Jean Alfonse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fonteneau.

Joan Alfonso ou Jean Alfonse[1], natif du Cap St-Vincent en Algrave, fut l'un des premiers explorateurs portugais, au service du Roi des français, de l'Amérique du Nord.

Représentation imaginaire du navigateur Jacques Cartier, contemporain et ami de Jean Alfonse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il prit la mer à l'âge de 12 ans. Embauché comme marin à bord de navires de commerce portugais, il voyagea en Afrique de l'Ouest, au Brésil, doubla le Cap de Bonne-Espérance, aborda à Madagascar et aux Indes. Dès les années 1540, c'était un capitaine de renom, capable de mener une flotte jusqu'à la Côte de l'Or ou aux Antilles, et qui n'avait jamais perdu un navire. André Thévet évoque une conversation où Alfonse prétend avoir pillé Puerto Rico. On crut longtemps que Xenomanes, le héros de Rabelais, avait Alfonse pour modèle.[réf. nécessaire]

Au cours de l'hiver 1542-1543, Alfonse servait de pilote à Jean-François de la Rocque de Roberval, qui, sur les traces de Jacques Cartier[2], espérait fonder une colonie au Canada. Alfonse démontra l'existence d'un détroit navigable entre le Groenland et les côtes du Labrador. Son équipage, comprenant 200 hommes et femmes, dont quelques prisonniers, dut hiverner dans des conditions extrêmement dures sur les berges du Saint-Laurent. Décimés par le scorbut, un quart de l'effectif périt avant le retour vers la France.

À la fin de 1544, alors que la paix de Crépy venait juste de mettre un terme aux hostilités entre la France et l'Espagne, Alfonse met les voiles depuis La Rochelle avec une flottille comprenant quelques chalutiers basques. Il en vient à chercher le passage du Nord-Ouest le long de l'immense fleuve Saint-Laurent et dresse des cartes qui apparaissent dans sa Cosmographie de 1545, notamment une Terra Australis du nom de La Grande Jave.

Dans sa Cosmographie, datée de 1545, Jean Alfonse écrivait : « La Grand Jave est un pays qui va aussi loin que sous le pôle antarctique et de la Terre australe à l'ouest, à la terre du détroit de Magellan, sur la partie est. Certains disent que ces îles, mais d'après ce que j'ai vu, elle est un continent [terre ferme]… Ce qui est appelé Jave Mynore est une île, mais la Grande Jave est la terre ferme[3] ».

En 1557, une escadre espagnole menée par Pedro Menéndez de Avilés l'attaqua alors qu'il s'en retournait sur La Rochelle et envoya son navire par le fond[4]. Certaines sources affirment que cette rencontre fatale eu lieu en 1544[5] ou encore en 1549[6],[7]. Il mourut sur un récif de Rochelle, dans la baie de Biscaye[réf. nécessaire].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Il est l'auteur des Voyages Avantureux[8], ouvrage posthume publié en 1559. C'est dans ce livre qu'il déclare que les Beothuk sont impies et diaboliques. Il signale l'existence d'une presqu'île immense au sud de Terre-Neuve, où se trouve une ville indienne, le pays de Norembergue.

Jean Alphonse était le protégé de Louise Robertet, dame d'Halluye et baronne du Vigean, à qui il dédie ses Voyages avantureux.

Les Beothuk, d'une tribu de Terre-Neuve maintenant éteinte, n'éveillèrent guère de sympathie chez Jean Alfonse…

Ses écrits, qui évoquent des jours durant un quart d'année, ont laissé supposer à certains qu'il s'était aventuré dans les eaux antarctiques. Il donne des descriptions variées, souvent inédites, des pays et des peuples que lui et d'autres marins ont visités (Gaspé, les Béothuks, l'île Saint-Pierre, les gemmes de Madagascar, un continent au sud de Java) et donne des instructions pour naviguer jusqu'à ces contrées.

  • Les voyages avantureux du Capitaine Ian Alfonce (Poitiers, 1559)
  • La Cosmographie avec l’espère et régime du soleil du nord par Jean Fonteneau dit Alfonse de Saintonge, capitaine-pilote de François Ier (manuscrit datant de 1545 à la Bibliothèque nationale, publié en 1904)
  • Le Routier de Jean Alphonse

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Autres orthographes : Jean Alphonse, Jean Alfonce, Jean Allefonsce, Jean Allefonse de Saintonage, Jean-Alphonse de Xanctoigne...
  2. Cartier venait d'y accomplir son troisième voyage.
  3. (« Cest la terre de Jave qui va jusques dessoubz le polle antarctique et en Occident tient à la terre Australle, et du cousté d'oriant à la terre du destroict de Magaillant. Aulcuns sert que ce sont des îlots. Et Que j'en ay veu, c'est terre ferme… Celle qui l'appelle Jave Mynore est une île. Mais la Grande Jave est la terre ferme ». Georges Musset (ed.), Recueil de Voyages et de Documents pour servir à L'Histoire de la Géographie Géographie, XX, La Cosmographie, Paris, 1904, f.147r. P.388-9 ; également cité par Pierre Margry, dans Les Navigations Françaises et la Révolution maritime du XIVe au XVIe siècle, Paris, Librairie Tross , 1867, p. 316-317 ; cité par James R. McClymont, « Une critique préliminaire de la légende de la Terra Australis », Papers and Proceedings of the Royal Society of Tasmania pour 1890, Hobart, 1890, p. 43-52, nbp50, Et idem, Essays on Historical Geography, London, Quaritch, 1921, pp.16-18.)
  4. Selon (es) Manuel Lucena Salmoral, Piratas, bucaneros, filibusteros y corsarios en América : perros, mendigos y otros malditos del mar, Madrid, Editorial MAPFRE,‎ 1992.
  5. http://epe.lac-bac.gc.ca/100/206/301/lac-bac/passages-ef/passages/h8-201-e.html
  6. http://www.augustine.com/history/ponce-leon.php
  7. http://www.answers.com/topic/pedro-men-ndez-de-avil-s
  8. « Voyages avantureux du capitaine Jan Alfonce, Sainctongeois », 1559, Poitiers, impr. Marneffe et Bouchet disponible sur Gallica

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Who Was Who in America : Historical Volume, 1607-1896. Réédition: Marquis, Chicago, Who's Who, 1963.
  • De Cabot à Cartier / Cabot to Cartier : Sources pour une Ethnographie Historique du Nord-est de l'Amérique du Nord / Sources for a Historical Ethnography of Northeastern North America, Bernard G. Hoffman, reviewed by C. C. J. Bond, Canadian Journal of Economics and Political Science / Revue canadienne d'Economique et de Science politique, Vol. 28, No. 4 (Nov. 1962), pp. 643-644.
  • Charles de La Roncière, Histoire de la marine française, tome 3 : « Les guerres d'Italie : liberté des mers », 1906, éd. Plon, Paris, p. 222-333.
  • Marcel Trudel, Histoire de la Nouvelle-France (1963, vol. 1, Les vaines tentatives). éd. Fides, Montréal et Paris, pp. 157-175.
  • Louis Delavaud, « Description des côtes de France au XVIe siècle par Jean Alfonce le Xaintongeois (1545) » in Bulletin de la Société de géographie de Dijon, 1882, [lire en ligne]
  • Notices d’autorité : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier
  • Nicolas Dedek, La cosmographie de Jean Alfonse de Saintonge : Représentation du monde et de l'État à la Renaissance, 2000, Université du Québec à Montréal, Montréal, 139 p.