Paroisse d'Hopewell

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hopewell.
Paroisse d'Hopewell
Les rochers d'Hopewell
Les rochers d'Hopewell
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick
Région Collines calédoniennes, Marais de Chipoudy, Trois-Rivières
Comté ou équivalent Albert
Statut municipal District de services locaux
Constitution 9 novembre 1966
Démographie
Population 643 hab. (2011 en diminution)
Densité 4,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 45′ 40″ N 64° 40′ 42″ O / 45.761056, -64.6782345° 45′ 40″ Nord 64° 40′ 42″ Ouest / 45.761056, -64.67823  
Altitude Min. 0 m – Max. 380 m
Superficie 14 932 ha = 149,32 km2
Divers
Langue(s) Anglais
Fuseau horaire UTC-4
Indicatif +1-506
Code géographique 1306001
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte administrative du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Paroisse d'Hopewell

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte topographique du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Paroisse d'Hopewell

La paroisse d'Hopewell est à la fois une paroisse civile[note 1] et un district de services locaux (DSL) canadien du comté d'Albert, située au sud-est du Nouveau-Brunswick.

Toponyme[modifier | modifier le code]

Article connexe : Toponymie néo-brunswickoise.

Hopewell est probablement nommé d'après le canton d'Hopewell, en Pennsylvanie, ou en l'honneur du bateau qui transporta les premiers colons d'Irlande ici en 1761[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Hopewell est bordée au nord-est par la rivière Petitcodiac, qui s'élargit aux environs d'Hopewell Cape pour devenir la baie de Chipoudy. Le littoral, orienté nord-sud, fait alors une courbe vers le sud-est, jusqu'au cap des Demoiselles, où il reste à peu près droit jusqu'à la rivière Chipoudy.

La rivière Chipoudy forme une partie de la frontière avec le DSL d'Harvey. Les autres cours d'eau importants sont le ruisseau Crooked et le ruisseau des Demoiselles. Dans les collines se trouve le lac Stanyard, d'une superficie d'environ 0,16 km².

Le relief accidenté est dominé par les collines calédoniennes. Les principaux sommets sont la colline Livingstone's (200 m) à l'est, le mont Chipoudy (327 m) au centre et le mont Calédonia (>380 m), qui couvre presque tout le reste du territoire. Une mince bande de terres basses composée d'anciens marais ceinture le littoral de la paroisse. L'extrémité sud du territoire comprend une partie du marais de Chipoudy.

Le principal hameau, Hopewell Cape se trouve sur le flanc de la colline Livingstone's et au bord du fleuve, au nord-est. Moins de trois kilomètres au sud, au pied du cap des Demoiselles, s'élève Lower Cape et directement au sud du ruisseau des Demoiselles, Cape Station. Au sud de ce dernier et au pied du mont Chipoudy se trouvent quelques maisons qui forment Mountville. À plus de deux kilomètres au sud, au pied de la même colline, est bâti Shepody. Finalement, le village de Riverside-Albert se trouve à l'extrémité sud-ouest de la paroisse, sur les berges de la rivière Chipoudy.

Quartiers[modifier | modifier le code]

Dans les hautes terres, à l'ouest du mont Chipoudy, se trouvent Memel Settlement, Chester et Chemical Road. Dans la vallée du ruisseau des Demoiselles se trouvent Demoiselles Creek et Curryville.

Faune et flore[modifier | modifier le code]

La plupart du territoire est couvert de forêt. Pour une durée de quatre à six semaines durant l'été, des centaines de milliers de bécasseaux semipalmés font un arrêt aux rochers, attirés par les corophium volutator, des petits crustacés vivant par milliers dans la boue du littoral[2].

Logement[modifier | modifier le code]

La paroisse comptait 353 logements privés en 2006, dont 310 occupés par des résidents habituels[3]. Parmi ces logements, 88,9 % sont individuels, 0,0 % sont jumelés, 4,8 % sont en rangée, 0,0 % sont des appartements ou duplex et 3,2 % sont des immeubles de moins de cinq étages. Enfin, 3,2 % des logements entrent dans la catégorie autres, tels que les maisons mobiles[4]. 95,2 % des logements sont possédés alors que 4,8 % sont loués[4]. 79,4 % ont été construits avant 1986 et 14,3 % ont besoin de réparations majeures[4]. Les logements comptent en moyenne 6,7 pièces et 3,2 % des logements comptent plus d'une personne habitant par pièce[4]. Les logements possédés ont une valeur moyenne de 91 521 $, comparativement à 119 549 $ pour la province[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Article connexe : Histoire du Nouveau-Brunswick.

