Mariage catholique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Giotto di Bondone, La Procession de mariage de la Vierge

Le mariage catholique est institué par le quatrième concile du Latran en 1215. Dans le catéchisme catholique actuel, le mariage est « l’alliance matrimoniale, par laquelle un homme et une femme constituent entre eux une communauté de toute la vie, ordonnée par son caractère naturel au bien des conjoints ainsi qu’à la génération et à l’éducation des enfants », laquelle « a été élevée entre baptisés par le Christ Seigneur à la dignité de sacrement  » (§1601 du catéchisme de l'Église catholique). De fait, l'élément constitutif du mariage est le consentement des époux (réf. : code de droit canonique - can 1057 §1). Tout mariage forcé est considéré comme nul.

Dans la doctrine catholique, la sexualité est une création de Dieu, comme tout ce qui relève de la sphère biologique. La sexualité est donc essentiellement quelque chose de bon par nature : elle est la voie naturelle pour la procréation, et toutes les composantes de plaisir associées à la sexualité, notamment le plaisir sexuel associé à l'acte proprement dit, forment en principe une chose légitime et souhaitable. En parallèle, la sexualité implique des pulsions et des passions qui figurent parmi les plus fortes de celles auxquelles l'Homme est exposé : il court le danger d'y perdre sa liberté spirituelle, et d'être tenté par des choix et des attitudes que sa conscience aurait dû refuser.

Le mariage catholique est l'approche catholique pour articuler et faire s'épanouir simultanément vie sexuelle et vie spirituelle. Pour le catholicisme, le mariage se fonde sur la sexualité, mais dans le sens où une cathédrale se fonde sur ses fondations, ce n'est pas la fondation qui donne son sens à une cathédrale mais la spiritualité ; cependant si la fondation n'est pas en cohérence avec le reste, tout s'effondre.

Par ailleurs, pour l'Église catholique, le mariage est une réalité qui a été élevée à la dignité de sacrement : il existe donc un mariage naturel, institution reconnue comme telle.

Approche spirituelle[modifier | modifier le code]

« Erant autem uterque nudi Adam scilicet et uxor eius et non erubescebant » (l'Homme et sa femme étaient nus l'un devant l'autre et n'en avaient pas honte) (GN 2:25)

Le mariage catholique est fondé sur la sexualité : la conception d'une union purement spirituelle qui n'aurait pas de rapport avec la réalité corporelle et chrétienne de la relation conjugale est considéré comme une hérésie. Le catholicisme considère que le corps est sacré, et que la vie conjugale et humaine revêt en elle-même une dimension sacrée. Les pauliciens et les marcionites ont rejeté le mariage catholique précisément parce qu'ils rejetaient l'aspect matériel du mariage (cf Évangile selon Thomas, évangile de Philippe).

Mariage et engagement[modifier | modifier le code]

Alliances

Ce qui fait la réalité du mariage catholique, c'est la manifestation de l'engagement des époux de se donner mutuellement l'un à l'autre. Le Code de droit canonique de 1983 dispose :

Can. 1057 - § 1. C'est le consentement des parties légitimement manifesté entre personnes juridiquement capables qui fait le mariage ; ce consentement ne peut être suppléé par aucune puissance humaine.
§ 2. Le consentement matrimonial est l'acte de la volonté par lequel un homme et une femme se donnent et se reçoivent mutuellement en une alliance irrévocable pour constituer le mariage.

Ainsi le mariage (en tant que sacrement) est avant tout une affaire entre l'homme et la femme, qui sont les célébrants authentiques du sacrement ; mais depuis le décret Tametsi (1563), l'Église exige que (sauf cas exceptionnels) le consentement soit manifesté devant un "assistant" dûment mandaté par l'Église pour cela, qui va exercer un rôle actif : demander et recevoir la manifestation du consentement ; c'est généralement un prêtre, ou un diacre (mais exceptionnellement cela pourrait être un laïc, par délégation de l'évêque avec autorisation du Saint-Siège : can. 1112).

Can. 1108 § 2. § 2. Par assistant au mariage, on entend seulement la personne qui, étant présente, demande la manifestation du consentement des contractants, et la reçoit au nom de l’Église.

