Nanobaguettes de diamants agrégées

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les nanobaguettes de diamants agrégées (ou le sigle anglais ADNR pour Aggregated diamond nanorods) sont des matériaux synthétiques plus durs que le diamant.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette matière a été mise au point par des physiciens de l'université de Bayreuth, en Allemagne, dirigés par Natalia Dubrovinskaia. Avec deux de ses collègues, ils ont breveté la méthode de fabrication en quantité industrielle et sont actuellement (2005) en train de développer un concept utilisant ce nouveau matériau[1].

Conception et propriétés[modifier | modifier le code]

Les ADNR sont des matériaux composés de plusieurs molécules de fullerène, qui ont été soumis à une pression de 20 gigapascals (GPa) (ce qui correspond à environ 200 000 fois la pression atmosphérique), tout en étant portés à la température de 2 500 kelvins. Le résultat a été la production d'une série de nanobaguettes de diamants interconnectées entre elles, d'un diamètre variant de 5 à 20 nanomètres pour une longueur d'environ micromètre chacune[1].

Les ADNR ont une densité d'environ 0,3 % supérieure à celle du diamant, possèdent la compressibilité la plus faible de tous les matériaux connus et un module de Young de 491 GPa, contre 442 GPa pour un diamant conventionnel. Ces propriétés ont été mesurées au moyen d'une cellule à enclumes de diamant située au European synchrotron radiation facility (ESRF) de Grenoble, en France[1].

Article connexe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Plus dur que le diamant », Futura-Science et CORDIS,‎ 7 septembre 2005 (consulté le 29 octobre 2007)