La paroisse d'Hopewell est située dans le territoire historique des Micmacs, plus précisément dans le district de Sigenigteoag, qui comprend l'actuel côte Est du Nouveau-Brunswick, jusqu'à la baie de Fundy[5]. Selon William Francis Ganong, le nom de l'île Indian, à l'embouchure de la rivière Shepody, rappellerait la présence d'un établissement micmac[6].

Nommé Chipoudy ou Chipoudie selon les sources, le premier village fut fondé vers 1698 par Pierre Thibodeau, à l'endroit où se trouve maintenant le hameau de Hopewell-Hill. Thibaudeau était un meunier de la Prée-Ronde, près de Port-Royal. Il était accompagné de ses fils, Pierre Jean, Antoine, Michel et Charles, ainsi que de plusieurs autres Acadiens de Port-Royal, dont Jean-François Brossard, André Martin, Jacques Martin, Jean Pitre, François Pitre, Germain Savoie, Julien Lord et six engagés dont un certain Lanoue[7].

La paroisse d'Hopewell est érigée en 1786 dans le comté de Westmorland[8], à partir d'un ancien canton[9]. Hopewell Hill est un établissement agricole fondé vers 1787 par des néo-écossais[10].

Le hameau de Chester est fondé vers 1825 par des colons originaires des hameaux de la rivière Chipoudy[11]. Memel est fondé vers 1830 par la même population[12].

Une portion du territoire qui avait été donné au comté de Saint-Jean est restituée à la paroisse d'Hopewell en 1837; ce territoire fait désormais partie de la paroisse d'Alma[9]. La paroisse d'Harvey est créée en 1838 à partir de portions de la paroisse d'Hopewell et du comté de Saint-Jean[13]. Le comté d'Albert est créé en 1845 à partir d'une portion du comté de Westmorland; il inclut la paroisse d'Hopewell[13].

La municipalité du comté d'Albert est dissoute en 1966[14]. La paroisse d'Hopewell devient un district de services locaux en 1967[14].

Démographie[modifier | modifier le code]

Il y avait 798 habitants en 2006 contre 812 en 1996, soit une baisse de 1,7 % en 10 ans. En termes de population, Hopewell se classe au 187e rang de la province. Il y a 353 logements privés, dont 310 sont occupés par des résidents habituels[15].

Économie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Économie du Nouveau-Brunswick.

Entreprise Fundy, membre du Réseau Entreprise, a la responsabilité du développement économique[16].

L'économie de la paroisse d'Hopewell est basée sur le tourisme et l'agriculture.

Administration[modifier | modifier le code]

Hopewell Cape était le chef-lieu du comté d'Albert de sa création en 1845 jusqu'à l'abolition des gouvernements de comté, dans les années 1960.

Comité consultatif[modifier | modifier le code]

En tant que district de services locaux, Hopewell est administré directement par le Ministère des Gouvernements locaux du Nouveau-Brunswick, secondé par un comité consultatif élu composé de cinq membres dont un président. Il n'y a actuellement aucun comité consultatif.

Liste des présidents successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
         
         
Les données manquantes sont à compléter.

Budget et fiscalité[modifier | modifier le code]

Le DSL dispose d'un budget de 94 307$ pour l'année 2007.

Commission de services régionaux[modifier | modifier le code]

La paroisse d'Hopewell fait partie de la Région 7[17], une commission de services régionaux (CSR) devant commencer officiellement ses activités le 1er janvier 2013[18]. Contrairement aux municipalités, les DSL sont représentés au conseil par un nombre de représentants proportionnel à leur population et leur assiette fiscale[14]. Ces représentants sont élus par les présidents des DSL mais sont nommés par le gouvernement s'il n'y a pas assez de présidents en fonction[14]. Les services obligatoirement offerts par les CSR sont l'aménagement régional, l'aménagement local dans le cas des DSL, la gestion des déchets solides, la planification des mesures d'urgence ainsi que la collaboration en matière de services de police, la planification et le partage des coûts des infrastructures régionales de sport, de loisirs et de culture; d'autres services pourraient s'ajouter à cette liste[19].

Représentation et tendances politiques[modifier | modifier le code]

Drapeau : Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick: La paroisse d'Hopewell fait partie de la circonscription provinciale d'Albert, qui est représentée à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick par Wayne Steeves, du Parti progressiste-conservateur. Il fut élu en 1999 puis réélu en 2003, en 2006 et en 2010.

