Ringgit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour le volcan d'Indonésie également appelé « Ringgit », voir Raung.
Page d'aide sur l'homonymie Pour la monnaie de Brunei Darussalam également appelée « Ringgit », voir Dollar de Brunei.
Ringgit
Unité monétaire moderne actuelle
Pays officiellement
utilisateurs
Drapeau de la Malaisie Malaisie
Symbole local RM
Code ISO 4217 MYR
Sous-unité sen
Taux de change EUR
Chronologie de la monnaie
Billet de 1 ringgit (2003), avec le portrait du 1er « roi » de Malaisie, Abdul Rahman de Negeri Sembilan (1957).

Le ringgit, dont le code international ISO 4217 est MYR, est l'unité monétaire de la Malaisie. Il est divisé en 100 sen.

Jusqu'aux années 1990 la dénomination courante était « dollar malais » et le symbole « $ » ou « M$ » figurait sur les pièces et billets. Désormais l'appellation « ringgit » est favorisée et devenue officielle. L'abréviation courante utilisée en Malaisie est RM (du malais: ringgit malaysia).

Histoire[modifier | modifier le code]

Comme les autres pays asiatiques, la Malaisie bénéficie au début des années 1990 d'un afflux massif de capitaux étrangersUNIQ6f169b9989b459a8-nowiki-000001A6-QINU1UNIQ6f169b9989b459a8-nowiki-000001A7-QINU qui se retirent ensuite, déstabilisant la monnaie puis l'économie des pays[2].

Le ringgit a été lié depuis la crise financière asiatique de 1997 au cours du dollar des États-Unis, avec un taux de change fixé à 1 MYR = 0,26 USD. Depuis juillet 2005, l'ancrage au dollar américain a été abandonné au profit d'un flottement administré par la banque centrale au moyen d'un panier de devises.

Il existe des billets de 100, 50, 20, 10, 5, 2, et 1 ringgit. Il existe également des pièces de 50 sen, 20 sen, 10 sen, 5 sen 2 sen et 1 sen.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Flux financiers et marchés émergents en Asie", par Pieter Van Dijk, dans Revue d'économie financière (1999) [1]
  2. "Globalisation in Question", par Paul Hirst et Grahame Thompson, seconde édition, Cambridge, Polity Press (1999), pp.134-162.

Liens externes[modifier | modifier le code]