Lueur dans la forêt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Lueur dans la forêt

Titre original The Light in the Forest
Réalisation Herschel Daugherty
Scénario Lawrence Edward Watkin
Sociétés de production Walt Disney Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Sortie 1958
Durée 83 min

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Lueur dans la forêt (The Light in the Forest) est un film américain réalisé par Herschel Daugherty, sorti en 1958.

Produit par Walt Disney Productions, le film est inspiré du livre de Conrad Richter The Light in the Forest, paru en 1953.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 1764 aux États-Unis, un traité de paix entre les colons britanniques et les indiens du Delaware comprend une clause de libération des prisonniers respectifs, mais pour le jeune garçon Johnny Butler qui a vécu la majorité de sa vie avec les indiens cela pose problème. Il a développé de forts ressentiments envers les blancs et l'expédition punitive menée par son oncle Wilse Owens n'arrange rien. Il rencontre alors une jeune esclave de son oncle, nommée Shenandoe qui cauchemarde depuis la mort de ses parents tués par des indiens. Sa rencontre et leur amour vont entamer un changement chez Johnny.

Une nuit, un indien de la tribu ayant accueilli Johnny est tué par Wilse alors qu'il venait parler avec le jeune garçon. De retour dans la tribu Johnny fait face à des remarques sur ses nouvelles habitudes, de blanc. De plus ses pairs lui demandent de servir de leurre lors d'une fête des hommes blancs afin de les attaquer. Johnny refuse et décide d'affronter Wilse comme un blanc, avec les poings. Après avoir battu son oncle, Johnny obtient sa reconnaissance comme un blanc ce qui lui permet de se consacrer à son idylle avec Shenandoe. Ils s'installent dans la forêt et vivent alors en communion avec la nature.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Sauf mention contraire, les informations proviennent des sources suivantes : Leonard Maltin[1], John West[2] et IMDb[3]

Distribution[modifier | modifier le code]

Source : Leonard Maltin[1], , Dave Smith[4], John West[2] et IMDb[3]

Sorties cinéma[modifier | modifier le code]

Sauf mention contraire, les informations suivantes sont issues de l'Internet Movie Database[5].

Distinctions et récompenses[modifier | modifier le code]

Origine et production[modifier | modifier le code]

Le film a été réalisé par Herschel Daugherty réalisateur plus spécialisé dans les films et les séries pour la télévision que le cinéma[6] dont Alfred Hitchcock présente et La Grande Caravane[4]. Alors que le studio Disney a souvent utilisé des acteurs de son écurie, il fait ici appel à deux jeunes acteurs James MacArthur et Carol Lynley débutants au cinéma. Carol Lynley avait participé à quelques productions de Broadway et quelques épisodes de séries télévisées (dont Alfred Hitchcock présente) avant de faire la couverture du magazine Life[6]. Le numéro du 22 avril 1957 de Life consacre cinq pages à la comédienne alors âgée de 15 ans[7]. C'est après avoir vu la couverture du magazine que Walt décide de contacter et d'engager l'actrice qui arrive à Hollywood 3 semaines plus tard[2]. James MacArthur tient lui son second rôle dans un film après plusieurs apparitions à la télévision[6]. Les deux acteurs ont signé avec le studio Disney, mais alors que MacArthur a tourné dans quelques films du studio, Lynley n'a participé qu'à Lueur dans la forêt[6]. C'est aussi la dernière prestation de Fess Parker à un film Disney, l'acteur qui a obtenu ici une scène d'amour avec Joanne Dru avait signifié sa lassitude de toujours interpréter le rôle du gentil trappeur depuis Davy Crockett[8].

La majorité des scènes en extérieur a été réalisée à quelques kilomètres de Chattanooga dans le Tennessee[2],[4],[8] mais le camp des indiens a été reproduit dans le ranch de Rowland V. Lee en Californie sur les conseils de Iron Eyes Cody[4],[8]. 200 figurants venus des environs de Chattanooga ont été embauché par l'équipe de tournage ainsi que des vaches, des chevaux et des chèvres[2]. Les musiciens, tambours et cornemuses sont issus des fanfares locales[9]. Les trois biches du film sont venues de l'Arkansas et un groupe de perdrix a été importé de Pennsylvanie[2]. Le tournage des scènes en extérieur suivait le programme suivant[2] : acteurs et figurants se rassemblaient à 7h dans l'école transformaient en garde-robe et salon de maquillage puis ils étaient amené en bus à Massengale Point sur la rivière Tennessee où des barges avaient amenés les caméras, lumières et accessoires utilisés ce jour là[2]. Les prises de vues commençaient vers 9h[9]. Les scènes du village indien ont elles été tournées en Californie avec un important travail préparatoire et des recherches graphiques de Sam McKim[9].

Walt Disney est venu assisté au tournage mais en raison d'un récent procès entre le studio Disney et le distributeur du jus d'orange Donald Duck ouvert à Chattanooga, il voulait le faire en secret[9]. À sa descente de l'avion des reporters et des photographes l'attendait et cela le mit en colère[9]. Les trois jours de sa visite se résume à une partie de cache-cache dans les hôtels que Walt Disney a selon sa fille Shannon apprécié[9].

Sortie et accueil[modifier | modifier le code]

Le film a été diffusé en première mondiale le 9 juillet 1958[10] au Senate Theater d'Harrisburg en Pennsylvanie en présence du gouverneur George Leader, de Wendell Corey et sa femme et des Mouseketeers Jimmie Dodd, Annette Funicello, Tommy Cole et Doreen Tracey[10]. La sortie nationale américaine a eu lieu le 10 juillet 1958[10].

Maltin indique que le film a reçu des critiques mitigées principalement marquées dès lors par une franche opposition pro-/anti- Disney[8]. Le New York Herald Tribune parle du film comme une « énième jolie petite histoire impeccable de pionniers [américains] par Walt Disney » tandis que le New York Times évoque une « nouvelle épopée tendre et bien enracinée sur les pionniers dans laquelle chaque personnage, action et motivation sont peints dans un monotone hurlant[8]. »

Par la suite il a été diffusé à la télévision dans l'émission Walt Disney's Wonderful World of Color diffusée sur NBC en deux épisodes[8]. Le premier épisode a été diffusé le 12 novembre 1961 sous le nom Return of True Son' et le second épisode intitulé True Son's Revenge la semaine suivante[11]. Le film a été édité en vidéo en 1986[4].

Analyse[modifier | modifier le code]

Selon Leonard Maltin, Lueur dans la forêt est prenant et assez intelligent avec une morale forte pour les jeunes spectateurs en montrant qu'il y a des bons et des méchants dans chaque camp et qu'il faut d'abord faire la paix avec soi-même avant de la demander aux autres[6]. La seule mauvaise note réside dans la scène finale où Wilse Owens demande un combat avec « l'indien, » revenant ainsi sur ses propos[6]. Malgré de bons résultats en salle à l'été 1958, le film n'a pas renouvelé le succès de Fidèle Vagabond[8].

Steven Watts considère le film comme un exemple de l'idéologie progressive du studio Disney dans les années 1950 qui assume l'assimilationnisme et une opinion en faveur du melting pot à l'opposé d'autres studios présentant les indiens, hispaniques et afro-américains luttant pour s'intégrer à la culture américaine[12]. Pour Watts le film présente un certain nombre d'orphelins sympathiques vivant à la frontière entre colonies américaines et territoires indiens qui hésitent entre leurs racines de colons et les indiens qui les ont élevés[12]. Le héros devient à la fin un médiateur entre les deux sociétés[13]. Les populations indiennes sont présentées par le studio de manière positive, ce qui est assez rare dans les westerns de l'époque[13]. Il fait aussi partie des films contemporains du studio qui s'éloignent du stéréotype acidulé de Disney [de l'animation], se focalisent sur la nature fragile du bien-être intérieur et présentent des familles incomplètes, dures, parfois violentes et cherchant à survivre[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Leonard Maltin, The Disney Films : 3rd Edition, p. 146.
  2. a, b, c, d, e, f, g et h (en) John G. West, The Disney Live-Action Productions, p. 136.
  3. a et b (en) Lueur dans la forêt sur l’Internet Movie Database
  4. a, b, c, d et e (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 326
  5. (en) Lueur dans la forêt - Dates de sortie sur l’Internet Movie Database
  6. a, b, c, d, e et f (en) Leonard Maltin, The Disney Films : 3rd Edition, p. 147.
  7. (en) « Success story at fifteen », Life Magazine,‎ 22 avril 1957, p. 164 (ISSN 0024-3019), pp. 129-132
  8. a, b, c, d, e, f et g (en) Leonard Maltin, The Disney Films : 3rd Edition, p. 148.
  9. a, b, c, d, e et f (en) John G. West, The Disney Live-Action Productions, p. 137.
  10. a, b et c (en) Alan Gevinson, American Film Institute catalog, University of California Press,‎ 1997, 1571 p. (ISBN 0-520-20964-8), p. 594
  11. (en) Leonard Maltin, The Disney Films : 3rd Edition, p. 360.
  12. a et b (en) Steven Watts, The Magic Kingdom, p. 294
  13. a et b (en) Steven Watts, The Magic Kingdom, p. 295
  14. (en) Steven Watts, The Magic Kingdom, p. 328

Liens externes[modifier | modifier le code]