Lisa Jardine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jardine et Bronowski.
Insigne de CBE

Lisa Anne Jardine CBE FRHistS (née Bronowski le 12 avril 1944), est une historienne de la Renaissance britannique. Elle enseigne l'histoire de la Renaissance et l'histoire moderne au QM de l’université de Londres, est aussi directrice du centre d'Études biographiques de cette université, et a été présidente de l’Human Fertilisation and Embryology Authority (HFEA, homologue du comité consultatif national d'éthique français)[1]. Elle siège enfin au conseil de la Royal Institution[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille aînée du mathématicien et épistémologue Jacob Bronowski († 1974) et de la sculpteur Rita Coblenz[3], Lisa Jardine a commencé ses études au Cheltenham Ladies' College puis a étudié les mathématiques au Newnham College de l'université de Cambridge, avant de se tourner vers la littérature élisabéthaine sous l'influence de Raymond Williams. Elle a épousé Nicholas Jardine (dont elle a adopté le nom pour ses œuvres), puis s'est remarié avec l'architecte John Hare. Par ses cousins, Laurence et Clare Moody, qui tiennent des fonctions importantes à la télévision britannique, elle dispose de relais dans les médias.

Auteur prolifique, elle a écrit de nombreux essais, certains biographiques comme « The Curious Life of Robert Hooke: The Man Who Measured London », « On a Grander Scale: The Outstanding Career of Sir Christopher Wren », ou des synthèses plus vastes comme « Ingenious Pursuits: Building the Scientific Revolution » et « Wordly Goods: A New History of the Renaissance » (1996). Ces ouvrages, qui reprennent largement les travaux de nombreux spécialistes, ont fait connaître l'histoire moderne et les tendances historiographiques actuelles à un large public. En particulier, son étude « Reading Shakespeare Historically » (1996) a inspiré de façon décisive John Madden et Tom Stoppard pour leur film Shakespeare in Love (1998).

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Francis Bacon: Discovery and the Art of Discourse (1974)
  • Still Harping on Daughters: Women and Drama in the Age of Shakespeare (1983)
  • From Humanism to the Humanities (1986) (en coll. avec Anthony Grafton)
  • What's Left?: Women in Culture and the Labour Movement (1989) (en coll. avec Julia Swindells)
  • Erasmus, Man of Letters: The Construction of Charisma in Print (1993)
  • Reading Shakespeare Historically (1996)
  • Wordly Goods: A New History of the Renaissance (1996)
  • Éditrice de Erasmus: The Education Of A Christian Prince with the Panegyric for Archduke Philip of Austria (1997)
  • Hostage To Fortune - The Troubled Life Of Francis Bacon (1998) (en coll. avec Alan Stewart)
  • Ingenious Pursuits: Building the Scientific Revolution (1999)
  • éditrice de Francis Bacon : The New Organon (2000) (en coll. avec Michael Silverthorne)
  • Global Interests: Renaissance Art Between East And West (2000) (en coll. avec Jerry Brotton)
  • On a Grander Scale: The Outstanding Career of Sir Christopher Wren (2002)
  • For the Sake of Argument (2003)
  • The Curious Life of Robert Hooke: The Man Who Measured London (2003)
  • London's Leonardo: The Life and Work of Robert Hooke (2003) (en coll. avec Jim Bennett, Michael Cooper et Michael Hunter)
  • Grayson Perry (2004)
  • The Awful End of Prince William the Silent: The First Assassination of a Head of State with a Hand-Gun (2005)
  • A Point of View (2008)
  • Going Dutch: How England Plundered Holland's Glory (2008) - prix d'Histoire Cundill 2009[4]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Pr. Lisa Jardine to step down as chair of the HBEA », HFEA,‎ 26 octobre 2013 (consulté le 25 avril 2014)
  2. www.livesandletters.ac.uk
  3. D'après l’article biographique sur les parents de Lisa Jardine dans le San Diego Jewish Journal.
  4. « Lisa Jardine remporte le Prix international Cundill en histoire 2009 », Cundill Int'l Prize and Lecture in History at McGill University,‎ 02/11/2009 (consulté le 03/11/2009)

Liens externes[modifier | modifier le code]