Jodocus Hondius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Hendrik Hondius I
Jodocus Hondius sur une gravure de l'année 1619.

Jodocus Hondius (14 octobre 156312 février 1612), aussi appelé Josse de Hond ou parfois Jodocus Hondius l'Ancien pour le distinguer de son fils, est un artiste flamand, graveur et cartographe. Il est connu pour ses cartes du Nouveau monde, et de l'Europe et pour avoir rétabli l'intérêt des travaux de Gerardus Mercator, ainsi que pour ses portraits de Francis Drake. Il a contribué à l'établissement d'Amsterdam comme centre de la cartographie en Europe au XVIIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hondius a grandi à Gand. Dans ses premières années, il s'établit comme graveur, concepteur d'instruments et de globes. En 1584, il se rend à Londres pour échapper aux difficultés religieuses qui ont lieu alors en Flandres.

En 1593, il se déplace à Amsterdam, où il publie en 1594 son Theatrum artis scribendi.

Entre 1605 et 1610, il est employé par John Speed pour graver les illustrations de l'ouvrage de Speed Le Théâtre de l'Empire Britannique.

Œuvres cartographiques[modifier | modifier le code]

Leo Belgicus (1611)

Pendant qu'il était en Angleterre, il est utilisé pour illustrer le travail de Francis Drake, qui a effectué une circumnavigation dans les années 1570. En particulier, en 1589 Hondius produit une célèbre et nouvelle carte de la côte de la Nouvelle Albion, où Drake avait brièvement établi un campement sur la côte ouest de l'Amérique du Nord. La carte d'Hondius est fondée sur le journal et les observations du voyage et a été longtemps l'objet de nombreuses spéculations sur la localisation précise de la base de Drake, qui n'a pas été finalement clairement établie par les historiens. Hondius est aussi l'artiste qui a réalisé de nombreux portraits très connus de Drake qui sont désormais au National Portrait Gallery de Londres.

En 1604, il achète au petit-fils de Mercator les impressions de l' Atlas de Gérard Mercator. Le travail de Mercator est devenu incomplet en comparaison de l'atlas rival Theatrum Orbis Terrarum d'Ortelius. Hondius republie le travail de Mercator avec 26 cartes supplémentaires, en incluant plusieurs de sa conception. Malgré l'ajout de ses propres contributions, Hondius laisse Mercator comme auteur, et se laisse juste le rôle d'éditeur. Cette nouvelle édition du travail de Mercator est un grand succès, les ventes sont épuisées en un an. Hondius publie ensuite une seconde édition, ainsi qu'une version de poche Atlas Minor. Ces cartes sont connues sous le nom de Séries Mercator/Hondius. (Voir aussi: Katip Çelebi)

Après la mort d'Hondius en 1612, ses travaux de publication à Amsterdam sont poursuivis notamment par ses deux fils, Jodocus II et Henricus[1]. Plus tard, sa famille forme un partenariat avec Jan Jansson, dont le nom apparaît sur l' Atlas comme coéditeur après 1633. Environ 50 éditions de l' Atlas seront sorties dans différents langages européens. Cette série est parfois appelée séries Mercator/Hondius/Jansson en raison des contributions tardives de Jansson.

Œuvres calligraphiques[modifier | modifier le code]

Une page du Theatrum artis scribendi..., 1594.
  • En 1594 il édite un recueil d'exemples calligraphiques de divers auteurs : Theatrum artis scribendi varia summorum nostri seculi, artificium exemplari complectens, novem diversis linguis exarata. Judoco Hondio celatore. [Amsterdam] : 1594. 4° obl., é f. + 42 planches prenant des exemples de Jean de Beauchesne, Jan Van den Velde, Salomon Henrix, Felix van Sambix, M. Martin[2] et lui-même. Cat. Destailleur no 890, Cat. Muller no 80, Croiset 2005 p. 13-14, Becker 1997 no 48, Cat. Warmelink no 346, Cat. Hutton no 39.
  • Recueil repris en 1614 : Theatrum artis scribendi varia summorum nostri seculi, artificium exemplari complectens, novem diversis linguis exarata. Jodoco Hondio celatore. Amsterdam : Jan Jansson, 1614. 4° obl., titre et 40 pl. gravées.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Le Venezuela et la partie sud de la Nouvelle Andalousie », sur World Digital Library,‎ 1612-1699 (consulté en 2013-10-25)
  2. Ce Martin, qui signe une planche, est un maître écrivain anglais à qui Massey consacre une courte notice. Voir Massey 1763 partie II p. 102-103.

Références[modifier | modifier le code]

  • Catalogue de livres rares et précieux composant la bibliothèque de M. Hippolyte Destailleur... Paris : D. Morgand, 1891. 8°, 448 p.
  • Anthony R. A. Croiset van Uchelen. Vive la plume : schrijfmeesters en pennekunst in de Republiek. [Catalogue d’exposition, Universiteitsbibliotheek Amsterdam, 2005], Amsterdam : Uitgeverij De Buitenkant, Universiteitsbibliotheek Amsterdam : 2005. 4°, 64 p.
  • David P. Becker. The practice of letters : the Hofer collection of writings manuals 1514-1800. Cambridge (MA) : Harvard College Library, 1997.
  • Auction-sale of the important collection of old & newer books mainly on the development of the art of printing, of the late H. A. Warmelink notary public in Amsterdam, as well as of a few important additions in the same field. Catalogue de vente, 26-27 avril 1960, Amsterdam, Menno Hertzberger. 8°, 132 p.
  • Catalogue of a fine collection of calligraphic books and manuscripts, the property of Mrs E. F. Hutton, New York City. - Catalogue de vente, 27 mars 1972, Sotheby & Co. 8°, 96 p.
  • William Massey. The Origin and progress of letters : an essay in two parts.... London : J. Johnson, 1763.
  • Frederick Muller & Co. Catalogue d'une collection précieuse de calligraphie, imprimée, gravée et manuscrite, livres reliés et en feuilles, dessins, portraits, ornements calligraphiques, etc. et portraits de calligraphes... , Amsterdam : F. Muller, 1873. 8°, 25 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]