Nassérisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le nassérisme est une idéologie politique arabe basée sur la pensée du président égyptien Gamal Abdel Nasser.

Elle influença énormément la politique intérieure et extérieure des pays arabes pendant les années 1950, 1960 et 1970. Dans ces années, divers groupes et partis se réclamant du nassérisme se constituèrent comme le Mouvement nationaliste arabe ou les Mourabitoun. Des hommes comme Kadhafi, Ibrahim Qoleilat ou Ahmed Ben Bella se réclament de cette idéologie. Le nassérisme fut l'idéologie officielle de l'Égypte sous la présidence de Gamal Abdel-Nasser puis abandonnée par Anouar el Sadate.

Avocat et penseur égyptien, Ismat Seif al-Dawla (1923-1996) a présenté une des tentatives les plus élaborées de théorisation du nationalisme arabe, et de l'expérience nassérienne, plus particulièrement. Ses écrits intitulés "La théorie de la révolution arabe" ont inspiré les groupes nassériens dans différent pays arabes[réf. souhaitée].

Aujourd'hui, le nassérisme existe dans la plupart des pays arabes, mais est devenu un mouvement politique de moindre importance. En Égypte, les nassériens sont officiellement structurés au sein du Parti nassériste arabe démocratique qui prône l'unité du monde arabe et rejette le libéralisme économique. En Tunisie, le Mouvement du peuple, dont Mohamed Brahmi était l'une des principales figures, est le principal mouvement se réclamant du nassérisme.

Idéologie[modifier | modifier le code]

La politique de Nasser appliquée à trois niveaux, concourant à définir ce que l'état égyptien devrait être.

Le nassérisme est une idéologie panarabe révolutionnaire, combinée avec un socialisme arabe mais qui reste opposée aux idées marxistes.

Il a longtemps été en conflit avec les Frères musulmans mais il existe des rapprochements entre ces derniers et les nassériens depuis les années 1980.

L’idéologie nassérienne telle qu’elle est définie dans Philosophie de la révolution, ouvrage écrit par Gamal Abdel Nasser en 1953, explique que l’Égypte possède trois cercles d’appartenance fondamentale : la nation arabe, l’Afrique et le monde musulman. Gamal Abdel Nasser développa sa politique dans cette triple dimension. Ainsi, Gamal Abdel Nasser fut l’un des grands artisans de la conférence de Bandung puis du mouvement des non-alignés. De même, Gamal Abdel Nasser soutint activement les mouvements de libération nationale dans le monde arabe et en Afrique comme le FLN en Algérie ou Le Front de libération national (Yémen).

Ce mouvement s'est toujours opposé au colonialisme, à l'impérialisme et à l'État d'Israël, qui est vu comme une colonie occidentale sur les terres de la nation arabe.

Voir aussi[modifier | modifier le code]