Encens (fumigation)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Encens.
Batons d'encens offerts en offrande au temple de Longhua (Shanghai)


L'encens est un terme vernaculaire pour qualifier diverses substances dégageant une odeur agréable lors de leur combustion ou de leur chauffage. Il est communément admis que les fumigations furent les premiers parfums de l'humanité.

Dans la langue française, le mot encens est relativement tardif : il a été emprunté vers 1135 au latin ecclésiastique incensum, désignant une matière brûlée en sacrifice (participe passé neutre du verbe incendere = brûler, enflammer) [1]. Chez les Romains on l'appelait thymiama, un mot proche de thym, à rattacher à deux racines grecques : l'une, thuos évoque à la fois l'idée d'offrande et de parfum, d'aromate ; l'autre, thuien, correspond à la notion de sacrifice (que l'on fait brûler). À l'origine, sans doute une racine indo-européenne °dhu- (= faire brûler).


Variétés, formes et modes de fabrication[modifier | modifier le code]

Diverses variété de matière odorante servant à la fabrication des encens : Camphre de Bornéo, Benjoin de Sumatra, Oliban blanc, Guggul (Commiphora wightii), Oliban doré, Baume de Tolu, Myrrhe de Somalie, Labdanum, Opoponax, et poudre de santal blanc

Les parfums à bruler existent sous diverses formes; néanmoins, on peut établir une distinction entre les présentations non-façonnées et les présentations façonnées.
Les premières sont représentés par les résines brutes, éclat de bois odorant ou épices entières d'un coté et les poudres de résines, de bois ou d'épices. Les éléments sont simplement réduis en une poudre plus ou moins fine, parfois additionné d'huiles essentielles ou de parfum artificiel
Ce sont les formes les plus simples et les plus brutes de fumigations, et elles nécessitent pour la plupart un charbon ardent ou un bruleur électrique pour être utilisées.
La seule exception notable est le bâton de fumigation amérindien. composé de plantes aromatiques liées ensembles et séchées, il est simplement enflammé.

Les versions façonnées comportent les bâtons, les cônes, les boulettes, cordelette, spirale ainsi que les encens pressés.
Le façonnage de l'encens est plus ou moins marqué, le moins façonné étant l'encens népalais en cordelette. La poudre d'encens est simplement enfermée dans une feuille de papier de riz et façonnée sous la forme d'une cordelette dont on enflamme l'une des extrémités.
Puis viennent les boulettes. Des poudres de plantes, résines ou aromates sont mélangées avec du miel (certains bakhuur), de la mélasse ou un confit de fruit (neriko); puis mises en fermentation durant une période plus ou moins longue avant d'être façonnée en boulette de la taille d'un pois chiche. Ces boulettes sont ensuite utilisé dans des bruleurs a charbon ou électrique.
Enfin, les bâtonnets, cônes et encens pressés sont fabriqués à base de poudres aromatique, parfois renforcées d'huiles parfumées tel que le champa, d'eau et d'une poudre facilitant la combustion tel que le taboo, le charbon ou le salpêtre. Le mélange obtenu peut être roulé autour d'un bâtonnet de bambou (encens indien), extrudé en bâtonnet (encens japonais ou senkoh), moulé en forme de cône ou de forme diverses. Ces versions s'utilise en allumant simplement l’extrémité du bâton ou du cône, et en laissant la matière se consumer sans flamme. La quantité de fumé dégagée est très variable : de très abondante pour les encens indien à absente pour les encens japonais sans fumé. Il est à noter que certain encens pressés japonais haut de gamme sont à utilisé avec un bruleur et non par consumation.