Drapeau du Canada Canada: Hopewell fait partie de la circonscription fédérale de Fundy Royal, qui est représentée à la Chambre des communes du Canada par Rob Moore, du Parti conservateur. Il fut élu lors de la 38e élection générale, en 2004, puis réélu en 2006 et en 2008.

Infrastructures et services[modifier | modifier le code]

Les routes 114 et 910 traversent le territoire. Il y a un bureau de poste à Hopewell Cape et un autre à Hopewell Hill. Le détachement de la Gendarmerie royale du Canada le plus proche est situé à Hillsborough.

Le quotidien anglophone est Telegraph-Journal, publié à Saint-Jean, et le quotidien francophone est L'Acadie nouvelle, publié à Caraquet.

Culture[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Architecture et monuments[modifier | modifier le code]

Un pont couvert croise le ruisseau Crooked, près du chemin Crooked Creek, au nord de Riverside-Albert. Le pont fut construit en 1945 et mesure 28,4 mètres de long[20]. Un autre pont couvert croise le ruisseau Sawmill, au sud-est de Riverside-Albert. Il mesure 32,5 mètres de long et fut construit en 1908.

Parcs[modifier | modifier le code]

Le parc provincial des rochers d'Hopewell, les fameux rochers en pot-de-fleurs, est situé dans les limites du DSL, au cap des Demoiselles. Il y a aussi l'Aire protégée provinciale Caledonia Gorge.

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Paroisse d'Hillsborough Paroisse d'Hillsborough Paroisse de Dorchester
rivière Petitcodiac
Rose des vents
Harvey N baie de Chipoudy, Paroisse de Dorchester
O    Hopewell    E
S
rivière Chipoudy
Harvey
baie de Chipoudy
île aux Meules
Drapeau : Nouvelle-Écosse Nouvelle-Écosse
baie de Chipoudy
Paroisse de Sackville

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au Nouveau-Brunswick, une paroisse civile est une subdivision territoriale ayant perdu toute signification administrative en 1966 mais étant toujours utilisée à des fins de recensement.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Rayburn 1975, p. 146
  2. (fr) Rochers d'Hopewell - Oiseaux de rivage de la baie de Fundy
  3. « Profils des communautés de 2006 - Hopewell - Population », sur Statistique Canada (consulté le 30 octobre 2009).
  4. a, b, c, d et e « Profils des communautés de 2006 - Hopewell - Familles et ménages », sur Statistique Canada (consulté le 30 octobre 2009).
  5. (en) Philip K. Bock et William C. Sturtevant (dir.), Handbook of North American Indians, vol. 13, t. 1, Government Printing Office,‎ 1978, 777 p., p. 109-110
  6. (en) William Ganong, A Monograph of historic sites in the province of New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1899 (lire en ligne), p. 230
  7. Bona Arsenault, Histoire des Acadiens, Fides, 2004. (ISBN 2-7621-2613-4) pp. 88-89
  8. « Guide généalogique du comté de Westmorland », sur Archives provinciales du Nouveau-Brunswick,‎ 2006 (consulté le 13 novembre 2012).
  9. a et b (en) William F. Ganong, « A Monograph of the Evolution of the Boundaries of the Province of New Brunswick », Proceedings and Transactions of the Royal Society of Canada, Royal Society of Canada, vol. VII,‎ 1901, p. 439-442.
  10. Ganong 1904, p. 139
  11. Ganong 1904, p. 123
  12. Ganong 1904, p. 149
  13. a et b « Guide généalogique du comté d'Albert », sur Archives provinciales du Nouveau-Brunswick,‎ 2006 (consulté le 30 juillet 2011)
  14. a, b, c et d Jean-Guy Finn, Bâtir des gouvernements locaux et des régions viables : plan d'action pour l'avenir de la gouvernance locale au Nouveau-Brunswick, Fredericton,‎ 2008, 83 p. (ISBN 978-1-55471-181-9, lire en ligne [PDF]), p. 30
  15. Statistique Canada
  16. (en)« Entreprise Fundy », sur Entreprise Fundy (consulté le 7 novembre 2012).
  17. « Les communautés dans chacune des 12 Commissions de services régionaux (CSR) », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  18. « Conseils d'administration des commissions de services régionaux annoncés », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 1 novembre 2012).
  19. « Services obligatoires », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  20. (fr) Ministère des Transports du Nouveau-Brunswick, « Ponts couverts - Comté d'Albert »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) William F. Ganong, A Monograph of the Origins of the Settlements in New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1904, 185 p.
  • (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Ottawa, Énergie, Mines et Ressources Canada,‎ 1975