Place de la Liberté (Brest)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Place de la Liberté.
Place de la Liberté
Image illustrative de l'article Place de la Liberté (Brest)
Perspective monumentale de la place de la Liberté, ouvrant sur la rue de Siam, avec la rade en arrière-plan, et sur la droite, le clocher de l'église Saint-Louis dépassant du centre reconstruit.
Situation
Coordonnées 48° 23′ 27″ N 4° 29′ 08″ O / 48.390833, -4.48555648° 23′ 27″ Nord 4° 29′ 08″ Ouest / 48.390833, -4.485556  
Pays France
Région Bretagne
Ville Brest
Tenant Rue Jean-Jaurès
Aboutissant Rue de Siam
Morphologie
Type Place
Histoire
Création dans sa version actuelle, les années 1950 (la Reconstruction), réaménagé dans les années 1990.
Anciens noms les Glacis
Monuments Monument aux morts (XXe siècle), porte Saint-Louis (XIXe siècle, square Mathon), hôtel de ville (XXe siècle)

Géolocalisation sur la carte : Bretagne

(Voir situation sur carte : Bretagne)
Place de la Liberté

Géolocalisation sur la carte : Brest

(Voir situation sur carte : Brest)
Place de la Liberté

La place de la Liberté de Brest est située entre la rue de Siam et la rue Jean-Jaurès. Il s'agit d'une des principales places de la Brest depuis la Reconstruction. Souvent surnommée, la place Lib’ ou tout simplement Lib’, elle est régulièrement le théâtre de diverses manifestations ou concerts, comme le marché de Noël de Brest. Cette place tient lieu de nœud des différents réseaux de transports en commun de Brest, à savoir bus et tramway.

La place avant-guerre[modifier | modifier le code]

Avant la Guerre, la place était appelée les Glacis. Elle était en fait l'une des entrées de Brest intra-muros, avec les portes Landerneau, la porte principale de Brest même, et Saint-Louis, porte piétonne percée au XIXe siècle (du nom du quartier autour de l'église Saint-Louis). Les fortifications étaient l’œuvre de Vauban et séparaient la ville intra-muros des faubourgs Saint-Martin et Saint-Michel qui s'étaient développés à partir de la seconde moitié du XIXe siècle.

La nouvelle place de la Liberté[modifier | modifier le code]

L'ensemble place de la Liberté, le square Mathon ainsi que le monument aux morts situé dans ce dernier, fut dessiné par Jean-Baptiste Mathon comme nouveau centre du Brest nouveau, réunifiant ex-intra-muros et les faubourgs par cette espèce de forum. L'architecte voulait lui insuffler l'esprit classique des places royales. Les immeubles parés de granit, dans le style néo-classique moderne et épuré sont des architectes Jean de Jeagher, Y. Francès et M. Philippe[1], et le nouvel hôtel de ville, à l'inspiration moderne, devait terminer cet ensemble ; il fut conçu par Maurice-Léon Génin, et il est à noter qu'il s'est montré bien exigu à l'usage, contrastant avec son imposante apparence.

Le monument aux morts[modifier | modifier le code]

Élément central de l'ensemble place de la Liberté/square Mathon, s'élève le monument aux morts construit en 1954, dessiné par Jean-Baptiste Mathon, au centre du square. Le monument a été modifié par Bernard Huet au moment de rénovation de la place et du square. Sur le monument, on peut y lire la citation de Charles Péguy Heureux les épis mûrs. Et les blés moissonnés, côté place de la Liberté, et La ville de Brest à ses enfants morts pour la France et sa version bretonne D'hor bugale maro evit ar vro sur chaque flanc du monument[2].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

La rénovation de la place[modifier | modifier le code]

La place telle que Mathon l'avait dessinée, plus large que la place Saint-Marc à Venise, était un espace mal maîtrisé, qui formait une frontière entre les deux rues commerçantes de Brest - rue de Siam et la rue Jean-Jaurès - , matérialisée par l'avenue Georges-Clemenceau. Elle fut très largement reconstruite par Bernard Huet qui y intégra une fosse, diminuant la place centrale et la borda de deux îlots sobres. La connexion piétonne entre les deux grands axes de Brest fut rendue possible par un passage sous l'avenue Georges-Clemenceau. Elle fut inaugurée en 1996[3].

Le square Mathon[modifier | modifier le code]

Le square Mathon, du nom du l’urbaniste en chef Jean-Baptiste Mathon, ferme à la fois la place de Liberté d'un côté et la rue de Siam de l'autre. Il se présente en arc de cercle dans l'alignement du reste de la place et de la rue de Siam. Le square abrite les vestiges des fortifications de la ville, et le monument aux morts, la pièce centrale de l'ensemble place de la Liberté/square Mathon. S'il ne reste que pas grand chose de la porte principale de Brest même, la porte Landerneau, en revanche, la porte piétonne Saint-Louis - du nom du quartier autour de l'église Saint-Louis -, percée au XIXe siècle, est presque intacte. Une maquette de Brest au XIXe siècle ferme désormais cette porte devenue aveugle par la construction du monument aux morts.

À l'origine dessiné par Jean-Baptiste Mathon, le square fut repensé par Bernard Huet, en même temps que le reste de la place, qui y intégra les vestiges mis au jour pendant le chantier de réaménagement de l'ensemble place de la Liberté/square Mathon, permettant de la jonction piétonne entre la place et la rue de Siam. L'ensemble est inauguré le 14 juillet 1999 par le maire de Brest, Pierre Maille, et l'architecte concepteur Bernard Huet.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Daniel Le Couédic, Carmen Popescu et Rachel Sattolo, Art public et projet urbain : Brest, 1970-2000, Rennes, PUR,‎ 2008 (ISBN 974-2-7535-0537-7[à vérifier : isbn invalide])

Jean-Louis Auffret, Brest d'hier à demain, Saint-Thonan, Éditions Cloître,‎ mars 2002 (ISBN 2-910981-65-7)


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :