Renard à oreilles de chauve-souris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Renard à oreilles
de chauve-souris

Description de cette image, également commentée ci-après

Un otocyon (Otocyon megalotis) au Kenya.

Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Mammalia
Ordre Carnivora
Famille Canidae

Genre

Otocyon
Müller, 1836

Nom binominal

Otocyon megalotis
(Desmarest, 1822)

Répartition géographique

Description de l'image  Bat-eared Fox area.png.

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Le Renard à oreilles de chauve-souris (Otocyon megalotis) ou Otocyon est un mammifère carnivore de la famille des canidés, qui colonise l'Afrique australe. Des populations ont été observées en Éthiopie et au sud du Soudan jusqu'en Tanzanie ainsi que du sud de l'Angola et du Zimbabwe jusqu'en Afrique du Sud. L'otocyon vit dans les savanes et les prairies plutôt arides.

Description[modifier | modifier le code]

L'otocyon mesure environ 60 cm de long, sans la queue. Sa hauteur au garrot atteint 30 cm. Son pelage est de couleur fauve clair, taché de noir sur les oreilles, le museau, les membres (relativement courts) et le bout de la queue. La gorge et le dessous du corps sont plus clairs. Il présente le même masque facial que le raton laveur. À part ses longues oreilles (114 à 135 mm), l'otocyon se distingue par une caractéristique unique en son genre : sa denture compte davantage de dents que celle de tous les autres mammifères placentaires à denture hétérodonte ; il a entre 46 et 50 dents, soit au moins trois molaires supérieures et quatre molaires inférieures. Son puissant muscle digastrique lui permet de mastiquer rapidement les insectes.

Il appartient au genre Otocyon (dont il est le seul représentant) et non pas au genre Vulpes comme la plupart des espèces regroupées sous l'appellation « renard » (mais son apparentée avec le genre Vulpes reste sujet à controverse).

L'otocyon ne fait apparemment pas l'objet d'une exploitation commerciale. Mais au Botswana, les indigènes le chassent pour sa fourrure.

La longévité moyenne en captivité est de 6 ans, mais un spécimen a déjà atteint 14 ans.

Habitat[modifier | modifier le code]

L'otocyon occupe des terriers qu'il creuse lui-même ou des galeries délaissées par d'autres animaux tels que l'oryctérope. Ces terriers comptent plusieurs mètres et présentent de nombreuses entrées et chambres. Une famille peut occuper différents terriers.

Mœurs[modifier | modifier le code]

L'otocyon est un animal plutôt nocturne (85 %), dans le Serengeti. Par contre, les populations d'Afrique du Sud sont diurnes en hiver et nocturnes en été. L'otocyon vit en familles comprenant un couple adulte et ses jeunes – plus rarement un mâle et deux femelles. Il délimite son territoire via le marquage urinaire. Les couples sont très unis, dorment dans le même terrier, chassent ensemble. Les contacts sociaux au sein de la famille sont très importants. Tous les membres se soutiennent et se protègent mutuellement. En Afrique du Sud, les zones d'habitat des familles se chevauchent largement. Le marquage territorial est pratiquement inexistant. Les terriers sont parfois groupés et la densité de population peut atteindre dix individus au km². La vie communautaire offre certains avantages : la chasse aux termites est plus fructueuse, les prédateurs sont mieux et plus vite repérés.

Quant à la progéniture, elle apprend plus rapidement à se nourrir de manière autonome. Le comportement ludique des jeunes montre déjà des similarités avec le comportement de fuite qu'adopteront généralement les adultes qui évitent l'affrontement. Pour échapper à ses prédateurs, l'otocyon compte essentiellement sur sa rapidité et son incroyable capacité d'esquive. Il peut en effet inverser totalement sa direction de fuite ventre à terre, sans perdre de vitesse. Le chacal et l'aigle font partie de ses prédateurs. Les oiseaux de proie diurnes sont une menace majeure pour les jeunes.

Reproduction[modifier | modifier le code]

La saison des amours dure de septembre à novembre. Gestation : 60-70 jours. Nombre de petits : 2 à 6. Poids moyen à la naissance : 122 g. Maturité sexuelle: 8-9 mois. L'otocyon élève une portée par an. Les nouveau-nés ouvrent les yeux à l'âge de 9 jours. Ils émergent du terrier à 17 jours. À la naissance, ils présentent un sous-poil gris, clairsemé, qui disparaît peu à peu. À l'âge de 4-5 semaines, leur robe a déjà la couleur du pelage des adultes. L'allaitement dure 15 semaines. Ensuite, les petits commencent à chasser avec leurs parents. Ils atteignent leur taille adulte à l'âge de 5-6 mois. Une fois matures, la plupart des jeunes se dispersent. Certaines jeunes femelles restent au sein du groupe natal. Les mâles participent autant, si ce n'est davantage que les mères à l'élevage des petits (garde, soins, jeux).

Alimentation[modifier | modifier le code]

Le régime alimentaire de l'otocyon consiste pour l'essentiel en insectes et autres arthropodes, mais occasionnellement il ne dédaigne pas petits rongeurs, lézards, œufs et poussins d'oiseaux, ainsi que matières végétales. Le termite moissonneur (Hodotermes) et le bousier (Scarabidae) peuvent constituer plus de 80 % de son alimentation[1]. L'otocyon absorbe une grande partie de l'eau qui lui est nécessaire par le biais des fluides corporels de ces insectes[2]. Il ingère souvent les termites alors qu'ils sont en train de manger de l'herbe. Les bousiers se nourrissent de fèces d'ongulés sur lesquelles ils pondent également. L'otocyon entretient donc aussi une relation commensale avec les grands herbivores tels les gnous, les zèbres et les buffles. Il utilise ses longues oreilles pour détecter les larves de bousiers en train de ronger leur pelote fécale[3]. L'otocyon chasse seul ou en groupes lorsque les insectes sont abondants. La chasse en communauté est plus fructueuse[4].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. The Encyclopedia of Mammals,Macdonald, 1984
  2. Ecology of African Mammals,Delany et Happold, 1979
  3. The Encyclopedia of Mammals, Macdonald, 1984
  4. The Behavior Guide to African Mammals, Estes, 1991