Rikuzentakata

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rikuzentakata
陸前高田市
Administration
Pays Drapeau du Japon Japon
Région Tōhoku
Préfecture Iwate
Démographie
Population 23 687 hab. (2008)
Densité 102 hab./km2
Géographie
Coordonnées 39° 01′ 00″ N 141° 38′ 00″ E / 39.016667, 141.633333 ()39° 01′ 00″ Nord 141° 38′ 00″ Est / 39.016667, 141.633333 ()  
Superficie 23 229 ha = 232,29 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : préfecture d'Iwate

Voir sur la carte administrative de Préfecture d'Iwate
City locator 14.svg
Rikuzentakata

Géolocalisation sur la carte : Japon

Voir la carte administrative du Japon2
City locator 14.svg
Rikuzentakata

Géolocalisation sur la carte : Japon

Voir la carte topographique du Japon2
City locator 14.svg
Rikuzentakata

Rikuzentakata (陸前高田市, Rikuzentakata-shi?) est une ville du Japon, située dans la préfecture d'Iwate. C'est un port de pêche situé au nord de Sendai.

En 2008, la population recensée était de 23 687 pour une densité de 102 habitants par km². La superficie totale est de 232,29 km2.

Séisme et tsunami de 2011[modifier | modifier le code]

Suite au tsunami engendré par le séisme du 11 mars 2011, la ville de Rikuzentakata a été en grande partie ravagée par les eaux. La catastrophe a débuté à 14 h 46, à environ 130 km plus à l'est, en plein océan Pacifique, le long d'une faille, loin sous le plancher océanique. Un bloc de la croûte terrestre long de 450 km s'est soudain déplacé vers l'est - à certains endroits sur près de 24 m. Le lendemain du désastre, les informations font état de plus de 300 victimes après le passage du tsunami[1]. Actuellement, on parle de plus de 900 victimes. « À mesure que les édifices étaient détruits, une épaisse fumée noire s'élevait dans l'air », a confié un survivant à un reporter de la chaîne Al Jazeera. Ses eaux noircies par la vase raclée au fond du port, la première vague du tsunami passe par-dessus le mur de protection de Miyako, emportant avec elle automobiles et bateaux. Les digues antitsunamis du Japon n'ont été d'aucun secours face à des vagues bien plus hautes que ce qu'avaient prévu les scientifiques. Le tsunami a rayé de la carte plusieurs villes et villages du Tohoku, et fait des centaines de milliers de sans abri. Rikuzentakata est la ville japonaise ayant perdue le plus d'habitants depuis cet évènement, avec une baisse de 16 % de sa population[2].

Un arbre remarquable, le Pin des miracles, s'y situe.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]