Robert Goffin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Robert Goffin, né à Ohain le 21 mai 1898 et mort à Genval le 27 juin 1984, est un avocat, écrivain et poète belge ainsi qu'un militant wallon. Il fit partie du groupe littéraire bruxellois « La Lanterne sourde ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Goffin grandit à Ohain et après la seconde guerre vit rue du Lac à Ixelles, où il connaît Marc Danval, qui habite la rue avoisinante.

Étudiant à l'ULB, il y rencontre Odilon-Jean Périer, Henri Michaux, Jules Romains, Blaise Cendrars… Il s'intéresse au jazz, séjourne aux États-Unis de 1941 à 1945. En 1954 il devient président du PEN club de Belgique. C'est à Waterloo où se réunissent les militants wallons qu'il fait la connaissance de Charles Plisnier. En 1939 il crée l'hebdomadaire Alerte qui exige le retrait de la politique de neutralité et l'alliance avec la France. Ce sont ces activités et les polémiques violentes avec Léon Degrelle qui l'amènent à s'exiler en Amérique du Nord. Il entre en 1952 à l'Académie royale de langue et de littérature françaises où il est accueilli par Marcel Thiry. Il évoque ses engagements wallons et francophiles dans ses mémoires où il livre encore un poème dédié au Brabant wallon, sa terre natale. À partir de 1962, il effectue plusieurs voyages à Moscou. En 1968, il est président des Amitiés Belgo-canadiennes. Robert Goffin vit dans la villa Guillaume Tell au bord du Lac de Genval jusqu'à sa mort. Il est enterré au cimetière d'Ohain.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Poésies[modifier | modifier le code]

  • Le rosaire des soirs (Van Campenhout, Bruxelles, 1918)
  • Jazz-Band, préface de Jules Romains (Écrits du Nord, Bruxelles, 1922)
  • La Proie pour l'ombre (1935)
  • Couleur d'absence (1936)
  • Sang bleu (Gallimard, Paris, 1939)
  • Pérou (1940)
  • Patrie de la poésie (De l'Arbre, Montréal, 1945)
  • Le Voleur de feu (1950)
  • Foudre Natale (1955)
  • Œuvres poétiques compilation 1918-1954, (Éditions Universitaires, Paris, 1958)
  • Le Temps sans rives (1958)
  • Le Roi du Colorado (1959)
  • Archipels de la sève (Nizet, Paris, 1959)
  • Source du ciel (1962)
  • Corps Combustible (1964)
  • Sablier pour une Cosmogonie (André De Rache, Bruxelles, 1965)
  • Le Versant noir (1967)
  • Faits divers (1968)
  • Phosphores chanteurs (André De Rache, Bruxelles, 1970)
  • L'Envers du feu (Chambelland, Paris, 1971)
  • Chroniques d'outre-chair (Chambelland, Paris, 1975)
  • Le chant de mai (1982)

Essais[modifier | modifier le code]

  • Aux frontières du jazz (Éditions Sagittaire, Paris, 1932)
  • Le roman des anguilles (Éditions Gallimard, Paris, 1936)
  • Le roman des rats (Éditions Gallimard, Paris, 1937)
  • Rimbaud vivant (Corrêa, Paris, 1937)
  • Le roman de l'araignée (Éditions Gallimard, Paris, 1938)
  • Le roi des belges a-t-il trahi? (1943)
  • Histoire du jazz (Éditions Parizeau, Montréal, 1946)
  • La Nouvelle-Orléans, capitale du jazz (Éditions de la Maison française, New-York, 1946)
  • Louis Armstrong, le roi du jazz (Seghers, Paris, 1947)
  • Nouvelle Histoire de Jazz, Du Congo au Bebop (Éditions L'écran du monde, Bruxelles; Éditions Les deux sirènes, Paris; 1948)
  • Fil d'Ariane pour la poésie (1964)
  • Souvenirs à bout portant (Institut Jules Destrée, Charleroi, 1979)
  • Souvenirs avant l'adieu (Éd. Institut Jules Destrée, Charleroi, 1980)

Monographie[modifier | modifier le code]

  • À propos de Guy Huygens (Monographie illustrée de 24 pages, avec textes de Paul Caso, Robert Goffin-Maurice Lambilliote, Marcel Lecomte, Jan Walravens et Joseph Weterings). Editions G.L.BRX [1]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Bosquet, Robert Goffin, Seghers, Poètes d'aujourd'hui, Paris, 1966.
  • Robert Goffin, Le Pont de l'Epée numéro 49, Chambelland, Paris, 1973.
  • Jean-Marie Horemans, Robert Goffin, Institut Jules Destrée, Charleroi, 1976.
  • Marc Danval, L'insaisissable Robert Goffin. De Rimbaud à Louis Armstrong, Quorum, Charleroi, 1998.
  • Paul Ide et Anne-Marie Gillet, Je me souviens, Bruxelles..., Cénomane, Le Mans, 1999.

Notes et références[modifier | modifier le code]