Il est indispensable pour la validité du sacrement qu'il ait reçu la "faculté" (qui est autre chose que le pouvoir de juridiction), qui peut être générale ou pour un cas précis. Cependant, dans des cas très particuliers, un mariage peut validement être célébré devant les seuls témoins (Can. 1116).

« Selon la tradition latine, ce sont les époux qui, comme ministres de la grâce du Christ, se confèrent mutuellement le sacrement du mariage en exprimant devant l’Église leur consentement. Dans la tradition des Églises orientales, les prêtres ou évêques qui officient sont les témoins du consentement mutuel échangé par les époux, mais leur bénédiction est nécessaire aussi à la validité du sacrement » (§1623 du catéchisme de l'Église catholique).

La liturgie est nécessaire pour « consacrer » le mariage, dans le sens où une marque spirituelle permanente aura été créée sur les époux, correspondant à leur engagement mutuel. Schématiquement, la volonté de Dieu est à la fois de faire le bonheur de l'homme et de l'amener à participer à sa création ; en réalisant un mariage le couple se fait un instrument divin, accomplissant la volonté de Dieu en son nom dans le cas particulier de la sexualité. De ce fait, la préparation de l'acte est faite par l'homme, mais l'auteur du mariage est finalement Dieu lui-même, agissant en la personne des célébrants (qui sont liturgiquement l'homme et la femme se mariant).

Qualification théologique[modifier | modifier le code]

L'Eucharistie est la communion du Christ-Époux avec l'Église-épouse. De la même manière, le mariage est la communion sacramentelle entre un époux et son épouse, toute aussi chaste, sainte et emplie d'amour. Le mariage, en tant que sacrement nuptial, est analogue aux autres sacrements. Après le Baptême, l'Eucharistie, et le Pardon, il permet de participer d'une nouvelle manière à la vie de l'Église et à la communion avec Dieu. Le mariage doit permettre de vivre pleinement l'éros et l'agapè. La théologie du corps enseigne aux pères et mères comment épanouir leur vie de couple. Le rapport sexuel est conçu comme étant analogue à l'adoration eucharistique.

Il y existe un lien entre le mariage et le célibat religieux : les prêtres et religieuses sont consacrés à Jésus-Christ et à la Vierge Marie aussi bien que les époux eux-mêmes. Leur relation d'intimité avec Dieu atteint parfois le mariage mystique. Le mariage catholique est censé conduire à la fondation d'une famille féconde, communiante et aimante. La vision catholique de la famille est comparable en elle-même à la Sainte Famille, la famille de Nazareth.

D'après le droit canon, le mariage est indissoluble parce que le sacrement laisse une marque permanente du Saint-Esprit sur l'époux et l'épouse. Ainsi, la rupture entre les époux entraîne une rupture avec toute l'Église et avec Jésus-Christ présent dans l'Eucharistie.

De plus le mariage se définit par un don Total. Cette totalité se formalise par un désintéressement absolu, un engagement Libre, Intemporel, et Fidèle.

Le mariage dans l'Église catholique[modifier | modifier le code]

Bologna marriage.jpg

Adhésion au sens chrétien du mariage[modifier | modifier le code]

Dans certains cas, les deux personnes candidates au mariage n'ont pas une conscience claire de l'enjeu spirituel, de la théologie et de la liturgie sous-jacents, et/ou leur demande de se marier à l'église est liée à des questions sociales, sans référence à sa signification chrétienne.

Si un prêtre catholique pense que la spiritualité du couple demandeur n'est pas suffisante, le droit canon l'oblige à refuser le mariage religieux comme n'ayant pas de sens. Cependant, l'Église catholique romaine ne demande pas aux époux des connaissances particulièrement poussées sur le dogme et le sacrement du mariage pour accepter de célébrer.

Préparation au mariage[modifier | modifier le code]

Selon les dernières indications des évêques, le sacrement du mariage doit se préparer au moins un an à l'avance, en prenant contact avec sa paroisse. Cette dernière orientera vers un prêtre ou un diacre. Elle pourra également envoyer dans un centre de préparation au mariage (CPM) qui permettra de rencontrer avec d'autres un couple marié dans le cadre d'une rencontre en général collective pendant un ou plusieurs week-ends ou plusieurs soirées.

