Moro sphinx

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Macroglossum stellatarum

Le Moro sphinx ou Sphinx colibri ou Sphinx du caille-lait (Macroglossum stellatarum), est un insecte appartenant à l'ordre des lépidoptères, à la famille des Sphingidae, à la sous-famille des Macroglossinae, tribu des Macroglossini, sous-tribu des Macroglossina, et du genre Macroglossum. C'est l'espèce type pour le genre.

Moro sphinx en vol stationnaire
Moro sphinx en vol stationnaire butinant un buddleia.
Macroglossum stellatarum - Bibliothèque du MHNT
Moro sphinx peu de temps après l'émergence, exemple de mimétisme, d'homochromie.

Description[modifier | modifier le code]

C'est un petit Sphingidae marron beige au corps trapu. Le Moro sphinx possède une très longue trompe pour butiner les fleurs, souvent violettes, bleues ou blanches, en vol stationnaire à la manière des oiseaux-mouches. Il butine généralement le nectar des fleurs que les autres insectes ne peuvent atteindre. Il affectionne les sauges, les lavandes.

Chenille[modifier | modifier le code]

Les œufs sont déposés isolément sur les bourgeons et les fleurs des gaillets (Galium) ou dans leur voisinage (mai ; juillet/août). L'éclosion se déclenche environ une semaine après la ponte. On peut observer les chenilles principalement en mai et en août. La chenille est vert pâle rayée longitudinalement de jaune, puis marron rayée de jaune.

Chrysalide[modifier | modifier le code]

C'est dans un cocon lâche soit sur le sol soit dans la terre que la nymphose s'effectue. Le stade nymphal dure environ 1 mois.

Biologie[modifier | modifier le code]

Son vol est d'une précision et d'une rapidité peu communes. Le Moro sphinx peut voler à 50 km/h, 40 km/h en moyenne, ce qui le place parmi les papillons les plus rapides [1].

Période de vol[modifier | modifier le code]

C'est une des rares espèces diurnes de sa famille (avec le Sphinx fuciforme ou Sphinx gazé, Hemaris fuciformis L. et le Sphinx bombyliforme, Hemaris tityus L[2]; ces 2 espèces étant moins fréquentes en France). Les imagos volent habituellement en Europe d'avril à août mais ils peuvent être présents également en septembre (2 générations annuelles).

Plantes hôtes[modifier | modifier le code]

Les plantes hôtes de cet insecte sont généralement des gaillets (Galium), mais le papillon peut pondre aussi sur d'autres plantes de cette famille des Rubiaceae, ainsi que sur des Valerianaceae ou des Caryophyllaceae.

Écologie et distribution[modifier | modifier le code]

  •      Distribution estivale
  •      Distribution en toute saison
  •      Distribution hivernale

Son habitat naturel se trouve dans l'hémisphère nord entre l'Espagne et le Japon. Cet insecte migrateur peut se rencontrer presque partout dans l'hémisphère nord en été, mais il réside uniquement dans les climats tempérés les plus chauds (Espagne, Portugal, Italie, Turquie, Afrique du Nord). En effet, il survit rarement à l'hiver aux latitudes plus nordiques (comme au nord des Alpes en Europe, ou au nord du Caucase en Russie, etc.). Peut-être à cause du réchauffement climatique, de jeunes spécimens précurseurs apparaissent de plus en plus tôt, même au nord de la région parisienne (mi-mars) alors qu'antérieurement nous assistions à l'arrivée plus tardive de spécimens uniquement adultes donc migrateurs. Cet insecte est considéré comme porte-bonheur dans certaines régions du Sud de la France.

Il est présent durant la saison chaude dans tous les départements de France métropolitaine[3].

C'est un papillon migrateur sur de longues distances. Ainsi, le 31 mai 1999, plusieurs individus se sont posés sur le ferry reliant Patras (Grèce) à Ancône (Italie). En début octobre 2013, le Moro Sphinx a été vu à plusieurs reprises à butiner des fleurs de géraniums le long de l'Attert au centre du Grand-Duché de Luxembourg .

Moro sphinx butinant les fleurs de Zinnia violacea dans un jardin

Biotope[modifier | modifier le code]

Cette espèce fréquente les prés, les buissons et les jardins.

Systématique[modifier | modifier le code]

L'espèce Macroglossum stellatarum a été décrite par le naturaliste suédois Carl von Linné en 1758, sous le nom initial de Sphinx stellatarum [4].

Synonymie[modifier | modifier le code]

  • Sphinx stellatarum (Linné, 1758) Protonyme
  • Sphinx flavida Retzius, 1783 [5]
  • Macroglossa nigra Cosmovici, 1892 [6]
  • Macroglossa subnubila Schultz, 1904
  • Macroglossa fasciata Rebel, 1910
  • Macroglossa convergens Constantini, 1916
  • Macroglossa approximata Lempke, 1959
  • Macroglossa clausa Lempke, 1959
  • Macroglossa candidum Eitschberger, 1971
  • Macroglossa minor Vilarubia, 1974 [7].

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

Moro sphinx ou Macroglosse du caille-lait (ou gaillet) se nomme Humming-bird Hawk-moth en anglais, Karpfenschwanz ou Taubenschwänzchen en allemand, et Cola de Paloma en espagnol.

Le Moro sphinx et l'Homme[modifier | modifier le code]

Protection[modifier | modifier le code]

Pas de statut de protection particulier.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Encyclopédie Larousse de la Nature ISBN 2-03-152111-X
  2. Michael Chinery, Insectes de France et d'Europe occidentale, Paris, Flammarion,‎ août 2012, 320 p. (ISBN 978-2-0812-8823-2), p. 146-147
  3. Référence INPN : Macroglossum stellatarum (+ statut + description) (fr)
  4. Linnaeus, 1758; Syst. Nat. (Edn 10) 1 : 493
  5. Retzius, 1783; Gen. Spec. Ins.: 33
  6. Cosmovici, 1892; Le Naturalista 14: 280
  7. funet

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]