Parti démocrate (Corée du Sud, 2011)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parti démocrate (Corée du Sud).
Parti démocrate unifié
puis
Parti démocrate
Présentation
Président Kim Han-gil
Fondation 15 décembre 2011
Prédécesseur Parti démocrate
Président du groupe au Gukhoe Jeon Byeong-heon
Parlementaires
127 / 300
Élus locaux
1 479 / 3 895
Idéologie Centre-gauche, Libéralisme, Progressisme
Couleurs Jaune et vert
Site web minjoo.kr

Le parti démocrate (PD, nom complet en coréen : Minjudang, hangeul : 민주당), connu jusqu'en 2013 en tant que parti démocrate unifié (PDU, nom complet en coréen : Minjutonghabdang, hangeul: 민주통합당) est un parti politique libéral sud-coréen, principale force d'opposition aux conservateurs du Parti Saenuri (nom à partir de février 2012 du Grand parti national ou GPN). Il est issu de la fusion le 15 décembre 2011 de l'ancien parti démocrate avec la fédération des syndicats coréens et le parti d'union des citoyens qui avait été créé une semaine auparavant par d'anciens proches du président Roh Moo-hyun[1]. Au Gukhoe, il dispose des 89 sièges du parti démocrate (sur 299). Le premier objectif est de battre le Parti Saenuri aux législatives d'avril 2012. Au début 2012, le PDU arrive en tête dans les sondages avec 34,7 à 36,9 % des intentions de vote, devançant le GPN (29,5 à 33,9 %)[2].

En décembre 2011, Sohn Hak-kyu, l'ancien président du parti avait démissionné pour faciliter la fusion et pour se concentrer sur sa candidature à la présidentielle de décembre 2012 malgré son mauvais score dans les sondages (3 à 4 %)[3],[2].

Le 15 janvier 2012, lors du premier congrès du parti, Han Myeong-sook est élue présidente du conseil suprême du parti avec 24 % des voix devant l'acteur Moon Sung-keun (17 %)[4]. C'est la seule femme à avoir été premier ministre en Corée du Sud. Les autres membres du conseil sont Moon Sung-keun, Park Young-sun, Lee In-young, Park Jie-won et Kim Boo-kyum[4].

Le 1er mars 2012, le PDU présente sa stratégie vis-à-vis de la Corée du Nord. Il vise à organiser un sommet intercoréen régulier, la signature d'un accord de paix, la création d'une structure militaire intercoréenne, la reconnaissance croisée des deux états par les grandes puissances et l'ouverture de l'économie du Nord. En même temps, il critique la politique menée par l'actuel président Lee Myung-bak qui a conduit à la disparition du dialogue intercoréen et à l'aggravation de sa dépendance envers la Chine[5].

Aux élections législatives du 11 avril 2012, le PDU échoue finalement à ravir la majorité au Parti Saenuri, qui a effectué une remontée dans les sondages grâce surtout à la stratégie développée par sa présidente Park Geun-hye. Le PDU obtient 39,1 % et 106 des 246 sièges à pourvoir au vote par circonscription (43,4 % et 127 députés pour le Saenuri) et 36,5 % ainsi que 21 des 54 sièges à la proportionnelle (42,8 % et 25 élus pour le Saenuri). Avec 127 députés, elle augmente toutefois sa représentation de 46 sièges. N'ayant pas réalisé son objectif, Han Myeong-sook démissionne de la présidence le 16 avril 2012. Son successeur est élu le 9 juin 2012 : il s'agit d'un autre ancien Premier ministre, Lee Hae-chan.

La primaire du PDU pour l'élection présidentielle du 19 décembre 2012 a lieu le 16 septembre 2012 : Moon Jae-in (député et ancien directeur du cabinet de Roh Moo-hyun) est désigné candidat officiel du parti avec 56,5 % des suffrages, face à Sohn Hak-kyu (22,2 %, député, ancien gouverneur de Gyeonggi et ancien président du Nouveau parti démocratique uni puis du Parti démocrate, déjà candidat malheureux à l'élection présidentielle de 2007 face à Lee Myung-bak), à Kim Doo-kwan (14,3 %, gouverneur du Gyeongsang du Sud) et à Chung Sye-kyun (député, 7 %). Moon Jae-in a fait valoir qu'il pourrait se retirer au profit d'un autre candidat, progressiste lui-aussi mais sans étiquette, Ahn Cheol-soo, qui le devance dans les sondages[6]

Le 4 mai 2013, Kim Han-gil, un opposant à la logique des factions internes, est élu avec 61,72 % des suffrages à la présidence du parti, contre 38,28 % à Lee Yong-sup, candidat de la faction des partisans de l'ancien président Roh Moo-hyun, jusque là dominante. Dans le même temps, le mouvement change de nom en reprenant l'appellation de Parti démocrate (PD)[7].

Le PDU puis le PD, depuis sa création, a été présidé par :

  1. 16 janvier 2012 - 13 avril 2012 : Han Myeong-sook
  2. 9 juin 2012 - 18 novembre 2012 : Lee Hae-chan
  3. depuis le 4 mai 2013 : Kim Han-gil

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]