Remigius Schrijver

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schrijver.

Remigius Schrijver

Naissance ?
Décès 1681
Activité principale compositeur
organiste
Style baroque
Lieux d'activité Middelbourg
Drapeau des Provinces-Unies Provinces-Unies
Collaborations Joachim Oudaan (poète)

Remigius Schrijver (? – 1681) est un compositeur baroque et un organiste de Middelbourg (en Zélande).

Vie et œuvres[modifier | modifier le code]

Schrijver était membre de la chambre de rhétorique Het Bloemken Jesse (La Petite Fleur de Jessé)[1]. On peut juger des fruits de ses efforts littéraires par, entre autres, un souhait de bonne année : le Nieuwjaersgift van Mittels Redenhof op de geestige vragen van Pallas (p. 23-30 et 66)[2].

La moitié des extensions de psaumes du poète néerlandais Joachim Oudaan (1628-1692), un carrelier waterlandais à Rotterdam qui sympathisait avec la communauté protestante des collégiants, fut mise en musique par Schrijver. Alors que les chansons des anabaptistes, confession protestante à laquelle appartenait Schrijver, furent jusque-là chantées sur des mélodies profanes ou des mélodies de psaumes homophones, désormais les collégiants entonnaient les psaumes de David sur une musique baroque harmonieuse, avec basse continue et rhétorique musicale, grâce à la Uyt-breyding, publiée en 1680[3]. De la Uyt-breyding over het boek der psalmen, mise en musique à un et à deux voix et pour un et deux violons et basse continue, les psaumes un à 75 parurent dans le premier volume publié à Rotterdam chez Pieter Terwout. Le second volume, comprenant les psaumes 76 à 150, publié en 1681, ne contient que le texte d’Oudaan.

Un bon deux tiers des psaumes versifiés en néerlandais par Matthias van Westhuyse furent mis en musique par Schrijver et Pieter Bustijn, qui utilisèrent à cette fin de nouvelles mélodies au lieu de celles, plus répandues, du psautier calviniste de Petrus Dathenus ; ces psaumes furent publiés en 1682. Cet ouvrage est perdu[4].

Oudaan commémora le compositeur, mort en 1681, par une élégie[2]. Bustijn lui succéda comme organiste.

Le compositeur flamand Julius Van Etsen publia des œuvres sacrées de Schrijver avec accompagnement arrangé pour le piano[5].

Ressources[modifier | modifier le code]

Sources, notes et références[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]