D'autres préparations sont possibles dans le cas de retraite pour fiancés (une fin de semaine) constituée d'enseignement et de temps de réflexion à deux.

Mariages mixtes[modifier | modifier le code]

Il peut y avoir un mariage au sens catholique du terme entre deux personnes même non catholiques : il suffit que le couple se soit engagé sur la signification catholique du mariage, qui est avant tout spirituelle, et non attachée à une religion particulière.

Procédure de déclaration de nullité[modifier | modifier le code]

La logique positive du caractère indissoluble du mariage est que si deux adultes psychologiquement matures décident de vivre un tel engagement, il n'y a pas de raison que le mariage échoue : l'engagement moral peut résister aux évènements de la vie et à l'évolution des conjoints, notamment grâce au secours de la grâce sacramentelle donnée par Dieu dans le sacrement du mariage. L'autre face de la logique est d'assurer la permanence nécessaire au « don mutuel » de l'engagement initial. Si la contrainte devait disparaître dès qu'il n'y a plus accord de volonté, l'engagement initial serait vidé de son sens.

Dans le cas où un couple pense sincèrement prendre un engagement permanent et que la vie commune se révèle un échec, l'important est de ne pas dénaturer le mariage, non de sauver une relation dans l'impasse. Le dogme exprime ceci en disant que le mariage est un sacrement permanent « qui vient consacrer un engagement préexistant » [réf. nécessaire].

Dans la mesure où le mariage est considéré comme permanent par nature, le clergé examinera alors si l'échec de facto d'un mariage s'expliquait par une cause de nullité initiale de l'alliance — causes qui sont interprétées beaucoup plus largement en droit canon qu'en droit civil : l'Église suppose que le mariage est préexistant en tant qu'engagement librement pris des époux, mais n'a bien sûr pas la possibilité d'en être certaine au moment du mariage. Elle accepte donc l'idée que des relations qui ne sont en fait pas des mariages authentiques (des mariages putatifs) peuvent avoir été bénies et éventuellement être devenues des mariages authentiques par la suite.

Mais pour pouvoir être annulé, la preuve d'une invalidité doit être apportée :

Can. 1060 - Le mariage jouit de la faveur du droit ; c'est pourquoi, en cas de doute, il faut tenir le mariage pour valide, jusqu'à preuve du contraire.

Histoire du mariage[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Mariage chrétien.

Coutumes du mariage catholique en Europe[modifier | modifier le code]

Généralement, les mariés invitent au mariage à l'église leurs familles, leurs proches, leurs amis et leurs connaissances, par le biais d'un faire-part. Seuls ceux qui ont reçu un « carton d'invitation » sont conviés à la « soirée festive ». Lorsque le nombre d'invités est de beaucoup supérieur à la contenance du lieu de réception, les cartons précisent l'heure ou la tranche d'heures d'invitation afin de limiter les bousculades. Actuellement le jour le plus souvent choisi pour le mariage est le samedi après-midi ; toutefois l'Église catholique ne peut pas célébrer de mariages le vendredi saint et le samedi saint (les deux jours qui précèdent Pâques) (cf. Rituel romain de la célébration du mariage, Desclée-Mame, Paris, 2005). Pour la cérémonie religieuse, qui peut être, au choix des fiancés, une bénédiction ou une eucharistie, les futurs mariés choisissent la formule d'engagement, les lectures, les intentions de la « prière universelle », les chants et l'accompagnement musical. Ils peuvent aussi s'occuper de la décoration florale et du livret de la cérémonie.

En général, le fiancé qui doit être en jaquette monte la nef au bras de sa mère et arrive juste avant le début de la cérémonie. L'arrivée de la fiancée au bras de son père déclenche le début de la cérémonie, par le biais d'un morceau d'orgue. Si la fiancée désire montrer qu'elle est restée vierge, elle arrive avec le visage recouvert d'un voile de tulle transparent. En général elle porte un bouquet, offert par le fiancé, composé de lys, et/ou de fleurs d'orangers. Sa robe blanche (que le fiancé n'a jamais vue auparavant) peut être assortie d'une traîne qui sert généralement à tous les mariages de la famille. Cette traîne, si elle est longue, peut être portée par un ensemble de garçons et de filles d'honneurs (nombre pair entre deux et douze) portant un costume confectionné ou acheté par la famille de la mariée.

