004), ce mot viendrait du néologisme anglais parataxonomist inventé par des naturalistes anglo-saxons devant inventorier les invertébrés de forêts tropicales américaines.
  11. a et b Sciences participatives et biodiversité ; implication du public, portée éducative et pratiques pédagogiques associées, Les livrets de l'Ifrée (n°2) ; ISBN 978-2-913284-16-6 ; ISSN:2112-4965, décembre 2010
  12. a et b Pierre-Yves Guihéneuf (DialTer) La propriété des données dans les programmes de science participative : état des lieux des pratiques et du droit, Note de travail établie pour l’association Planète Mer avec l’appui de la Fondation de France) Dec 2012, 10p, PDF,
  13. http://www.odonat-alsace.org/documents/ODONAT_Livre_Blanc_Donnees_naturalistes_Alsace.pdf Livre Blanc ; Principes d'échange des données naturalistes du monde associatif - Premières propositions
  14. Programme Comédie, page Expériences : Science, environnement et participation : fiches d'expériences de science participative en France
  15. (fr) Le Blog de Jean-Michel Cornu, Diffuser la science et la recherche dans la société
  16. Voir « Sciences participatives et biodiversité » , dans la collection « les livrets de l’Ifrée » en ligne
  17. a et b Harold Levrel, Benoît Fontaine, Pierre-Yves Henry, Frédéric Jiguet, Romain Julliard, Christian Kerbiriou, Denis Couvet ; Balancing state and volunteer investment in biodiversity monitoring for the implementation of CBD indicators: A French example ; Ecological Economics 69 (2010) 1580–1586
  18. a et b Schmeller, D.S., Henry, P.-Y., Julliard, R., Clobert, J., Gruber, B., Dziock, F., Lengyel, S., Nowicki, P., Déri, E., Budrys, E., Kull, T., Tali, K., Bauch, B., Settele, J., van Swaay, C., Kobler, A., Babij, V., Papastergiadou, E., Henle, K., 2009. Advantages of volunteer-based biodiversity monitoring in Europe. Conservation Biology 23 (2), 307–316.
  19. [PDF] VIGIE-NATURE 20 ans d’observation de la biodiversité ordianire. 50 000 participants !, communiqué de presse du Muséum national d'Histoire naturelle, 9 juin 2009
  20. Site officiel de l'Observatoire des Papillons de Jardin
  21. Observatoire des Escargots
  22. Page du Museum consacrée au programme STERF
  23. Site du programme STOC
  24. Site du programme Vigie-Flore
  25. Site du programme Sauvages de ma rue
  26. Site du programme de suivi des chauves-souris
  27. Site de SPIPOLL
  28. Site du Programme Phénoclim
  29. Sites officiels de l'Observatoire des Saisons : Observatoire Des Saisons
  30. Site officiel de l'ONEM
  31. Site de Tela Botanica [1] (travail collaboratif)
  32. Programme Cybelle Méditerranée
  33. Site du Programme « En Quête d'Hippocampes »
  34. Programme Biolit
  35. [http://www.monecolemabaleine.org/accueil.html
  36. [2]
  37. Sismologie citoyenne
  38. Site du colloque « Sciences Citoyennes et Biodiversité »
  39. Cette notion fait référence à Michel Callon et al. Dans l'ouvrage Agir dans un monde incertain, essai sur la démocratie technique, ils opposent la science confinée, c'est-à-dire la science produite en laboratoire, à une science de plein air, plus accessible à tous
  40. programme Interreg IV A des 2 mers
  41. Rinse‐Europe
  42. eu/smartphone‐apps téléchargement sur la plate forme de RINSE ou en recherchant « Th@s Invasive » sur Google Play pour Android ou sur App Store pour iPhone
  43. a, b et c Valkenburg, J. L. C. H., Duistermaat, H., & Boer, E. (2013). Image‐driven electronic identification keys for invasive plant species in the Netherlands. EPPO Bulletin, 43(2), 250-254 (résumé.
  44. Frank Von Hippel, Citizen Scientist: Collected Essays (Springer, 1991)
  45. Mycle Schneider, [www.wise-paris.org/francais/rapports/conferences/0203MycleSchneiderAITEC-2.pdf De l’expertise indépendante à la science citoyenne], mars 2002
  46. Site officiel de la Fondation Sciences Citoyennes

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bourg D. et K. Whiteside, 2010. Vers une démocratie écologique – Le citoyen, le savant et le politique. Paris, Le Seuil.
  • Couvet D., Jiguet F., Julliard R., Levrel H. & A. Teyssèdre, 2008. Enhancing citizen contributions to biodiversity science and public policy. Interdisciplinary Science Reviews, 33, 95–103.
  • Couvet D., F. Jiguet & R. Julliard, 2011. Extensive monitoring and community ecology. A paraître dans C. R. Acad. Sci. Biologie.
  • Cooper C.B. et al., 2007. Citizen science as a tool for conservation in residential ecosystems. Ecology and Society, 12, 11-21.
  • Devictor V. et al, 2010. Beyond scarcity: citizen science programmes as useful tools for conservation biogeography. Diversity Distrib. 16, 354-362.
  • Lindenmayer, D.B., Craig, S.A., Linga, T. and Tanton, M.T. (1991c). Public participation in stagwatching surveys for a rare mammal - applications for environmental education. Australian Journal Environmental Education, 7, 63-70 (Résumé en ligne).
  • Sciences participatives et biodiversité ; implication du public, portée éducative et pratiques pédagogiques associées, Les livrets de l'Ifrée (n° 2)
  • Mathieu, Daniel (Tela Botanica) (2011), Observer la nature, une problématique « science citoyenne » ? Forêt méditerranéenne, tome XXXII, n°2, juin 2011, p. 115-118, (Article en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Liens externes dans d'autres langues[modifier | modifier le code]

Outils naturalistes[modifier | modifier le code]