Les fumigations dans l'antiquité[modifier | modifier le code]

Encens sur charbon


Le dieu assyrien Baal en était un grand consommateur, mais Yahvé, dans l'Ancien Testament, aimait également beaucoup l'encens, mentionné à 113 reprises dans les divers livres. On notera surtout un passage de l'Exode (XXX: 34-37) dans lequel Yahvé précise à Moïse la composition du mélange qu'il faut faire brûler pour lui (storax, onyx, galbanum, aromates et pur encens), tout en lui indiquant que ce mélange ne doit pas être utilisé de façon profane :

« " Le parfum que tu fais là, vous n'en ferez pas pour vous-mêmes de même composition. Il sera saint pour toi, réservé à Yahvé. Quiconque fera le même pour en humer l'odeur sera retranché de son peuple." »

Les Égyptiens, considérés comme les plus grands parfumeurs de l'Antiquité, firent eux aussi un grand usage de l'encens, qui entrait notamment dans la composition du kyphi. Le nom même de l'encens dans l'ancienne langue égyptienne est évocateur. Le mot "netcher" désignait ce qui relevait des dieux ou du divin et c'est le causatif de ce mot qui était utilisé pour dénommer l'encens : "sénetecher" dont une traduction pourrait être : "Ce qui rend divin". Même chose chez les Grecs et les Romains[réf. nécessaire]. La nature divine de l'encens est évoquée par Ovide dans ses Métamorphoses, puisque selon lui le premier arbre à encens aurait poussé sur la tombe de Leucothoé, maîtresse d'Hélios châtiée par son père Orchamos.

Le christianisme, dans la continuité de l'Ancien Testament, perpétue l'utilisation de l'encens, de plus il fait partie des cadeaux apportés au Christ par les mages. L'encens est brûlé dans un encensoir, qui est balancé selon l'usage propre à chacun des rites respectifs pour mieux en diffuser dans l'air le parfum . La fumée de l'encens montant vers le ciel symbolise également la prière qui monte vers Dieu.

De tous les parfums, l'encens est certainement celui qui a le passé le plus prestigieux. On le considérait dans l'Antiquité comme plus précieux que l'or, et la route de l'encens a fait la fortune de plusieurs royaumes arabes.[réf. nécessaire]

Géographie des parfums à bruler[modifier | modifier le code]

Moyen-orient et Afrique[modifier | modifier le code]

Moyen-orient[modifier | modifier le code]

Afrique sub-saharienne[modifier | modifier le code]

Asie[modifier | modifier le code]

Inde[modifier | modifier le code]

Chine[modifier | modifier le code]

Japon[modifier | modifier le code]

Europe[modifier | modifier le code]

« Räucherkerzchen », ou cône d'encens (allemand) utilisé durant la période de Noël. Les cônes sont sources d'émissions plus importantes de benzène et de formaldéhyde que les bâtons[2]

Le parfumeur royal[3]

Continent américain[modifier | modifier le code]

Amérique du Nord[modifier | modifier le code]

Amérique du Sud[modifier | modifier le code]

Encens et santé[modifier | modifier le code]

Brûleur à encens

La combustion de l'encens dégage une épaisse fumée odoriférante constituée de vapeurs contenant des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) et des carbonyles de benzène, produits cancérogènes[4]. En 2004, Que choisir avait publié que l’émission dans l’air d’encens comportait 110 fois plus de benzène que le seuil recommandé. Il est donc déconseillé d'en utiliser plus de 1 bâton par jour, et recommandé d'aérer la pièce après[5]. Quelques extraits (traduction de l'anglais) de la page 332 du Bulletin of Environmental Contamination and Toxicology référencé précédemment :

