Jean-François Legendre-Héral

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Legendre et Héral.

Jean-François Legendre-Héral

Description de cette image, également commentée ci-après

Jean-François Legendre-Héral

Nom de naissance Jean-François Legendre
Naissance
Montpellier
Décès (à 55 ans)
Marcilly
Nationalité Drapeau de la France France
Activités Sculpteur
Formation École de dessin de Lyon
Maîtres Joseph Chinard
Joseph Charles Marin
Élèves Jean-Marie Bonnassieux
Récompenses Chevalier de la Légion d'honneur

Jean-François Legendre-Héral, né le à Montpellier et mort le à Marcilly, est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Détail de la Statue d'Antoine-Laurent de Jussieu (1842), Jardin des Plantes de Paris.

Il est le fils d'Étienne Louis Legendre, employé des postes et de Jeanne Falque. Devenue veuve, sa mère épouse en secondes noces monsieur Héral, un musicien. C'est ce dernier qui va faire découvrir les arts au jeune Jean-François et lui permettre d'intégrer l'école de dessin de Lyon où il reçoit l'enseignement de Joseph Chinard et de Joseph Charles Marin. Il obtient en 1817 une bourse de la ville pour un voyage à Rome. Pour rendre hommage à son beau-père, il rajoute le nom de celui-ci au sien : Legendre-Héral.

Un an plus tard, il est nommé professeur à l'école de dessin de Lyon, où Jean-Marie Bonnassieux et Hippolyte Flandrin sont ses élèves. Le il est à Paris pour traiter, avec la députation de l'Hérault, de la réalisation d'une statue équestre de Louis XIV pour la ville de Montpellier. Il en profite dans une lettre à cette date pour demander une prolongation de congé de l'école de dessin de Lyon, pour pouvoir achever la négociation[1].

En 1828, il s'installe au nord du Cours Charlemagne, sur la presqu'île Perrache, en face de la Maison Brumiel armurier[2]. Bon vivant, il invite ses camarades à venir chez lui. Cette maison est aujourd'hui remplacée par la gare.

Il se marie, et son fils Charles épouse une américaine puis part aux États-unis où il deviet général pendant la Guerre de Sécession, puis ambassadeur en Chine, au Japon, enfin ministre. Il sert de modèle à son père, en particulier pour la statue de Giotto dans le jardin Saint-Pierre à Lyon.

La ville de Lyon lui passe des commandes importantes : Henri IV (1829, fronton de l'Hôtel de Ville), décoration du palais de Justice (1847, tympan et frise), Saint Just et Saint Irénée pour l'église Saint-Just (1828), La Vierge et saint Jean (1837, cathédrale de Lyon) et plusieurs tombes au cimetière de Loyasse.

Démissionnaire de son poste d'enseignant en 1838, il part pour Paris en 1839 et obtient des commandes de l'État : pour l'église Saint-Pierre-Saint-Paul (Saint Paul, 1845), pour Saint-Denis-du-Saint-Sacrement, pour l'école des Mines, pour Versailles (Achille de Halay, 1840), et pour le Jardin des Plantes (Jussieu, 1842). Il est soupçonné de moulage d'après nature à cause de son souci du détail[réf. nécessaire]. Il est apprécié par la famille d'Orléans.

Le peintre François Marius Granet, son ami, lui commande vers 1843 les médaillons de Michel-Ange et Raphaël pour sa maison, et son buste[3].

Après son décès, c'est son élève Louis Léopold Chambard qui termine les retouches du bas-relief de l'école des Mines, et la tête formant la clef de l'archivolte de la porte[4].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Dessins[modifier | modifier le code]

  • Cheval, dessin au crayon[5].
  • Jésus-Christ, dessin au crayon[6]

Estampes[modifier | modifier le code]

  • 1844, Buste de Madame de Wable, née de Meuse, belle-mère de l'artiste. Eau-forte[7].

Sculptures[modifier | modifier le code]

