Oronce de Lecce

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sant'Oronzo de Lecce

Oronce de Lecce[1] (Orontius en latin et Oronzo en italien), qui est vénéré comme saint par l'Église catholique, fut un païen habitant de Rudiae, une ancienne localité dans les alentours d'Aletium (maintenant Lecce).

Histoire[modifier | modifier le code]

Selon la légende, Oronce naquit dans la ville salentine vingt-deux ans après la naissance du Christ.

Son père, Publio fut trésorier de l'empereur et à l'âge de trente-cinq ans, Oronce lui succéda.

Pendant qu'Oronce était à la chasse avec son petit-fils Fortunat, consul de la ville, le long de la plage de San Cataldo, il rencontra saint Juste, envoyé par saint Paul à Rome pour remettre quelques lettres apostoliques. Oronce se convertit au christianisme grâce à Juste, qui le baptisa ensemble avec son petit-fils.

Juste et Oronce commencèrent à prêcher et ils furent dénoncés par les prêtres païens au préteur romain, qui leur imposa d'offrir de l'encens à Jupiter dans son temple. Oronce et Juste s'opposèrent à cette injonction et professèrent leur foi. Le préteur condamna Oronce et Juste à la flagellation et il les fit enfermer en prison.

Libéré, Juste partit voir saint Pierre à Rome. Revenu à Aletium (l'ancien nom de Lecce), il repartit de suite pour Corinthe, accompagné par Oronce et Fortunat. À Corinthe, ils furent accueillis par saint Paul, et Oronce fut nommé évêque de la ville d'Aletium avec son petit-fils comme successeur.

Néron entretemps intensifia la persécution des chrétiens et il envoya son ministre Antonino à Lecce, qui fit emprisonner Oronce et Fortunat. Il les menaça de mort s'ils n'abjuraient pas le christianisme. Mais ils refusèrent et furent malgré tout libérés.

Après quoi, ils continuèrent à prêcher dans le Salento et dans le Japigia. Successivement arrêtés de nouveau par Antonino, ils furent emmenés à trois kilomètres de Aletium, un 26 août, pour y être décapités.

De nos jours s'y trouve une église dénommée par les Leccesi : La Capu te Santu Ronzu (la Tête de Saint Oronce) ou Santu Ronzu te fore (Saint Oronce de dehors [des murs de la ville]).

Il se dit en outre que la tête n'a jamais été retrouvée et que l'église catholique n'a jamais ouvert un procès pour sa sanctification.

Une anecdote concerne la statue d'argent de saint Oronce gardée dans la cathédrale de Lecce. Le demi buste fabriqué à la fin du VIe siècle à Naples présentait toujours un défaut près du sourcil et ce à chaque moulage successif. Selon la légende, le saint avait une cicatrice près du sourcil.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Joseph-Romain Joly, L'Ancienne Géographie comparée à la moderne, Lottin imprimeur, Paris, 1801, page sur Lecce nouveau nom de Aletium.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Révérents dominicains Richard et Giraud, Bibliothèque sacrée, ou Dictionnaire universel historique, dogmatique, canonique, géographique et chronologique des sciences ecclésiastiques, Boiste fils aîné, 12 rue de Sorbonne, Paris, 1824