« La combustion de l’encens libère des substances chimiques cancérogènes.
Selon des chercheurs taïwanais, brûler de l'encens expose les gens à des niveaux dangereux de fumée chargée de produits chimiques cancérogènes.
Cette pratique est une aide méditative et médicinale populaire, souvent utilisée par les bouddhistes, hindous, Musulmans et chrétiens dans leurs maisons et lieux de culte.
Les niveaux d'un produit chimique connu pour être à l'origine du cancer du poumon étaient beaucoup plus élevés dans un temple mal ventilé à Taïwan que dans les maisons où les gens fument du tabac. Brûler de l'encens crée aussi plus de pollution que le trafic routier à un carrefour de la ville.
Les chercheurs ont recueilli des échantillons d'air à l'intérieur et à l'extérieur d’un temple dans une ville de Taïwan, et les ont comparés à des échantillons à un carrefour. À l'intérieur du temple, ils ont trouvé des concentrations très élevées d'hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), un grand groupe de produits chimiques hautement cancérogènes qui sont libérés quand certaines substances sont brûlées.
Les niveaux de HAP totaux à l'intérieur du temple étaient 19 fois plus élevés qu'à l'extérieur et légèrement supérieurs à ceux enregistrés au carrefour. « En raison d'une mauvaise ventilation dans les temples et l'accumulation provenant de la combustion d'encens non-stop, nous n'avons pas été surpris par ces résultats », explique un scientifique.
Un HAP appelé benzopyrène, connu pour causer le cancer du poumon chez les fumeurs, a été trouvé en quantités très élevées à l'intérieur du temple. Les chercheurs ont comparé les niveaux de benzopyrène dans le temple avec d'autres espaces intérieurs, et ont constaté qu'ils étaient jusqu'à 45 fois plus élevés que dans les maisons où les résidents fumaient du tabac.
Les chercheurs ont également testé des polluants comme les particules totales en suspension (TSP). Ils ont constaté que les concentrations de TSP à l'intérieur du temple étaient trois fois plus élevées qu'au carrefour routier et 11 fois plus élevées qu'à l'extérieur du temple. Ces concentrations dépassent les niveaux standard « sécuritaires » pour l'air ambiant fixés à Taïwan. »[6].

Alors que l'oliban (résine tirée de l'arbuste Boswellia sacra), est utilisée pour les fumigations; la résine tirée de l'arbuste Boswellia serrata, contient des acides Boswelliques (à hauteur d'environ 30%); les extraits tirés de cette résine pourraient avoir une action sur certaines maladies, dont l'asthme, la polyarthrite rhumatoïde, la maladie de Crohn[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. TLFi, http://www.cnrtl.fr/etymologie/encens
  2. Maupetit F & Squinazi F (2009) Caractérisation des émissions de benzène et de formaldéhyde lors de la combustion d’encens et de bougies d’intérieur: élaboration de scénarios d’exposition et conseils d’utilisation. Environnement, Risques & Santé, 8(2), 109-118 (résumé).
  3. http://books.google.fr/books?id=L-dQAQAAIAAJ&dq=parfumeur%20royal&hl=fr&pg=PP13#v=onepage&q=parfumeur%20royal&f=false
  4. Jeppe T. Friborg, Jian-Min Yuan, Renwei Wang, Woon-Puay Koh, Hin-Peng Lee, and Mimi C. Yu. Incense use and respiratory tract carcinomas: a prospective cohort study American Cancer Society (2008, August 26). Burning Incense Increases Risk Of Respiratory (19/09/2008, L.J.S.)
  5. Ta-Chang Lin, Feng-Hsiang Chang, Jue-Hsien Hsieh, How-Ran Chao, Mu-Rong Chao, « Environmental Exposure to Polycyclic Aromatic Hydrocarbons and Total Suspended Particulates in a Taiwanese Temple », Bulletin of Environmental Contamination and Toxicology, vol. 67, 2001, p. 332-338
  6. Revue New Scientist (traduction), Incense burning releases cancer-causing chemicals.
  7. Ernst E, Frankincense: systematic review, BMJ, 2008;337:a2813

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maupetit F & Squinazi F (2009) Caractérisation des émissions de benzène et de formaldéhyde lors de la combustion d’encens et de bougies d’intérieur: élaboration de scénarios d’exposition et conseils d’utilisation. Environnement, Risques & Santé, 8(2), 109-118 (résumé).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :