Pont transbordeur de Nantes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pont transbordeur de Nantes
Nantes, le pont transbordeur avant 1914
Nantes, le pont transbordeur avant 1914
Géographie
Pays France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Localité Nantes
Coordonnées géographiques 47° 12′ 30″ N 1° 33′ 58″ O / 47.208333, -1.56611147° 12′ 30″ N 1° 33′ 58″ O / 47.208333, -1.566111  
Fonction
Franchit la Loire, bras de la Madeleine
Caractéristiques techniques
Type Pont transbordeur
Longueur entre pylônes 140 m
Hauteur pylônes 75 m  tablier 50 m
Matériau(x) acier
Construction
Construction 1902 - 1903
Démolition 1958
Inauguration 28 octobre 1903
Mise en service 1er novembre 1903
Ingénieur(s) Ferdinand Arnodin
Entreprise(s) usines Arnodin

Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire

(Voir situation sur carte : Pays de la Loire)
Pont transbordeur de Nantes

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

(Voir situation sur carte : Loire-Atlantique)
Pont transbordeur de Nantes

Géolocalisation sur la carte : Nantes

(Voir situation sur carte : Nantes)
Pont transbordeur de Nantes

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Pont transbordeur de Nantes

Le pont transbordeur de Nantes, construit en 1903 et détruit en 1958, est un ouvrage de franchissement d'un bras de la Loire à Nantes. Construit par l’architecte Ferdinand Arnodin, le pont transbordeur permettait la traversée du bras de la Madeleine, à hauteur de l’actuel pont Anne de Bretagne, entre le quai de la Fosse et l'île de la Prairie au Duc[1].

Il existe aujourd'hui un nouveau projet de franchissement de la Loire, mettant en lice plusieurs options : téléphérique (tramway aérien), pont transbordeur ou pont mobile[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Contexte et projets[modifier | modifier le code]

À la fin du XIXe siècle, le développement des chantiers navals[3] et la coupure engendrée par la Loire, rendent problématique le passage des ouvriers et des marchandises entre les deux berges[4]. Un pont tournant n'étant pas envisageable du fait des caprices du fleuve, un tunnel est envisagé mais le sous-sol, fait de sable et roches, n'est pas favorable. L'option d'un pont fixe est également abandonnée du fait du tirant d'air imposé pour le passage des voiliers encore nombreux, il faudrait réaliser un long viaduc avec des rampes d'accès nécessitant de nombreuses destructions de bâtiments. L'invention du pont transbordeur, avec la réalisation, de 1888 à 1893, du pont de Biscaye à l'entrée du port de Bilbao, en Espagne, apporte la solution, il est fait appel à Ferdinand Arnodin[4] qui vient de construire, avec Alberto de Palacio, le pont transbordeur espagnol.

La concession[modifier | modifier le code]

La déclaration d'utilité publique, permettant la création d'un pont transbordeur au port de Nantes, est déclarée par le décret du 26 mai 1898[3]. Ce texte de loi précise qu'il doit permettre la traversée de la Loire et il concède la construction et l'exploitation, pour 80 années, à Ferdinand Arnodin.

La construction (1902-1903)[modifier | modifier le code]

Les travaux débutent, le 16 février 1902, par le creusement des fouilles, les éléments en acier du tablier et des pylônes sont fabriqués à Châteauneuf où se situe les ateliers de l'entreprise Arnodin. Sur le chantier, l'installation d'une grue permet, à la fin du mois d'août, le début du montage des pylônes[5]. En novembre 1902 celui situé rive droite est achevé et c'est en février 1903 qu'il en est de même pour celui de la rive gauche. L'assemblage du tablier, et des contrepoids, est exécuté en trois opérations principales : à partir des rives on monte et on fixe les deux extrémités avec le haubanage puis la partie centrale de 46 tonnes est levée le 3 août 1903 à 18 h[5], pour être mise en place à 50 mètres au-dessus du fleuve. Après l'installation de la nacelle, on procède à un test en la chargeant de 85 tonnes de pavés[5].

Inauguration et utilisation[modifier | modifier le code]

Le pont transbordeur vu du ciel
La vie sur la Loire en 1912, avec le pont transbordeur en fond (photo de Maurice Terrien).
La nacelle du Transbordeur

Le pont est inauguré et mis en service le 1er novembre 1903, à partir de sept heures du matin. Ce jour-là, le public se presse, la fréquentation du premier jour est de dix mille traversées à 5 ou 6 centimes, selon la classe, et de deux mille ascensions au tarif de 50 centimes.

Les pilotes de bateaux Omnibus se doivent de respecter une réglementation toute particulière lors des manœuvres de la nacelle. La traversée nécessite l'achat de tickets ou de jetons pour deux minutes de trajet sur 142 mètres de longueur.

Le pont transbordeur desservait les entreprises du secteur, comme les chantiers Dubigeon et la fonderie Voruz. Sa configuration permettait le passage des voiliers à fort tirant d'air, encore nombreux au début du XXe siècle dans le port de Nantes.

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Les deux pylônes de 75 mètres et le tablier métallique culminant à 50 mètres au-dessus du quai sont caractéristiques. Une nacelle, suspendue au tablier par des câbles, assure le transfert d'une rive à l'autre. Cette plate-forme bordée de trottoirs comporte des bancs et une cabine première classe surmontée de la cabine vitrée de l'opérateur (wattman). Ce pont transbordeur est du type à haubans et contrepoids, comme celui de Marseille. Cette disposition évite, en ville, les inconvénients des ancrages à grande distance, telle qu'on peut encore les voir sur les ponts de Rochefort, Bilbao ou Newport.

La fin du pont transbordeur[modifier | modifier le code]

Après la guerre, la clientèle a tendance à diminuer et l'exploitation confiée à une société concessionnaire devient déficitaire. Une tentative de classement échoue au début des années 1950. Le 1er janvier 1955, le service de transport prend fin après cinquante-deux ans de service. La municipalité décide ensuite de le faire démonter et ferrailler, ce qui est réalisé en 1958, malgré des protestations. Le maire est alors Henry Orrion, maire nommé par Pétain de 1942 à 44 puis élu à la tête de listes gaullistes de 1947 à 1965.

Le pont transbordeur : un symbole perdu[modifier | modifier le code]

Le pont transbordeur est présent dans des écrits de René-Guy Cadou, Julien Gracq, etc. Il a aussi été représenté en peinture[6]. Dans les années 1920 et 1930, il apparaît comme un élément essentiel du port de Nantes et un symbole de l'industrie et de la modernité. Il est utilisé par exemple par une affiche de la CCI de 1932 : « Nantes grand port industriel et colonial », alors qu'à la même époque, le Syndicat d'initiatives utilise l'image de la cathédrale[7].

En 1982, le réalisateur Jacques Demy et le décorateur Bernard Evein le font revivre par le procédé du glass shot dans le générique d'Une chambre en ville, film dont l'action se déroule à Nantes en 1955. Demy tenait particulièrement à cette image du Nantes de sa jeunesse[8].

Plus de cinquante ans après sa disparition, il garde encore pour les Nantais une valeur de symbole, sur laquelle s'appuie l'association à l'origine d'un projet de pont transbordeur moderne (infra).

Actualité et avenir[modifier | modifier le code]

Les vestiges[modifier | modifier le code]

Des vestiges subsistent, qu'on peut facilement observer sur les deux rives : éléments de la base maçonnée des pylônes, tiges filetées dressées à la verticale et le quai (rive droite). Une plaque commémorative a été apposée sur le parapet, côté nord-est, du pont Anne-de-Bretagne qui le remplace, aujourd'hui, et a été construit à côté et au-dessus de ces vestiges.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Projet d'un nouveau franchissement de la Loire pour 2011-2020[modifier | modifier le code]

Avec le développement des transports en commun et dans le but de faciliter les liaisons nord-sud dans l'agglomération, Nantes Métropole étudie toutes les possibilités de relier la pointe ouest de l'Île de Nantes au quai d'Aiguillon juste en face sur la rive droite. Cette réflexion est lancée notamment en 2008 par le maire, Jean-Marc Ayrault[2]. La principale contrainte est de conserver la possibilité de navigation, donc un important tirant d'air sur ce bras de la Loire. La solution envisagée en premier lieu est celle du pont mobile classique, tournant ou levant. Mais la perspective d'un nouveau franchissement mobilise les énergies et des solutions innovantes ont vu le jour[2]. Deux d'entre elles ont été particulièrement développées par leurs partisans respectifs : un téléphérique et un pont transbordeur du XXIe siècle.

