Parti Saenuri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Parti Saenuri
새누리당
Saenuri dang
Image illustrative de l'article Parti Saenuri
Logo officiel
Présentation
Président Hwang Woo-yea
Fondation 21 novembre 1997
Siège 18, Gukhoe-daero, 70-gil
Yeongdeungpo-gu, Séoul
149-871
Portes-paroles Cho Hae-jin
Chung Mi-kyung
Présidents du groupe au Gukhoe Lee Hahn-koo
Parlementaires
154 / 300
Élus locaux
1 638 / 3 895
Idéologie centre-droit, conservatisme
Affiliation internationale Union démocrate internationale
Couleurs rouge et bleu (informellement)
Site web www.saenuriparty.kr/
Parti Saenuri
Hangeul 새누리당
Hanja 새누리黨
Romanisation révisée Saenuri-dang
McCune-Reischauer Saenuri-dang
Grand parti national
Hangeul 한나라당
Hanja 한나라黨
Romanisation révisée Hannara-dang
McCune-Reischauer Hannara-dang

Le Parti Saenuri ou Parti de la nouvelle frontière (en coréen Saenuri dang, hangeul : 새누리당, hanja : 새누리黨) est un parti politique conservateur sud-coréen, l'un des deux grands partis de gouvernement depuis les années 1990, traditionnellement opposé au Parti démocrate du millénaire, au Parti Uri puis au Parti démocrate et enfin au Parti démocrate unifié. Il s'est appelé Grand parti national (GPN, ou GNP selon l'acronyme anglais, en coréen Hannara-dang, hangeul : 한나라당, hanja : 한나라黨) jusqu'en février 2012[1]. Le parti Saenuri est dirigé par Hwang Woo-yea depuis le 15 mai 2012[2]. Au niveau international, il est membre de l'Union démocratique internationale.

Le Grand parti national est créé le 21 novembre 1997, en vue de l'élection présidentielle du 19 décembre suivant pour soutenir la candidature de Lee Hoi-chang, par la fusion du Parti de la nouvelle Corée (lui-même né en 1995 sur la base du Parti démocrate libéral de Kim Young-sam, héritier du Parti de la justice et de la démocratie de Roh Tae-woo et donc avant cela du Parti démocratique républicain, l'ancien parti unique de Park Chung-hee) et du plus petit Parti démocratique (à ne pas confondre avec le Parti démocrate du millénaire, alors formation de centre-gauche qui défend la candidature de Kim Dae-jung, élu président face à Lee Hoi-chang).

En tête aux élections législatives du 13 avril 2000, il obtient 133 sièges et 39 % des voix, parvenant à mettre en minorité, en 2004, le président Roh Moo-hyun avec l'appui d'élus du Parti démocratique du millénaire (majoritaire).

La crise politique qui en a résulté est résolue par les élections législatives le 15 avril 2004. Celles-ci se sont traduites par une courte défaite du GPN (121 sièges sur 299 et 35,8 % des suffrages, contre 152 et 38,3 % au Parti Uri de Roh Moo-hyun). Toutefois, les revers de la majorité parlementaire et présidentielle, lors des élections partielles organisées entre 2004 et 2007, ont renforcé le GPN.

Les élections locales du 31 mai 2006 se sont soldées par une nette avancée du Grand parti national, critique vis-à-vis de la politique du président Roh Moo-hyun à l'égard de Pyongyang, jugée trop conciliante par le GPN, avant que le parti ne se rallie, en juillet 2007, au principe d'un développement des échanges intercoréens[3]. (voir l'article détaillé sur les Relations inter-Corées). Mais les scandales politiques et les inégalités sociales restent le principal facteur d'impopularité du président Roh Moo-hyun.

L'échec du GPN aux élections législatives partielles du 25 avril 2007 a affaibli sa position de favori pour l'élection présidentielle sud-coréenne de 2007[4].

Lors de la primaire interne d'août 2007 en vue de l'élection présidentielle, Park Geun-hye, ancienne présidente du parti et fille de Park Chung-hee, est battue par l'ancien maire de Séoul Lee Myung-bak par 48,1 % des voix contre 49,6 %[5].

Ce dernier a remporté l'élection présidentielle du 19 décembre 2007, consacrant ainsi le retour du GPN au pouvoir après dix ans dans l'opposition. Il gagne ensuite très largement les élections législatives du 9 avril 2008 (153 sièges sur 299, 43,45 % au vote par circonscription et 37,48 % à la proportionnelle). Il est allié avec le Parti de l'avancement de la liberté de Lee Hoi-chang (qui a quitté le GPN suite au succès de sa candidature dissidente à l'élection présidentielle de 2007, 18 députés élus en 2008) et la Coalition pro-Park (créée par des dissidents du GPN partisans de la candidature de Park Geun-hye, 14 députés élus en 2008 qui rejoignent le Parti Saenuri en février 2012).

En décembre 2011, Park Geun-hye prend la direction du parti à l'approche des élections législatives de 2012. Le parti cherche alors à se démarquer du président Lee Myung-bak et il propose, comme le principal parti d'opposition, une aide sociale universelle. Le parti gagne les élections législatives du 11 avril 2012 avec une courte majorité absolue (152 sièges sur 300, 43,3 % au vote par circonscription, 42,8 % à la proportionnelle). Il est toujours allié au Parti de l'avancement de la liberté (dont la représentation est réduite à seulement 5 députés).

Le 15 mai 2012, Park Geun-hye laisse la présidence du parti à Hwang Woo-yea afin de se concentrer sur sa campagne aux primaires pour l'élection présidentielle du 19 décembre 2012. Elle remporte très largement ces primaires le 20 août 2012, avec 83.97 % des suffrages exprimés, face au gouverneur de Gyeonggi Kim Moon-soo (8,68 %), au député (et un temps proposé par Lee Myung-bak au poste de Premier ministre en 2010, il avait dû se retirer avant le vote de confirmation du Parlement en raison de la forte levée de bouclier face à sa candidature) Kim Tae-ho (3,2 %), à l'ancien ministre, et collaborateur de Lee Myung-bak, Yim Tae-hee (2,69 %) et à l'ancien maire d'Incheon Ahn Sang-soo (1,55 %).

Notes et références[modifier | modifier le code]