Google Talk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir GT.
Google Talk
Image illustrative de l'article Google Talk
Logo

Développeur Google
Dernière version 1.0.0.105 (5 janvier 2007)
Environnement Microsoft Windows
Type Messagerie instantanée
Licence Freeware
Site web google.fr/talk

Google Talk était un freeware et service de messagerie instantanée et de voix sur IP basé sur le protocole XMPP (Jabber) développé par la société Google sorti en version bêta le 24 août 2005. Google Talk désigne à la fois le service ainsi que le logiciel client permettant de se connecter à ce service. Google Talk a été remplacé par Google+ Hangouts et n'est plus développé.

Le logiciel Google Talk était disponible pour  :

  • Windows 2000, 2003, XP, Vista, 7
  • la version 2006 du PDA Nokia 770 qui fonctionne sous Linux
  • les téléphones mobiles équipés des systèmes BlackBerry OS, Android et iOS
  • toute plate-forme supportant Flash grâce au Google Talk Gadget.

Son interface tentait de se distinguer par son aspect simple et léger.

Protocole standard ouvert[modifier | modifier le code]

Google Talk utilisait le protocole standard et ouvert XMPP tout en encourageant à utiliser son propre client afin de se connecter au service Google Talk.

De par l'utilisation d'un protocole ouvert, on pouvait aussi se connecter au service de messagerie instantanée Google Talk à partir d'un client Jabber standard. La voix sur IP n'était toutefois pas disponible. La communication inter-serveur Jabber (« s2s », pour « server to server ») a été implémentée dans le service de Google Talk le 17 janvier 2006[1], Google Talk était donc ouvert à l'ensemble du réseau Jabber public mondial (réseau dit « fédéré »).

Un partenariat a été créé entre AOL et Google pour permettre à Gtalk et AIM d'être inter-opérables[2].

Voix[modifier | modifier le code]

La voix sur IP utilisait le protocole ouvert Jingle en cours de standardisation et des codecs libres (speex) et propriétaires (GIPS).

Intégration dans Gmail[modifier | modifier le code]

En février 2006 pour la version française (courant 2005 pour la version américaine), Google Talk a bénéficié d'une intégration de ses services dans Gmail. Il y est devenu possible d'utiliser la plupart des fonctions de messagerie instantanée depuis le service de courriel en ligne de Google, ce qui pouvait entre autres permettre de chatter tout en consultant ses courriels ou vice versa, mais surtout de pouvoir faire cela sur quasiment tout système d'exploitation et avec tout type de navigateur (Firefox, Opera, Google Chrome, etc.). De plus, Gmail offrait par défaut la possibilité de conserver l'intégralité des conversations effectuées via ce service Google Talk intégré.

Intégration dans Google+[modifier | modifier le code]

Depuis son lancement, le service social de Google intègrae également un module de discussion instantanée semblable à celui de GMail, à la différence qu'on peut y choisir avec quels "Cercles" on veut discuter.

Technique[modifier | modifier le code]

Google a annoncé que le but principal du service Google Talk est l'interopérabilité. Google Talk utilisait Jabber/XMPP pour fournir une messagerie instantanée extensible. Depuis janvier 2006, Google Talk permettait les communications de serveur à serveur, et ainsi les utilisateurs de Google Talk pouvaient parler aux utilisateurs d'autres serveurs Jabber publics du monde entier.

Le 15 décembre 2005, Google a publié libjingle, une bibliothèque logicielle libre écrite en C++ mettant en œuvre Jingle, un ensemble d'extensions à XMPP pour le support de la voix sur IP (VoIP), et à terme le transfert de fichiers et la vidéo[3] entre autres (Jingle est un protocole d'initialisation de session multimédia).

Google Talk ne chiffrait pas le flux Jabber, mais utilisait à la place une manière non-documentée et non-standard de s'authentifier au service, en récupérant un jeton d'un serveur web sécurisé. Les clients autres que celui de Google devaient sécuriser leurs flux avec TLS avant d'envoyer le mot de passe, ce qui fait qu'ils restaient chiffrés pendant toute la session.

Les options configurables étaient volontairement très limitées. Le client officiel propose la désinstallation du logiciel Gmail Notifier, dont il remplit les mêmes fonctions et ajoute de nouvelles options.

Google Talk proposait, comme certains clients de messagerie instantanée, le support des thèmes de fenêtres de discussion. Pour cela, il utilisait le même système de thème créé initialement pour Adium mais également utilisé par Kopete et par Skype pour Mac OS X. Ce système de thème est basé sur du XHTML et du CSS.

Enfin, depuis avril 2007, GoogleTalk pouvait être embarqué sur n'importe quelle page web, grâce à une ligne de JavaScript à placer dans la page en question.

Fonctionnalités[modifier | modifier le code]

Google Talk intégrait  :

  • discussions un à un.
  • groupchat (discussions à plusieurs), disponible uniquement dans les web de Google Talk.
  • transfert de fichiers. Pour cette option, il est possible d'envoyer plusieurs fichiers en une seule fois. Le nombre de fichiers ainsi que la taille totale apparaît, une barre de progression indique l'avancement du transfert. Le titre du fichier en cours de transfert apparaît alors en gras.
  • voix
  • affichage de la musique écoutée, uniquement compatible avec Winamp, Windows Media Player, iTunes et Yahoo Music Engine.
  • notifications des mails reçus dans Gmail et possibilité de consulter les courriels en cliquant dessus (lien https)
  • intégration dans Gmail (interface web)
  • avatars
  • messagerie vocale (répondeur, en anglais « voicemail ») même si le contact est hors ligne.
  • émoticônes
  • l'icône dans la barre des tâches est
    • grise lorsque l'on n'est pas connecté
    • blanche lorsque l'on est connecté
    • blanche muni d'un M rouge (logo de Gmail) lorsqu'un courriel n'a pas été lu

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • Google Voice: permet de se connecter entre téléphones (en Amérique du Nord seulement)

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Open Federation for Google Talk », sur Google official blog (consulté le 2013-01-27)
  2. AIM : bientôt une vraie interopérabilité avec Gtalk, Clubic, Guillaume Belfiore, 9 mai 2011
  3. (en) Jabber.org

Liens externes[modifier | modifier le code]