Le projet de téléphérique, présenté comme un « tram aérien », est soutenu, notamment par Isabelle Loirat[9], conseillère municipale Modem. Plus que le franchissement du fleuve, il vise à être une alternative au projet de tram pour la liaison entre les rives de la Loire et l'île de Nantes, une étude est en cours à l'initiative du maire[2].

Début 2008, l'architecte nantais Paul Poirier propose de revisiter le concept de pont à transbordeur. Le projet de nouveau pont à transbordeur[2], appelé « Jules Verne », est soutenu par l'association les Transbordés[10] dont le président est Yves Lainé. En avril 2010, le projet, étudié sous ses différents aspects[11], est présenté au Conseil de Développement de Nantes Métropole. Il est cité comme un exemple des nouvelles mobilités par le document de propositions édité en mars, lequel a été confirmé par le Conseil communautaire dans le cadre du Plan de déplacements urbain (PDU) en octobre. Suite aux conclusions d'une première étude de flux, une étude pré-opérationnelle est votée en juin 2013, sur 4 solutions techniques, dont le Pont à Transbordeur pour le bras de la Madeleine. Un débat public, a la sortie des élections de mars 2014, viendra ou non confirmer le choix de la société civile.

En 2010, l'architecte Paul Poirier s'associe avec les ingénieurs Xavier de Champs et Timothée Paulin pour créer la Nantaise des Ponts et Pylônes international (NPPi). En 2012, l'ingénieur Michel Virlogeux, concepteur du viaduc de Millau avec l'architecte Norman Foster, travaille sur le projet avec Paul Poirier. Un projet plus abouti et épuré est présenté à Marseille en 2013.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site Loire Atlantique conseil général, Culture : Le pont transbordeur lire en ligne (consulté le 24 janvier 2011).
  2. a, b, c, d et e Site Ouest-France, Nantes : Pont mobile, transbordeur ou un téléphérique, par Philippe Gambert, article du 23 janvier 2010, lire en ligne (consulté le 17 avril 2010).
  3. a et b Site Loire Atlantique conseil général, La naissance du pont-transbordeur lire en ligne (consulté le 17 avril 2010).
  4. a et b Site les Transbordés, l'histoire du premier pont à transbordeur de Nantes par Jacques Sigot lire en ligne (consulté le 17 avril 2010).
  5. a, b et c Le Transbordeur aurait 100 ans, par Pascale Wester, dans Nantes au quotidien, supplément à Nantes Passion, magazine de l'information municipale no 137, septembre 2003, p. 29-31 page permettant de télécharger en pdf le no 137 / septembre 2003 (consulté le 18 avril 2010).
  6. Plusieurs tableaux sont présentés au Musée du Château, ainsi qu'une miniature d'environ un mètre de long.
  7. Affiches exposées au Musée du Château.
  8. Jean-Pierre Berthomé, Jacques Demy et les racines du rêve, Nantes, L'Atalante,‎ 1996 (ISBN 978-2-84172-042-2), p. 330
  9. site Isabelle Loirat, projet téléphérique sur la Loire à Nantes document PDF (consulté le 18 avril 2010).
  10. Site Association Les Transbordés, présentation lire en ligne (consulté le 18 avril 2010).
  11. Site Association Les Transbordés, perspectives du projet lire en ligne (consulté le 18 avril 2010).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Paul Bouyer, Vie et mort d'un transbordeur, Pierre Gauthier éditeur, 1989, 136 p.
  • Jacques Sigot, Nantes : le transbordeur, éditions CMD, 1996, 112 p. (ISBN 9782909826400)
  • Gildas Salaün et Jean-Luc Guihard, « Des Roquios au Transbordeur, les jetons des passages de Loire à Nantes », Armor-Numis, no 121,‎ janvier 2005

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]