Raden Saleh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Photographie de Raden Saleh (1865-1870)
Raden Saleh : auto-portrait

Raden Saleh Sjarif Boestaman (mai 1811[réf. nécessaire] - 23 avril 1880), plus simplement connu sous le nom de Raden Saleh, est un peintre indonésien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Raden Saleh est né à Terbaya, près de Semarang sur la côte nord de l'île de Java. Lorsqu'il a dix ans, son oncle, le bupati (préfet) de Semarang, le confie à son supérieur hollandais à Batavia (aujourd'hui Jakarta, la capitale de l'Indonésie), pour qu'il puisse fréquenter l'école primaire hollandaise (volksschool).

Portrait du général Johannes Graaf van den Bosch

Le jeune Sjarif est rapidement admis dans les cercles européens. Caspar Reinwardt, le créateur du jardin botanique de Bogor et directeur de l'Agriculture, des Arts et des Sciences dans la colonie hollandaise, le juge digne d'entrer dans sons service. Le peintre belge Antoine Payen, venu à Java pour peindre des paysages destinés au ministère des Colonies des Pays-Bas, remarque le talent de Sjarif. Il lui enseigne les techniques de peinture européennes. Il l'emmène dans ses tournées javanaises et l'encourage à peindre des portraits des gens qu'il voit.

Impressionné par les capacités de son élève, Payen propose de l'envoyer étudier aux Pays-Bas. Le gouverneur général de l'époque, Van Der Capellen (en poste de 1819 à 1826), approuve cette demande après avoir vu le travail de Sjarif. Celui-ci part en 1829 pour les Pays-Bas. Il est également investi de la mission d'initier les responsables du ministère des Colonies aux us et coutumes des Javanais et aux langues javanaise et malaise.

"La chasse"

Raden Saleh consacre les deux premières années de son séjour à approfondir sa connaissance du néerlandais et à apprendre la lithographie. Dans le domaine de la peinture, pendant cinq ans, il est l'élève de Cornelius Krussemen et Andreas Schelfhout. Il commence à être connu et expose à La Haye et à Amsterdam.

Quand ses études touchent à leur fin, Raden Saleh demande à prolonger son séjour pour étudier "la géométrie et la mécanique". Sa demande est acceptée, mais sa bourse n'est pas reconduite. Il séjourne également cinq ans à Dresde puis un an à Weimar en Allemagne. Il revient aux Pays-Bas en 1844, où il est nommé peintre du palais.

Raden Saleh admire les Romantiques, notamment le Français Delacroix. Il se rend en France. En 1846, il accompagne le peintre Horace Vernet en Algérie, où il séjourne plusieurs mois. Raden Saleh est témoin de la révolution de février 1848, qui le marquera.

La Blaues Häusel, une petite mosquée construite pour Raden Saleh à Maxen en Saxe

Raden Saleh visite également l'Autriche et l'Italie. Son séjour européen prend fin en 1851. Il rentre aux Indes néerlandaises avec son épouse, une riche Hollandaise.

A Batavia, il est nommé conservateur d'un institut de collection d'objets d'art. Il continue de peintre. Il divorce de sa femme hollandaise et épouse une princesse de la cour de Surakarta.

La maison de Raden Saleh à Batavia en 1875-1885 (aujourd'hui l'hôpital de Cikini)

Il se fait construire une villa dans le quartier de Cikini. Aujourd'hui, ce manoir est devenu un hôpital. L'ancien jardin abrite le centre culturel "Ismail Marzuki", après avoir abrité le zoo de Batavia pendant des années.

Raden Saleh repart pour l'Europe en 1875 avec son épouse. Il rentre à Java en 1878 et s'installe à Bogor. Il y meurt le 23 avril 1880 d'une thrombose. Sur sa tombe on lit l'épitaphe : "Raden Saleh peintre du roi de Hollande".