Merritt A. Edson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Merritt A. Edson
Image illustrative de l'article Merritt A. Edson

Surnom Red Mike
Naissance 25 avril 1897
Rutland, Vermont
Décès 14 août 1955 (à 58 ans) (à 58 ans)
Washington D.C.
Origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Grade Général de division
Années de service 19171947
Conflits Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale

Le général de division Merritt Austin Edson (25 avril 1897 - 14 août 1955) surnommé "Red Mike", fut un général dans le Corps des Marines des États-Unis. Il a reçu plusieurs décorations, notamment la Médaille d'honneur, deux Navy Cross, la Silver Star et deux Legion of Merit. Il est mieux connu chez les Marines pour la défense de la crête Lunga lors de la bataille de Guadalcanal pendant la Seconde Guerre mondiale.

Il est nommé sous-lieutenant dans les Marines en octobre 1917 et sert en France et en Allemagne pendant la Première Guerre mondiale. Après la guerre, il a occupé différentes positions jusqu'à son entrée à l'école d'aviation en 1922. Après avoir gradué de l'école d'aviation, il effectue différentes missions en Amérique centrale et en Chine. C'est en Amérique centrale qu'il reçoit sa première médaille Navy Cross et la médaille du mérite nicaraguayenne avec Silver Star. Lors du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, Edson est commandant des Marine Raiders et gagne sa deuxième médaille Navy Cross à Tulagi. Son unité est envoyée au combat à Guadalcanal, Edson dirige ses hommes dans la bataille qui lui méritera plus tard la Médaille d'honneur.

Après la Seconde Guerre mondiale, Edson occupe plusieurs postes de commandement jusqu'à sa retraite du Corps des Marines le 1er août 1947. Il occupe ensuite plusieurs emplois dont celui de directeur de la National Rifle Association. Il se suicide le 14 août 1955 et est inhumé au cimetière national d'Arlington.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Edson est né à Rutland dans le Vermont mais il grandit dans la ville de Chester également au Vermont. Après ses études secondaires il étudie à l'université du Vermont pendant deux ans. Le 27 juin 1916, il quitte l'université en tant que membre du premier régiment de la garde nationale du Vermont et il est envoyé à Eagle Pass au Texas afin de servir sur la frontière mexicaine. Il retourne à l'université en septembre 1916, mais il s'engage l'année suivante, le 26 juin, dans le Corps de réserve des Marines.

Début de carrière[modifier | modifier le code]

Il est nommé sous-lieutenant dans le Corps des Marines le 9 octobre 1917 et en septembre de l'année suivante il prend la mer vers la France avec le 11e régiment des Marines. Ce régiment ne participe à aucun combat, mais pendant les six derniers mois de sa tournée européenne, Edson commande la compagnie D du 15e bataillon des Marines, qui a été mis sur pied exclusivement pour assister à la tenue d'un plébiscite à Schleswig-Holstein en Allemagne. Par contre cette mission n'a jamais eu lieu car les États-Unis n'ont pas ratifié le traité de Versailles.

Après la Première Guerre mondiale, Edson est nommé à différentes positions qui lui donneront les qualités requises pour occuper des postes de haut commandement qu'il obtiendra plus tard dans sa carrière. Il est promu lieutenant de vaisseau le 4 juin 1920 et passe deux ans à Marine Barracks, Quantico en Virginie en tant qu'adjudant au service des inscriptions de l'institut du Corps des Marines, après quoi il est envoyé brièvement en Louisiane pour surveiller la poste. Son intérêt pour l'aviation militaire le mène à appliquer pour une formation de vol à la base aéronavale de Pensacola en Floride, il y gagne ses ailes d'or et devient aviateur naval en 1922. Peu de temps après on lui ordonne de se rendre à la station aérienne de la Marine à Guam, où il apprend à connaître les îles Mariannes avec lesquelles son nom sera intimement lié plus tard.

Il est de retour aux États-Unis en 1925, il prend un cours approfondi sur les tactiques aériennes avancées à Kelly Fields au Texas, puis il étudie au Company Officers' Course à Quantico en Virginie. Il gradue avec le plus haut grade jamais atteint par un étudiant jusqu'alors. Cependant il doit abandonner son statut d'aviateur en 1927 pour des raisons d'ordre physique, il poursuit sa carrière comme officier terrestre. Il est assigné officier du service du matériel au chantier naval de Philadelphie.

