Renard gris insulaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Renard gris insulaire

Description de cette image, également commentée ci-après

Urocyon littoralis

Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Mammalia
Ordre Carnivora
Sous-ordre Caniformia
Famille Canidae
Genre Urocyon

Nom binominal

Urocyon littoralis
Baird, 1857

Statut de conservation UICN

( NT )
NT  : Quasi menacé

Synonymes

  • Vulpes littoralis Baird, 1857

Le renard gris insulaire (Urocyon littoralis), est une petite espèce de renard nord-américain, du genre Urocyon et de la famille des Canidae.

C'est une espèce menacée, et qui semble plus vulnérable sur certaines îles[1]. Selon 280 échantillons de sang/sérum prélevés de 1999 à 2008, un nombre plus élevé de lymphocytes et de polynucléaires éosinophiles trouvé dans le sang des renards gris vivant dans les îles les plus au Nord laisse penser que ces derniers sont en plus mauvaise santé, ou sont plus parasités que les autres[1].

Malgré des programmes de conservation ambitieux, l'espèce, qui a perdu une partie de sa diversité génétique reste sensibles aux maladies infectieuses et néoplasiques et, potentiellement, à certaines toxines et polluants[1].

Distribution[modifier | modifier le code]

Répartition des différentes sous-espèces
sur les îles Channel Islands

Cette espèce est endémique de l'archipel Channel Islands au large de la Californie aux États-Unis.

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Urocyon littoralis est un peu plus petit qu'un chat domestique, il mesure environ 12 à 15 cm à l'épaule.

Le radiotracking et la photographie infrarouge automatique permettent aux scientifiques de mieux d'étudier le comportement de ce petit prédateur. Ainsi des photographies de nuit montrent qu'une grande partie de la prédation a lieu la nuit, et plus précisément dans les 2 ou 3 heures suivant le coucher du soleil ou dans celles qui précèdent son lever.

Menaces[modifier | modifier le code]

La réintroduction d'un autre prédateur, le pygargue à tête blanche est l'une des mesures prises pour améliorer la qualité (sanitaire notamment) de l'habitat insulaire du renard gris.

Sur l'île de Santa Cruz, en 1998, des observations faites en avril (saison humide) et septembre (saison sèche) ont montré que les renards étaient porteurs des ectoparasites suivants : Pulex irritans, Neotrichodectes mephitidis et tiques (Ixodes pacificus)[2]. L'abondance des ectoparasites semble varier selon la saison[2].

Les parasites (dont ectoparasites[2]) et microbes, éventuellement importés dans les îles sont une des menaces pour l'espèce (ex : Bartonella spp.[3] responsable de zoonoses.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Crooks KR, Scott CA, Bowen L, Van Vuren D, Hematology and serum chemistry of the island fox on Santa Cruz Island ; J Wildl Dis. 2000 Apr; 36(2):397-404 (résumé).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Inoue H, Clifford DL, Vickers TW, Coonan TJ, Garcelon DK, Borjesson DL., Biochemical and hematologic reference intervals for the endangered island fox (urocyon littoralis) ; J Wildl Dis. 2012 Jul;48(3):583-92.
  2. a, b et c Crooks KR, Scott CA, Angeloni L, Bowen L, Kimsey RB, Van Vuren DH., Ectoparasites of the island fox on Santa Cruz Island. J Wildl Dis. 2001 Jan; 37(1):189-93 (résumé).
  3. Namekata MS, Clifford DL, Kasten RW, Henn JB, Garcelon DK, Coonan TJ, Chomel BB. Seroprevalence of Bartonella spp. in the endangered island fox (Urocyon littoralis). Vet Microbiol. 2009 Apr 14; 136(1-2):184-7. Epub 2008 Oct 28.