Trisha Brown

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Trisha Brown

Naissance 25 novembre 1936
à Aberdeen dans l'État de Washington aux États-Unis
Activité principale Chorégraphe, danseuse
Style Danse moderne et contemporaine
Lieux d'activité New York
Années d'activité Depuis 1965
Collaborations Robert Rauschenberg, Salvatore Sciarrino
Formation Mills College, American Dance Festival
Enseignement Anna Halprin, Louis Horst
Récompenses American Dance Festival Award (1994)
Site internet trishabrowncompany.org

Trisha Brown, née le 25 novembre 1936 à Aberdeen dans l'État de Washington aux États-Unis, est une danseuse et chorégraphe américaine. Figure importante de la danse post-moderne, notamment au sein du Judson Dance Theater de New York, elle collabore depuis 30 ans avec de nombreux artistes contemporains (plasticiens, compositeurs, musiciens), au début de sa carrière hors des scènes classiques et dans un style abstrait et plus récemment dans le cadre de grandes productions institutionnelles et de manière narrative.

Biographie[modifier | modifier le code]

Trisha Brown suit des cours de danse au Mills College en Californie dont elle sort diplômée en 1958 puis suit l'enseignement de Louis Horst à l'American Dance Festival alors localisé dans le Connecticut. En 1962, suite aux ateliers de Anna Halprin sur la Côte Ouest (1959), puis de Robert Dunn à New York (1961-1962), elle participe en tant que membre fondateur aux premières manifestations du Judson Dance Theater à New York[1]. En 1970, elle crée la Trisha Brown Company, en même temps qu'elle participe au collectif d'improvisation The Grand Union, dans lequel collaborent Yvonne Rainer, Steve Paxton, David Gordon, ou Douglas Dunn.

Trisha Brown figure parmi les principaux innovateurs du courant américain dit postmodern dance. Dans la première partie de sa carrière, comme nombre de ses collègues, Trisha Brown rejette les conventions scéniques et l'enjeu de la représentation[1]. Les lieux de représentations étant peu ouverts à ces recherches chorégraphiques, ce sont bien souvent des endroits insolites qui servent d'espace de représentation ou font partie de la scénographie, tels que les toits, la rue, les parvis d'institution... Dans la lignée de Merce Cunningham d'un côté, et d'Anna Halprin de l'autre, c'est-à-dire structure et improvisation, elle développe peu à peu son propre langage chorégraphie. Pendant vingt ans, elle produira ces performances dans des galeries, dans des studios et dans des lieux extérieurs - urbains ou naturels avant d'être produite finalement sur les scènes de théâtre. Glacial Decoy (1979) et Set and Reset (1983) sont des pièces emblématiques de son arrivée sur la scène, surtout emblématique du "mouvement brownien" dénomma par Guy Scarpetta. Des pièces de plus grande ampleur verront alors le jour notamment avec un travail collaboratif effectué avec des grands noms de l'art américain, comme pour Glacial Decoy écrit en 1979 en collaboration avec Robert Rauschenberg pour les décors et costumes et avec lequel elle collaborera fréquemment... Elle déclare à son propos que l'exposition de Rauschenberg au Jewish Museum en 1963 fut sa première scène marquante[1].

Elle attend les années 1980 pour commencer à utiliser de la musique et les années 1990 pour travailler sur la musique, loin de l'illustration ou du dialogue prévisible. Utilisant les compositeurs classiques, Bach, Webern et Monteverdi, c'est avec Orfeo (1998) coproduit par La Monnaie et par le Festival international d'art lyrique d'Aix-en-Provence qu'elle passe à la mise en scène d'opéras et fait danser les chanteurs à sa manière. Elle crée l'opéra contemporain Luci miei traditrici de Salvatore Sciarrino à La Monnaie d'après des scènes de la vie de Carlo Gesualdo et retourne en 2010 au Festival international d'art lyrique d'Aix-en-Provence où elle met en scène le ballet Pygmalion de Jean-Philippe Rameau. À ce jour, sa compagnie a près de 90 créations à son répertoire[1], si l'on compte ses nombreuses premières pièces souvent très brèves.

Elle connaît aussi depuis quelques années une reconnaissance internationale grandissante pour son œuvre visuelle - Dokumenta de Cassel en 2007, expositions personnelles au Walker Art Center de Minneapolis, à la galerie Sikema, Jenkins & Co de Chelsea, etc. En 2010, le Musée d'art contemporain de Lyon lui consacre une exposition.

Principales chorégraphies[modifier | modifier le code]

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Rosita Boisseau, Panorama de la danse contemporaine. 90 chorégraphes, Éditions Textuel, Paris, 2006, p.56-58

Lien externe[modifier | modifier le code]