L. Scott Caldwell

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L. Scott Caldwell

Description de cette image, également commentée ci-après

L. Scott Caldwell en 2007

Nom de naissance Laverne Scott
Surnom Scottie Caldwell
Naissance (63 ans)
Drapeau : États-Unis Chicago, États-Unis
Nationalité Drapeau : États-Unis Américaine
Films notables Lost : Les Disparus

Laverne Scott Caldwell est une actrice de cinéma et de théâtre américaine née le 17 avril 1950 à Chicago, Illinois, aux États-Unis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Au cinéma, elle incarne, dans des seconds rôles, des personnalités souvent rassurantes ou dotées d'une certaine autorité : juges, agents fédéraux, médecins, nounous. À la télévision, L. Scott Caldwell est apparue dans plus de 30 séries télévisées, dont Melrose Place, Urgences, Lost : Les Disparus, ou encore Cold Case : Affaires classées. Le théâtre reste le domaine où L. Scott Caldwell exprime le plus librement sa sensibilité.: depuis 1980, elle a joué dans près de 20 pièces à Broadway.

Filmographie sélective[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • 1998 : Joe Turner's Come and Gone : Bertha Holly
  • 1991 : The Piano Lesson : Berniece
  • 1997 : Macbeth : Lady Macbeth
  • 1997 : Proposals : Clemma Diggins
  • 2006 : The Dreams of Sarah Breedlove : Sarah Breedlove

Citations[modifier | modifier le code]

« Je ne me suis jamais dit 'je veux être actrice', ou quoi que ce soit dans le genre. En revanche, j'aimais le cinéma et ce que Bette Davis et Loretta Young faisaient. »

— St. Louis Post, 1er juillet 1988

« La toute première pièce de théâtre que ma mère ai vue était une pièce dans laquelle je jouais ! »

— Chicago Tribune, 30 novembre 1997

« Je n'ai jamais pris de cours de danse étant enfant, ni quoi que ce soit d'autre... en fait, je n'ai tout simplement jamais été initiée à l'art. Mais j'aimais faire semblant, juste pour me cacher dans les placards, inventer des histoires et faire mine d'être quelqu'un d'autre. »

— Chicago Tribune, 30 novembre 1997

« On ne s'arrête de jouer que lorsqu'on le ressent. Dans ces moments-là, tout s'arrête et il vous faut redémarrer à zéro lorsque vous remontez sur les planches. Il n'y a rien de plus intense que le théâtre. »

— The Plain Dealer, 14 décembre 1997

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]