Music Man StingRay Bass

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Music Man StingRay de 1997

La Music Man StingRay Bass est une guitare basse électrique de la marque Music Man créée par Leo Fender et commercialisée à partir de 1976.

Histoire[modifier | modifier le code]

Leo Fender, créateur des plus célèbres instruments du rock, comme la Stratocaster, la Telecaster ou les Jazz Bass et Precision Bass dans les années 1950, vend son entreprise Fender à la firme CBS en 1965[1] pour 13 millions de dollars[2]. Une clause de non-concurrence de dix années lui est contractuellement imposée, pendant lesquelles il ne crée donc aucun instrument de musique[2].

Au début des années 1970, les employés de Fender Forrest White et Tom Walker quittent l'entreprise propriété de CBS pour monter leur propre compagnie qui prend le nom de Music Man en 1974. Libéré de ses contraintes, Leo Fender en est nommé président en 1975[2].

Conçue par Leo Fender, Tom Walker et Sterling Ball (bassiste-testeur pour Music Man) dans les ateliers de Leo Fender à Fullerton, Californie, la StingRay, instrument innovant, va rapidement devenir très populaire parmi les bassistes les plus réputés de la planète, et faire la renommée de cette nouvelle entreprise[2].

Après une succession de problèmes tant humains qu'industriels, Leo Fender quitte Music Man en 1979, pour fonder G&L[2], tandis que la firme, qui n'arrive pas à vendre correctement ses autres instruments (comme les modèles Sabre, guitares et basses), est rachetée par Ernie Ball en 1984. Depuis lors, la StingRay porte ce nom sur sa tête de manche.

Principales caractéristiques[modifier | modifier le code]

La StingRay originale (modèle 1979)

Cette basse, qui se caractérise visuellement par le fait qu'une des quatre mécaniques (le sol) est placée en bas de la tête du manche, devient le symbole du son « funk » de la fin des années 1970/début des années 1980. C'est une basse active. Le son est en effet puissant, le micro étant préamplifié et l'instrument muni d'une pile de 9 volts nichée dans une petite trappe au dos pour le faire fonctionner[3]. Les slappeurs en raffolent[3].

Les premières versions de la StingRay sont dotées d'un équaliseur 2-bandes (c'est-à-dire deux potentiomètres de graves et d'aigus) puis elle sort dans une version dotée d'un équaliseur 3-bandes (graves, middle et aigus). Ce système, très innovant, rend possible la modulation des fréquences médianes, comme des basses et des hautes, ce qui n'était pas possible avec les basses sans préampli[3].

En 1987, sous la marque "Ernie Ball Music Man", et par conséquent conçue par les équipes Ernie Ball de San Luis Obispo, Californie, sort une version 5-cordes, la Stingray 5. La 5e corde étant un do ou un si grave (selon la façon dont on décide de l'accorder)[4].

Principaux utilisateurs[modifier | modifier le code]

Beaucoup de bassistes vont utiliser la StingRay, notamment dans le jazz-rock, mais aussi dans des genres plus populaires. Bernard Edwards, le bassiste de Chic, popularise la StingRay à travers des tubes mondiaux comme Le Freak (1978) ou Good Times (1979) (repris par les Sugarhill Gang dans le fameux Rapper's Delight). Parmi les autres utilisateurs prestigieux de cette basse, on trouve Flea des Red Hot Chili Peppers, Tony Levin, notamment bassiste attitré de Peter Gabriel, Louis Johnson, fameux slappeur des Brothers Johnson, Guy Pratt, bassiste de Pink Floyd après le départ de Roger Waters, Simon Gallup des Cure, etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :