Lucien Muratore

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Lucien Muratore

Description de cette image, également commentée ci-après

Lucien Muratore dans Déjanire de Camille Saint-Saëns

Nom de naissance Lucien Pierre Muratore
Naissance
Marseille
Décès
Paris
Activité principale Chanteur lyrique
ténor
Conjoint Lina Cavalieri (1913-1919)

Lucien Pierre Muratore est un chanteur français né à Marseille le et mort à Paris le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un immigrant piémontais, Lucien Muratore commence très jeune une carrière de chanteur au théâtre des Variétés de Marseille. Il débute le à l'Opéra-Comique à Paris, où il se voit rapidement confier les principaux rôles de ténor, notamment dans Carmen (don José), Paillasse (Canio) et Tosca (Cavaradossi). Il crée également, entre autres, le rôle de Prinzivalle dans Monna Vanna d'Henry Février en 1909 à l'Opéra de Paris, et celui d'Hercule dans Déjanire de Camille Saint-Saëns en 1911 à l'Opéra de Monte-Carlo.

À partir de 1913, il séjourne souvent aux États-Unis notamment à Chicago et New York. Pendant la Première Guerre mondiale, il milite en faveur de l'intervention américaine en Europe.

Lucien Muratore et Lina Cavalieri en 1913

Parallèlement à sa carrière sur scène, il tourne quelques films muets puis parlants dont Le Chanteur inconnu (1931). Il se consacre progressivement à l'enseignement du chant et de la mise en scène.

En 1913, il épouse en secondes noces la cantatrice italienne Lina Cavalieri dont il se sépare en 1919.

Ténor français le plus populaire de son époque[1], il est enterré au cimetière Saint-Pierre à Marseille. Sur sa tombe le sculpteur Antoine Sartorio a représenté Orphée et une lyre avec la mention « Le chant, don divin ».

Il a été maire du village de Biot (Alpes-Maritimes)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Académie de Marseille, Dictionnaire des marseillais, Édisud, Marseille, 2001, p. 244-245 (ISBN 2-7449-0254-3)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Académie de Marseille, Dictionnaire des marseillais, op. cit., p. 245.