Amérique centrale et Chine[modifier | modifier le code]

Il doit prendre la mer en 1927 en tant qu'officier commandant du détachement de la Marine sur l'USS Denver (CL-16) et il est promu au rang de capitaine le 21 décembre 1927. Pendant son service dans les eaux territoriales de l'Amérique centrale, son détachement est à terre au Nicaragua de février 1928 à 1929. Au commande de 160 Marines triés sur le volet et spécialement entraînés, il est impliqué dans douze combats contre les bandits dirigés par Sandino et leur empêche d'utiliser les vallées Poteca et Coco River. Il reçoit sa première médaille Navy Cross pour ses actions dans lesquelles "son sang-froid, son intrépidité et son élan ont tellement inspiré ses hommes que les bandits, numériquement supérieurs, ont été chassé de leurs positions et ont subi de lourdes pertes." Il a également reçu d'un gouvernement nicaraguayen reconnaissant la médaille du mérite nicaraguayen avec Silver Star.

En septembre 1929, il rentre aux États-Unis et est assigné comme instructeur de tactiques pour les lieutenants de Marine novices à The Basic School à Philadelphie. Son service terminé, il est assigné au service du War Plan Officer au dépôt de matériel de Philadelphie pour les quatre prochaines années.

Ce type de service n'est pas nouveau pour Edson puisqu'il a été associé de près au développement des armes légères avec le Corps des Marines. En 1921, il est membre de l'équipe de tir gagnante des Corps de Marine lors des concours nationaux à Camp Perry dans l'Ohio. En 1927, 1930 et 1931, il sert dans les équipes de fusil et de pistolet comme assistant entraineur. Pendant les concours régionaux de 1932 et 1933 il agit à titre d'entraineur d'équipe et de capitaine respectivement. Lors de la reprise des concours nationaux en 1935, il est capitaine des équipes de fusil et de pistolet du Corps des Marines en 1935 et 1936 et il remporte les trophées nationaux les deux années.

Après quelques séjours à l'entrepôt des recrues du Corps des Marines à Parris Island et au quartier général du Corps des Marines à Washington D.C. il est enrôlé en 1936 dans le Senior Officers' Course au Marine Corps Schools à Quantico en Virginie. Il est promu au rang de chef de bataillon le 9 février 1936. Il est en service à l'étranger de 1937 à 1939 en tant qu'officier des opérations pour le 4e régiment des Marines à Shanghai en Chine, ce qui lui permet d'observer de près les opérations militaires japonaises.

Son deuxième séjour au quartier général du Corps des Marines débute en mai 1939, il est inspecteur de l'entrainement au tir, il est en position pour insister sur la nécessité pour chaque Marine qu'il devienne extrêmement habile avec son arme. Il est promu lieutenant-colonel le 1er avril 1940.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Bataillon Raider[modifier | modifier le code]

En juin 1941, il est transféré une nouvelle fois à Quantico pour commander le 1er bataillon du 5e régiment des Marines qui est rebaptisé 1er bataillon indépendant en janvier 1942. Les exercices d'entrainement qu'il dirige dans les mois qui suivent avec les transports rapides de la Marine mènent à la création du 1er bataillon Raider de la Marine au début de 1942. Cette unité deviendra un modèle pour chacun des bataillons Raider qui sera créé au cours de la guerre. Il est promu au rang de colonel le 21 mai 1942.

Black and white photo of eleven Marines in their combat uniforms sitting on some stairs
Lieutenant-colonel Edson (première rangée, deuxième à partir de la gauche) avec d'autres officiers des Marines à Tulagi, peu de temps après la bataille en août 1942.

Le colonel Edson fait son entrée dans le théâtre des opérations du Pacifique avec l'entrainement outre-mer de son bataillon Raider dans les Samoa américaines. Le 7 août 1942, son bataillon Raider ainsi que le 2e bataillon du 5e régiment des Marines débarquent à Tulagi dans les îles Salomon britanniques. Deux jours de durs combats permettent de prendre le contrôle de cette île stratégique lors de la bataille de Tulagi. Son bataillon est relocalisé à Guadalcanal d'où il effectue des raids sur les îles Savo et Tasimboko de Guadalcanal. Edson reçoit la Gold Star à la place d'une deuxième médaille Navy Cross pour ses opérations victorieuses sur Tulagi.

Guadalcanal[modifier | modifier le code]

C'est la défense de Lunga Ridge sur Guadalcanal du 13 au 14 septembre 1942 qui fera connaître plus tard Edson. Son bataillon Raider et deux compagnies du 1er bataillon de parachutistes sont envoyés le long d'une crête tout juste au sud d'Henderson Field. Ils étaient censés se reposer un peu à cet endroit, mais des troupes japonaises ont subitement attaqué la position le premier soir, pénétrant le côté gauche de sa ligne de défense et forçant un repli vers une position de réserve.

