Río San Juan (Argentine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

31° 15′ 15″ S 69° 13′ 00″ O / -31.25417, -69.21667

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Río San Juan.
Río San Juan
Vue du Río San Juan.
Vue du Río San Juan.
Carte de la province de San Juan, avec parcours de la rivière. 1)- Río Castaño. 2)- Río Los Patos. La tache bleue correspond à la retenue d'Ullum.
Carte de la province de San Juan, avec parcours de la rivière. 1)- Río Castaño. 2)- Río Los Patos. La tache bleue correspond à la retenue d'Ullum.
Caractéristiques
Longueur 500 km
Bassin 39 906 km2
Bassin collecteur le Río Colorado
Débit moyen 56 m3/s (à La Puntilla)
Régime nivo-glaciaire
Cours
Source massif du Mercedario
· Altitude 6 000 m
Embouchure Río Desaguadero
· Localisation les Lagunas de Guanacache
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Río Castaño Viejo, Río Blanco
Pays traversés Drapeau de l’Argentine Argentine
Principales villes San Juan
Le río Los Patos, cours supérieur du San Juan. Ici à Calingasta
Le río San Juan dans la Quebrada de Ullum

Le Río San Juan est une rivière qui parcourt la province de San Juan en Argentine et dont le bassin d'alimentation se nourrit dans les sommets de la Cordillère des Andes, dans une zone comprise entre la Cordillère de Olivares au nord (6 266 m), et le massif de l'Aconcagua au sud, zone aux précipitations assez irrégulières en général et de moins en moins abondantes du sud au nord.

Description du cours[modifier | modifier le code]

Il nait de la confluence de deux rivières, près de la petite ville de Calingasta: le Río Castaño Viejo, dont le sous-bassin est situé au nord, et le Río de los Patos. Ce dernier est de loin le plus important, car venu du sud là où les précipitations sont les plus abondantes, et est donc considéré comme le cours supérieur du Río San Juan.

Cours supérieur[modifier | modifier le code]

Le Río de los Patos nait sur le versant sud du massif du Mercedario (6 770 m), situé à plus ou moins 80 km. au nord de l'Aconcagua (près de 7 000 m.), et dont il reçoit des eaux abondantes. Il se dirige ensuite vers le sud-sud-est, en direction de l'Aconcagua dont il reçoit également les eaux dues à la fonte des neiges du nord du massif. Ses eaux ne cessant de grossir il effectue un brusque virage vers le nord et s'engage dans la profonde et large vallée de Calingasta où il reçoit la dernière rivière importante de son cours, le Río Blanco, qui draine un large bassin comprenant la Cordillera de la Totora, le versant nord du Mercedario et bien d'autres sommets. Après avoir baigné Tamberías, chef-lieu du département de Calingasta, puis la localité de Calingasta, il conflue avec le Río Castaño Viejo pour former le Río San Juan.

Cours moyen[modifier | modifier le code]

Dès après ce confluent, le San Juan s'oriente droit vers l'est, et franchit la cordillère frontale, isolant ainsi deux massifs montagneux: au sud la Sierra de Tontal, et au nord deux chaines, les Sierras del Tigre et de La Inviernada. Puis il reprend quelque peu la direction sud et aboutit dans la plaine de San Juan.

Cours inférieur[modifier | modifier le code]

Le San Juan forme d'abord la très agréable retenue d'Ullum destinée à régulariser son cours et permettre l'irrigation des cultures. En aval s'étale la grande et opulente oasis de San Juan où vit plus de 80 % de la population de la province. Le San Juan contourne la ville de San Juan par le nord et, après avoir perdu une partie de son débit, s'oriente dès lors vers le sud-est où il termine son cours en alimentant les Lagunas de Guanacache en commun avec le Río Mendoza, et le Río Bermejo-Vinchina (cours supérieur du Río Desaguadero), ayant lui-même reçu peu auparavant les eaux du Río Jáchal.

Régime[modifier | modifier le code]

Son régime est franchement de type nival avec crues de printemps et d'été, c’est-à-dire de novembre à mars.

Prédictibilité des débits[modifier | modifier le code]

Son débit est assez prédictible en fin d'hiver si l'on connait l'épaisseur des couches de neige dans le bassin supérieur de la rivière. On peut ainsi dès septembre estimer avec une grande précision les débits mensuels de l'année suivante. C'est le cas pour la saison allant d'octobre 2005 à septembre 2006. Voici ce que cela donne :

  • octobre 2005 : 61,3 m³/sec.
  • novembre 2005 : 111,4 m³/sec.
  • décembre 2005 : 193,9 m³/sec.
  • janvier 2006 : 190 m³/sec.
  • février 2006 : 101,9 m³/sec.
  • mars 2006 : 82,1 m³/sec.
  • avril 2006 : 53,2 m³/sec.
  • mai 2006 : 50,5 m³/sec.
  • juin 2006 : 50,1 m³/sec.
  • juillet 2006 : 38,6 m³/sec.
  • août 2006 : 38,6 m³/sec.
  • septembre 2006 : 35,8 m³/sec.

Ainsi le volume total des eaux accumulées sur la période de 12 mois sera de 2 650 Hm3. (hectomètres cubes) ou 2,65 km3 (kilomètres cubes). Ce qui veut dire une moyenne annuelle de 84 m3/seconde.

Ces débits mensuels peuvent être très variables d'une année à l'autre, étant donnée la situation en zone aride de l'ensemble de la province donc du bassin. Ainsi durant les 12 mois précédents l'année examinée ci-dessus, les précipitations de neige avaient été faibles, ce qui a donné des débits mensuels faibles eux aussi. En moyenne les quantités d'eau collectées par le San Juan sont de l'ordre de 60 m3/seconde.

Les débits à La Puntilla[modifier | modifier le code]

Le débit du Río San Juan a été observé pendant 32 ans (1961-1992) à La Puntilla, localité de la province de San Juan située peu après son confluent avec le Río Castaño Viejo[2].

À La Puntilla, le débit annuel moyen ou module observé sur cette période était de 56 m3/seconde pour un bassin versant de 25 000 km2.

La lame d'eau écoulée dans l'ensemble du bassin atteint ainsi le chiffre de 71 millimètres par an.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : La Puntilla
(Données calculées sur 32 ans)

Équipement hydroélectrique[modifier | modifier le code]

Vue du barrage José Ignacio de la Roza
Le pont Ingeniero Raúl Suárez sur le río San Juan (route nationale 149).

Tout au long de son parcours, le río San Juan présente plusieurs importantes usines hydroélectriques. L'aménagement principal, le barrage d'Ullum, fut inauguré en 1980 ; aujourd'hui il a formé un important lac artificiel qui impulse positivement le développement agricole de la région de San Juan.

Autre barrage : celui de José Iganacio de la Roza. Il fut construit sous la présidence de Juan Domingo Perón. Comme le barrage d'Ullum, il sert à répartir les eaux par un réseau de canaux d'irrigation d'usage agricole, ainsi que pour la consommation de la population de l'agglomération du grand San Juan.

En 2008 on a commencé le remplissage d'une nouvelle retenue à l'arrière d'un nouveau barrage à vocation hydroélectrique, le barrage Los Caracoles (Represa Los Caracoles), situé en amont de celui d'Ullum. De plus on projette de construire une nouvelle retenue qui recevra le nom de "Punta Negra" et qui se situera en aval de celui de Caracoles.

Annexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site du Gouvernement de la province de San Juan (es)
  2. GRDC - Río Colorado Basin - Station: La Puntilla

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]