Louis Briat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Louis Briat est un illustrateur français, né le 24 juin 1938 à Saint-Étienne. Depuis 1989, il est également l'auteur de plusieurs timbres-poste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis Briat a suivi des études de beaux-arts, d'abord de gravure, avant de se consacrer à la communication. Après son Diplôme national des Beaux-Arts (DNBA) en 1959, il entre à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris.

Dans les années 1960, il commence sa carrière de graphiste et réalise des couvertures d'ouvrages de plusieurs maisons d'édition. Dans le même temps, de 1969 à 2003, Briat est professeur au département de communication visuelle à l'École nationale supérieure des arts décoratifs de Paris.

Tôt, au milieu des années 1980, il s'initie à la création graphique assistée par ordinateur.

Son premier timbre-poste pour La Poste française est un timbre d'usage courant, la Marianne du Bicentenaire, en 1989. Bien que le public de l'exposition philatélique internationale Philexfrance ait préféré le projet de Claude Jumelet, celui de Briat est choisi par le président François Mitterrand lors d'un concours pour la nouvelle Marianne.

Il a reçu en 1998 le Cérès de la philatélie du plus beau timbre pour le timbre rond commémorant la Coupe du monde de football 1998, premier timbre de France utilisant cette forme géométrique. Sur le même thème, il crée les dix timbres consacrés aux villes organisatrices de cette coupe à travers des gestes du football mêlés « de traits de lumière, de rayons d'éclairages, de rayures des pelouses et des maillots »[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Timbres de France[modifier | modifier le code]

Timbres des Terres australes et antarctiques françaises[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Jean-François Decaux, « Conversation avec... Louis Briat », entretien publié dans Timbres magazine n°81, juillet-août 2007, pages 26-28.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Conversation avec... Louis Briat », Timbres magazine n°81, juillet-août 1007, page 26-28.