Le Prix du danger (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Prix du danger.

Le Prix du danger est un film franco-yougoslave de science-fiction réalisé par Yves Boisset et sorti en 1983.

Satirique envers les médias télévisés, préfigurant le télé-réalité, le scénario, très cynique, est basé sur la nouvelle de Robert Sheckley, Le Prix du danger (The Prize of Peril), un pamphlet social où l'avenir des jeux télévisés est décrit sous son plus mauvais jour. Le film est une critique de la télévision, de la publicité et de la société déshumanisante.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans un futur proche, un jeu télévisé intitulé Le Prix du danger fait fureur. Les règles sont simples : un homme doit parvenir à rejoindre un endroit secret en échappant à cinq traqueurs chargé de le tuer. Si le candidat gagne, il se voit attribuer la somme de 1 million de dollars, dans le cas contraire...

Le tout est filmé et retransmis en direct sur la chaîne de télévision CTV. François Jacquemard décide de participer au jeu.

Devant la popularité de Jacquemard pendant l'émission, réalisée en public et retransmise en direct, la CTV décide de truquer le jeu en faveur du candidat afin de monopoliser l'indice d'écoute et finit par aider directement François Jacquemard. Mais, orgueilleux et furieux d'être pris pour un appât à audimat, il décide de retourner la situation contre l'émission et abat ses poursuivants un par un, ce qui est contraire au règlement du jeu.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Le film fut diffusé aux Dossiers de l'écran, le 3 février 1987, suivi du débat ayant pour thème : « Quelle télévision pour demain ? ».

Vidéothèque[modifier | modifier le code]

Longtemps indisponible en DVD et Blu-Ray, le film est disponible sur support DVD début mars 2014 et la date de sortie officielle du DVD le 4 mars 2014.

Commentaires[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Le film se révèle prophétique de l'évolution de la télévision, pas tant par sa vision de la violence à l'écran que par la scénarisation d'émissions décrivant soi-disant la « réalité ». Les divers scandales de « bidonnage » émaillant les émissions actuelles de téléréalité confortent cette analyse de scénarisation à outrance.

On constate de nombreuses similitudes avec le film Running Man de Paul Michael Glaser, qui sort quatre ans plus tard, en 1987. Dans les années 1990, une plainte de l'équipe du Prix du danger fut déposée à l'encontre de Running Man pour plagiat. Le film de Glaser est inspiré d'un roman de Stephen King sorti en 1982 sous le pseudonyme de Richard Bachman, Running Man (The Running Man). Ce roman est lui-même inspiré d'une nouvelle de Robert Sheckley, Le Prix du danger (The Prize of Peril), publiée en 1958. C'est cette nouvelle qui servit de base au Prix du danger. Les plaignants gagnèrent le procès en première instance, perdirent en appel, puis gagnèrent en cassation. Néanmoins, ils eurent beaucoup de mal à obtenir le dédommagement financier demandé (s'élevant à plus d'un million de francs, soit plus de 150 000 euros)[réf. souhaitée][1],[2]. Pour être complet sur le sujet, il faut préciser que le réalisateur allemand Tom Toelle adapta lui aussi la nouvelle de Robert Sheckley, 13 ans avant Yves Boisset.

  • La nouvelle a été adaptée la première fois en 1970 par le téléfilm allemand Das Millionenspiel.
  • Le rôle principal aurait dû être tenu par Patrick Dewaere avant qu'il ne se suicide, quelques mois avant le début du tournage[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Secrets de tournage, Le remake américain sur allocine.fr, vu le 5 mars 2014
  2. Interview vidéo d'Yves Boisset (à 6:26), sur allocine.fr, vu le 5 mars 2014
  3. Selon les déclarations de Claude Lelouch, Bertrand Blier et Yves Boisset dans le film de Marc Esposito (de 28 min 40 s à 47 min) et la biographie de Jean-Marc Loubier La Frayeur de vivre, p. 263-271.

Lien externe[modifier | modifier le code]