Révoltes de Gand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La première révolte de Gand, manuscrit des Chroniques de Jean Froissart, XVe siècle

Gand est une commune de Belgique, anciennement des Pays-Bas, dont l'histoire au Moyen Âge et à la Renaissance est marquée par d'incessantes révoltes.

16 février 1128[modifier | modifier le code]

Lors du décès de Charles Ier de Flandre c’est Guillaume Cliton qui fut proclamé comte de Flandre. Mais le peuple ne l’apprécie pas et les villes de Bruges, Gand et Lille se révoltent. Gand est reprise par Thierry d'Alsace le 1er avril 1128

1335[modifier | modifier le code]

Édouard III d'Angleterre met fin aux exportations de laine anglaise vers la Flandre alors importante pour l'économie locale. Gand se révolte à nouveau menée par Jacques van Artevelde qui s'allie avec Edouard III, à qui il promet la reconnaissance de la couronne de France s’il lève l’embargo[1].

Les Révoltes Gantoises inspirent largement certaines communes françaises lors de la révolte des Maillotins. Charles VI de France décide de mettre un terme aux révoltes de Flandres afin d'impressionner les communes françaises rebelles[2].

1379 - 1382[modifier | modifier le code]

Les gantois se soulèvent contre Louis II de Flandre (révolte des Chaperons blancs), d'abord sous le commandement de Jehan de Launay (battu à Nevele), puis de Philippe van Artevelde. Ils sont défaits en 1382 par l'ost royal de Charles VI de France à la Bataille de Roosebeke.

1449-1453[modifier | modifier le code]

L'augmentation des impôts, jointe à la baisse des exportations, entraîna une révolte qui s'acheva sur la Bataille de Gavere, où les milices gantoises furent défaites par Philippe le Bon.

1491 - 1492[modifier | modifier le code]

Révolte du « pain et du fromage » au nord des Pays-Bas, entraînée par la famine des paysans due aux intempéries de la fin du siècle.

1539 - 1540[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Les hommes des métiers se révoltent contre les marchands et négociants, détenteurs du pouvoir, accusés d’avoir mal défendu la ville contre les empiètements du pouvoir ducal, en particulier en matière fiscale.

Charles Quint dans sa volonté d’unifier les États retire les privilèges municipaux à Gand. C’est l’empereur qui dorénavant choisit les dirigeants locaux dans le but de « remettre l’autorité urbaine à l’autorité centrale ».

Charles Quint demande par l’intermédiaire de Marie de Hongrie un subside exorbitant à ses États du Pays-Bas (1.2 million de carolus d’or) pour soutenir ses troupes dans le conflit avec François Ier et ses alliés, le duc de Gueldre et les princes allemands de la Ligue de Smalkade. Gand s’y oppose car elle est toujours sous le coup des amendes infligées par les ducs de Bourgogne et Maximilien d’Autriche suite aux rébellions précédentes.

La révolte[modifier | modifier le code]

Simon Borluut avocat au conseil de Flandre et l’un des instigateurs de la révolte. Il est l’auteur d’une déclaration composée de 36 articles servant de base à une constitution pour les révoltés appelés Creesers (constitution publiée par Van Coppenhoele[3]). Les Gantois se révoltent et invoquent François 1er comme leur suzerain à la condition qu’il maintienne leurs privilèges.

François 1er refuse et transmettra même ses correspondances à Charles afin qu’il puisse punir les responsables. Il va encore plus loin en permettant à Charles de traverser la France pour se rendre par la terre aux Pays-Bas plutôt que par la mer. Charles mit trois mois, d'octobre 1539 à janvier 1540, pour traverser la France.

La fin du conflit fut rapide car les Gantois n’avaient préparé aucune résistance.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Stroppendragers, pendant une cérémonie commémorative.

L'attitude de Charles Quint, qui entre dans la ville le 24 février 1540, a été l'objet de vifs débats entre historiens. Certains y voient une répression rapide, vengeresse et impitoyable. Il est vrai que la ville fut symboliquement châtiée pour avoir lésé la majesté de l'empereur : une dizaine de meneurs (entre neuf et dix-sept hommes) furent décapités et cinq cents bourgeois durent défiler en habit de pénitents, pieds nus avec une corde au cou, devant l'empereur pour requérir sa grâce. Depuis cette époque, les Gantois sont surnommés «Stroppendragers» (les «garrottés»). La prestigieuse abbaye de Saint Bavon fut nettement affaiblie, son monastère rasé et transféré dans la modeste collégiale Saint-Jean (actuelle cathédrale). Seuls quelques édifices en furent préservés pour être intégrés à la nouvelle citadelle, dont les canons visaient aussi bien l'extérieur que la ville. Les fossés de la ville furent également comblés, tandis que la cloche du beffroi, la "Klokke Roeland", symbole des libertés communales, est descendue.

Le corps de ville fut soumis à un procès en lèse-majesté dont l'issue fut la révocation des privilèges urbains et la confiscation des chartes communales. La puissance militaire fut transférée au comte du Roeulx commandant de la citadelle. Les corps de métiers perdirent autonomie et pouvoir tandis que la ville devait faire le deuil de sa juridiction sur l'ancien quartier de Gand, c'est-à-dire la partie voisine du comté. Pour remplacer cette ancienne organisation, Charles-Quint octroya, en avril 1540, une nouvelle charte : la concession caroline. Elle modifiait la structure de la ville, retirant aux métiers leur influence sur le corps de ville et remplaçant l'élection des échevins par un système de désignation par la cour.

Pour autant, la Caroline a semblé à bien des historiens, depuis la révolutionnaire analyse d'Henri Pirenne[4], comme un acte salutaire de libéralisation d'un système communal devenu sclérosant. L'industrie gantoise, en déclin depuis le XVe siècle, pour partie à cause des conditions très restrictives de travail dans la ville, trouva un second souffle dans la suppression des privilèges corporatifs. L'industrie drapière, par exemple, qui s'était repliée sur les producteurs ruraux des environs de la ville pour fuir les salaires élevés et l'agitation des ouvriers gantois, revint dans les murailles dès la moitié des années 1540. Après la révolte d'Anvers en 1557, Gand attira une partie de ses marchands en raison des conditions avantageuses qu'elle offrait. De même la construction de la nouvelle citadelle et le comblement des fossés, remplacés par des talus et des bastions, répondaient aux progrès de l'artillerie et des guerres de siège qui avaient rendus obsolètes les fortifications médiévales de la ville.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Philippe VI et le commencement de la guerre de Cent Ans
  2. Mahan.wokwang.ac.kr
  3. Familles Borluut (Gand, Belgique) et autres
  4. Henri Pirenne, Les anciennes démocraties des Pays-Bas, p.269-270
  • Les anciens pays bas à l’époque moderne (1404 – 1815), coll. Le monde : une histoire, ed. ellipses par Catherine Denys et Isabelle Paresys.
  • Histoire des Pays-Bas par Christophe De Voogd, coll. Nation d’Europe, ed. Hatier, 1992.
  • Révoltes et révolutions en Europe, XVIe-XVIIIe siècles, Yves-Marie Bercé, 1980.