Environ 800 Marines résistent aux assauts répétés de plus de 2 500 japonais sur la "crête sanglante", c'est ainsi qu'elle est maintenant appelée. Pour les hommes du 1er bataillon Raider, qui subissent 256 pertes, elle s'appelle "la crête d'Edson", en l'honneur de l'officier "qui était partout encourageant, cajolant et corrigeant la situation en s'exposant continuellement au feu de l'ennemi". Son surnom, "Red Mike", origine de sa barbe rousse qu'il portait à l'époque du Nicaragua, c'était également son nom de code pendant cette bataille. Depuis ce jour il est connu par tous sous le nom de "Red Mike". C'est pour cette action, la bataille de la crête Edson, qu'il reçoit la médaille d'honneur.

Après la bataille d'Edson, il devient commandant du 5e régiment des Marines. Cette fonction en fait un des premiers commandants des combats au fleuve Matanikau du 23 septembre au 9 octobre 1942. Il commande aussi le 5e régiment pendant la bataille d'Henderson Field et jusqu'à ce que le régiment quitte Guadalcanal avec le reste de la 1re division des Marines en novembre 1942. Peu de temps après un officier déclare "que les officiers et les hommes le suivraient n'importe où, le seul problème est d'arriver à se maintenir avec lui". Un correspondant de guerre témoigne "qu'il n'est pas un marine féroce, en réalité il est même un peu timide. Mais le colonel Edson est probablement parmi les 5 meilleurs commandants au combat de toutes les forces armées des États-Unis." On dit aussi de lui qu'il ne montre pas facilement ses émotions, mais lorsque son messager personnel fut tué au fleuve Matanikau à Guadalcanal, des témoins l'ont vu "pleurer comme un bébé" et il a affirmé plus tard que l'homme était irremplaçable.

Haut commandement et autres batailles[modifier | modifier le code]

En août 1943, il est nommé chef d'état-major de la 2e division des Marines, qui se prépare pour la bataille de Tarawa. Il prépare une évaluation de la situation pour cette opération qui se révélera étonnement précise, elle est devenue depuis un classique de la littérature militaire du Corps des Marines. Pour cette action, il reçoit la médaille Legion of Merit et est promu au rang de général de brigade le 1er décembre 1943. Plus tard, il est nommé assistant au commandant de division de la 2e division des Marines et participe à la bataille de Saipan et la bataille de Tinian. On lui décerne la médaille Silver Star pour ces batailles.

Le général de brigade Edson devient chef d'état-major de la force navale du Pacifique et il reçoit, en octobre 1944, la médaille Gold Star à la place d'une deuxième médaille Legion of Merit. Il passe 44 mois en service dans les zones de combat. Lorsqu'un jeune officier lui demande quand il espère être de retour aux États-Unis, Edson lui répond "Lorsque la guerre sera terminée, lorsque le travail sera terminé".

Retraite[modifier | modifier le code]

A black and white image of the upper torso and head of Merritt Edson in his military dress uniform with ribbons.
Le général de division Edson

En décembre 1945, il est nommé au bureau du chef des opérations navales et en février 1947, au quartier général du Corps des Marines. Il prend sa retraite du service actif à l'âge de 50 ans, après plus de 30 ans de service militaire pour son pays. Il est promu au grade de général de division au moment de sa retraite, le 1er août 1947.

Suite à sa retraite du Corps des Marines, il devient premier commissaire divisionnaire de la police d'état du Vermont. Il organise la force de police en partie en suivant le modèle d'une vieille association d'officiers motorisés. Il en fait une organisation semi-militaire qui a depuis été adoptée par d'autres états. À son retour de Washington D.C. en juillet 1951, il devient directeur exécutif de la National Rifle Association, ses efforts les plus importants à ce poste sont de stimuler l'intérêt des Américains pour l'adresse au tir. Parallèlement, il milite énergiquement pour un Corps des Marines de taille et de force adéquates pour ses multiples engagements. Il meurt le 14 août 1955 à Washington D.C., il se suicide par empoisonnement au monoxyde de carbone dans le garage annexé à sa maison à Washington, alors qu'il est en poste au National Rifle Association. Au moment de son décès, en plus de ses tâches à la NRA, il est représentant naval au comité consultatif sur les problèmes du prisonnier de guerre. Ce groupe recommande le code de conduite du prisonnier de guerre américain qui sera plus tard adopté et publié en tant que Code de conduite pour tous les militaires américains.

Il est inhumé au cimetière national d'Arlington et sa tombe se trouve dans la section 2, lot 4960-2.

Notes et références[modifier | modifier le code]