Paul Tarascon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tarascon.
Paul Tarascon en 1917.
Paul Tarascon (à gauche) avec François Coli en 1925.

Paul Albert Pierre Tarascon, né le au Thor (Vaucluse) et mort le , est un aviateur français, as de la Première Guerre mondiale avec 12 victoires homologuées[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Tarascon rejoint l'armée en 1901. Une fois son service militaire achevé, il s'engage dans le 4e régiment d'infanterie coloniale. En 1911, alors qu'il apprend à voler, il s'écrase et doit être amputé du pied droit, ce qui lui vaudra plus tard le surnom de « l'as à la jambe de bois ».

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Malgré son handicap, lorsque la Première Guerre mondiale éclate, il s'engage comme volontaire dans l'aviation. Il devient instructeur en janvier 1915. Demandant à être envoyé au combat, il est assigné aux escadrilles 31, 3, puis 62 en 1916[2]. C'est au sein de l'escadrille 62 que Tarascon remporte ses 12 victoires[1]. Il pilote successivement plusieurs types de Nieuport et termine la guerre aux commandes d'un SPAD S.VII. Son insigne personnel est un coq gaulois noir et rouge, insigne adopté par l'ensemble de l'escadrille 16[2].

À la fin de la guerre, il est promu colonel. Comme nombre de ses camarades, il participe au développement de l'aviation et se lance à la poursuite de nombreux records. En 1923, il s'associe à François Coli pour tenter de remporter le prix Orteig récompensant les premiers aviateurs à traverser l'Atlantique entre Paris et New York. Ils sont les premiers à relever officiellement le défi en 1925. Mais un accident détruisit leur Potez 25 en 1926. Tarascon est gravement brûlé. Coli forme une nouvelle équipe avec Charles Nungesser et c'est avec ce dernier qu'il disparaît à bord de l'Oiseau blanc lors de leur tentative le 8 mai 1927.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Paul Tarascon rejoint la Résistance.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b L'as Paul Tarascon
  2. a et b Nieuport Aces of World War 1, p. 54

Bibliographie[modifier | modifier le code]