Mariage au XVIIIe siècle (Giulio Rosati)

L'échange des consentements devant le prêtre et des témoins laïcs (au moins deux pour chaque marié) a lieu immédiatement après la liturgie de la parole. Après les consentements qui constituent le sacrement proprement dit, le marié soulève le voile de son épouse et le rabat sur son dos. Le placement des alliances bénies par le prêtre, qui n'est qu'un usage, suit immédiatement après. Le prêtre bénit (ce qui signifie : dit du bien de) alors les époux. Si le mariage a lieu au cours d'une messe, les mariés ont coutume de communier sous les deux espèces.

À la fin de la cérémonie, les époux peuvent réciter une prière de leur choix (en général un prière de consécration de leur foyer, au Christ Jésus, par la médiation de sa mère) devant une statue de Marie. Dans ce cas, il est d'usage que la mariée y dépose et y laisse son bouquet.

À l'issue de la cérémonie, les époux et les témoins signent les registres de la paroisse sur l'autel afin de rappeler aux mariés que leur alliance est à l'image de celle entre Dieu et son Église. Auparavant, les mariés sortaient les premiers. Afin de faciliter la tâche des photographes, l'assistance est invitée à sortir dès la fin de la cérémonie. La mariée sort au bras et à la droite de son époux. Ils sont souvent accueillis lorsqu'ils descendent les marches du seuil de l'église par des lancés de poignées de riz, symbolisant le souhait d'une future fécondité du couple. Les parents des mariés suivent leurs enfants. Afin de symboliser l'alliance des conjoints qui rejaillit sur les deux familles, ils peuvent alors « croiser » : la mère de la mariée est au bras du père du marié et réciproquement.

Les félicitations des participants aux mariés avaient coutume de se faire selon un défilé devant les deux familles à la sacristie ou sur l'un des côtés de l'église. La multiplication des mariages le samedi après-midi, fait que ces félicitations se passent maintenant, le plus souvent, à l'extérieur de l'église si le temps le permet !

Les invités participent à l'installation matérielle des mariés en offrant des cadeaux, par exemple selon une liste de mariage déposée en général dans un magasin qui possède un service « liste de mariage ». Cependant, certains fiancés, de plus en plus nombreux, indiquent sur leur faire part de mariage que l'équivalent monétaire du cadeau que les invités souhaitent offrir, devra être versé à telle(s) ou telle(s) œuvre(s) de charité.

Suite au mariage, un voyage de noces (préparé par le marié et auquel seuls les mariés participent) est généralement accompli.

Les anniversaires de fiançailles et de mariage sont généralement fêtés.

Une fois le mariage célébré, les époux restent unis par l'alliance sacramentelle, même s'il y a divorce civil, jusqu'à la mort d'au moins l'un des deux. On a très longtemps cru qu'un nerf reliait l'annulaire de la main gauche au cœur[réf. souhaitée]. C'est pourquoi la bague est mise à ce doigt-là en France. Dans les pays germaniques ainsi qu'en Espagne, l'alliance est placée sur l'annulaire droit.

Notes et références[modifier | modifier le code]

- Code de droit canonique (Auctoritatae Ioannis Pauli PP. II Promulgatus Datum Romae, die xxv Ianuarii, anno MCMLXXXIII)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Université de Navarre et Université Saint-Paul, Code de droit canonique bilingue et annoté, Montréal, 1999², ISBN 2-89127-460-1 ; voir commentaires des canons 1055-1165.
  • Conseil pontifical pour la famille, Lexique des termes ambigus et controversés sur la Famille, la Vie et les Questions éthiques, Téqui, 2005, 1001 p., ISBN 2-7403-1110-9.
  • Noël Barbara, Catéchèse catholique du mariage,éditions Forts dans la Foi, 2003, 694 p.
  • Anne Bamberg, Procédures matrimoniales en droit canonique, Paris, Ellipses Édition, 2011, 127 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]