Léon Bouthillier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bouthillier et Chavigny.
Léon Bouthillier, comte de Chavigny

Léon Bouthillier (28 mars 1608 - 11 octobre 1652), comte de Chavigny, et du Busançois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a été très jeune associé à son père, Claude Bouthillier, qui l'a pris avec lui de 1629 à 1632 dans toutes les grandes cours d'Europe, l'instruisant en diplomatie. Pour différencier Bouthillier père et fils, on appelait Léon "Monsieur le Jeune". Marié à Anne Phelypeaux de Vill-Savin, ils eurent une fille: Marie Bouthillier de Chavigny qui épousera Nicols Brûlart, marquis de la Borde, Sombernon, de Memont, du Malain, de Mussey, Premier Président au Parlement de Bourgogne et en seconde noces: César Auguste de Choiseul de Plessis-Praslin[1]. Le 18 mars 1632, il est nommé secrétaire d'État aux affaires étrangères et seconde le travail de son père, de sorte qu'il n'est pas toujours facile de distinguer leurs travaux respectifs. En 1635, il signe un traité d'alliance avec la Hollande et la Suède.

Fidèle à Richelieu, il fait office de messager entre Gaston d'Orléans et le gouvernement. Il est aussi un ami de Mazarin mais leur amitié ne résiste pas à la période de la régence.

Après la mort de Louis XIII, il doit renoncer à son office le 23 juin 1643 mais il est envoyé comme plénipotentiaire aux négociations de Munster. Il n'y brille pas et se fait surtout remarquer aux plaisirs et aux fêtes.

Revenu en France, il intrigue contre Mazarin et se rapproche du prince de Condé. Arrêté deux fois pendant la Fronde, il reprend un peu de pouvoir pendant une courte période d'exil de Mazarin (avril 1651), mais retombe ensuite dans ses petites intrigues qui ne mèneront à rien.

En octobre 1652, à la veille de sa mort, il fait un gros don à Antoine Singlin, janséniste, directeur de Port-Royal, qui sera même soupçonné d'extorsion de fonds à cette occasion.

Son petit-fils, Denis-François, sera évêque de Troyes.

Postes et fonctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François Alexandre Aubert de la Chesnay des Bois, Dictionnaire de la Noblesse, Paris, 1771, p. 76 et suivantes.