  • 1814, L'Amour endormi
  • 1817, Narcisse se mirant dans l'eau, Salon des Artistes Français de 1817
  • 1817, Hébé, Salon des artiste français de 1817
  • 1818, L'Abbé Chazette, buste en plâtre polychrome de l'ancien curé de la Croix-Rousse, Salon des artistes français de 1818[8].
  • 1819, Jeune lutteur, Salon des artistes français de 1819.
  • 1819, La Princesse de Neufchâteau, Salon des artistes français de 1819.
  • 1820, Jeanne d'Arc, buste, musée des beaux-arts de Blois[9].
  • 1821, Léda et Jupiter , statue en marbre, musée des beaux-arts de Lyon[10].
  • 1822, Eurydice piqué par un serpent, musée des beaux-arts de Lyon, réplique exécutée en 1831 pour le musée des beaux-arts de Bordeaux.
  • 1824, Buste de femme, marbre de Carrare.
  • 1824, Leda et Jupiter, plâtre, musée des beaux-arts de Lyon.
  • 1824, Othryadès blessé, Salon des artistes français de 1824.
  • 1824-1828, Buste de Philibert Delorme, marbre, musée du Louvre[11].Une copie de 1836 est conservée au musée des beaux-arts de Lyon.
  • 1825, Buste de Marc-Antoine Petit, pour l'Hôtel-Dieu de Lyon.
  • 1825, Buste de François Grognard (1748-1823), négociant lyonnais en soie, bienfaiteur du musée. Buste en marbre et un exemplaire en plâtre, musée des beaux-arts de Lyon.
  • 1825, Buste de Claude Pouteau, marbre, orne un des angle de la salle du Dôme de l'Hôtel-Dieu de Lyon[12].
  • 1825, Apôtres, bas-reliefs rectangulaires en plâtre destinés à la décoration du maître-autel de l'église Notre-Dame de Brou à Bourg-en-Bresse[13].
  • 1825, Apôtre, plaques rectangulaires en plâtre, dont le sommet est en demi-cercle; bas-reliefs destinés à la décoration du maître-autel de l'église Notre-Dame de Brou( Bourg-en-Bresse) [14]
  • 1825, Le Christ et les douze apôtres, ensemble de statuettes à l'église Notre-Dame de Bourg-en-Bresse sur le maître-autel de l'ancien Grand Séminaire de Brou, dessiné et commandé par Mgr Devie. Autel en marbre gris clair veiné de forme rectangulaire. Sous la table d'autel une frise sculptée en dentelle comme celle de Brou. Dessous se trouvent quinze niches architecturées avec colonne, chapiteaux corinthiens et baie trilobée en haut. La répartition est de neuf niches sur l'avant et trois niches de chaque côté et, à l'intérieur, quinze statuettes de bronze doré rapportées et fixées reposant sur un socle de marbre sur lequel sont entrelacées en métal doré. Les statuettes représentent le Christ et les douze apôtres. Judas l'Iscariote est remplacé par Matthias auquel il faut ajouter Saint Paul, ainsi que Luc et Marc (l'autel a coûté près de 8000francs). Le Grand Séminaire ferma en 1907 et l'autel fut acquis en 1939 par Maître Villefranche Père, avocat à Bourg pour 5000francs. En 1941 l'autel est placé dans la nouvelle église du Sacré-Cœur de Bourg-en-Bresse. Il fut démonté en 1968 pour répondre à la nouvelle liturgie[15].
  • 1826, Buste de Nicolas-Marie-Jean-Claude Fay de Sathonay (1762-1812), comte de Sathonay, maire de Lyon. Marbre commandé par la ville de Lyon pour l'Hôtel de Ville. Musée des beaux-arts de lyon[16].
  • 1826, Buste de Paul-Joseph Barthez (1734-1806), docteur en médecine. Dans une lettre datée du 28 février 1826 il annonce l'achèvement de ce buste précisant qu'il reste à le faire sécher et luire et qu'il l'a réalisé à partir du portrait peint par Jean-Jacques Bestieu. La statue en bronze de Paul-Joseph Barthez se trouvant à l'entrée de l'université est inspirée de son œuvre, et deux copies à l'identique de son buste sont conservées au musée Atger et dans le hall de la Faculté de Médecine de Montpellier. Buste en terre cuite à la française, sur piédouche quadrangulaire[17].
  • 1827, La Charité, bas-relief pour l'Hospice de la Charité de Lyon.
  • 1827, Buste de Nicolas Coustou, marbre. Commande de l'État pour la galerie du Louvre dont une réplique est conservée au musée des beaux-arts de Lyon. Salon des Artistes Français de 1827.
  • 1828, Saint Jean et Saint Paul, église Saint Irénée de Lyon, chapelle du bas-côté Sud[18].
  • 1828, Saint Just et Saint Irénée, église Saint Irénée de Lyon.
  • 1828, Martyr de Saint Irénée, église Saint Irénée de Lyon.
  • 1829, Buste de Pierre Flandrindit le Père Flandrin, marbre[19].
  • 1829, Henri IV, hôtel de ville de Lyon. La tête en calcaire de cette œuvre, abimée par la pollution, fut remplacée par un moulage lors de la restauration de 1985. L'originale est aux musées Gadagne ou elle est présentée salle 12[20].
  • 1829, Buste d'Antoine-Marie Chenavard (1787-1883), architecte.
  • 1830, Les Quatre Évangélistes, quatre sculptures, disparues lors de la restauration de l'Église Saint-Paul de Lyon en 1901.
  • 1830, Buste de Louis-Philippe 1er, duc d'Orléans , roi de France, plâtre dont l'artiste se propose d'en faire tirer des copies en fonction des commandes dans une lettre en date du 27 septembre 1830 destinée au Préfet. Hôtel de ville de Lyon[21].
  • 1831, Jeune fille s'amusant avec un perroquet, collection Prosper Chappet à Lyon[22].
  • 1831, Eurydice piqué par un serpent, marbre, réplique de la statue de 1821, musée des beaux-arts de Bordeaux.
  • 1832, Général Bathélemy Joubert, musée Chintreuil à Pont-de-Vaux[23].
  • 1832, Buste du Docteur Ennemond Eynard en Hermés, marbre, musée des beaux-arts de Lyon[24].
  • 1833, Silène, marbre, musée de Grenoble[25].
  • 1833, Silène ivre, réplique en marbre, musée des beaux-arts de Lyon[26].
  • 1834, Buste de Bernard de Jussieu, marbre, musée des beaux-arts de Lyon [27].
  • 1835, Buste de Pierre Puget, marbre, Salon des artistes français de 1835, musée Fabre de Montpellier.
  • 1835, Buste d'André Claude Dussaussoy, marbre, Hôtel-Dieu de Lyon, salle du grand Dôme[28].
  • 1835, Buste de Bernard de Jussieu, plâtre, Salon des Artistes Français de 1835, musée des beaux-arts de Lyon.
  • 1836, Buste de Nicolas Coustou, marbre, musée des beaux-arts de Lyon [29].
  • 1836, Buste de Philibert de l'Orme ou Delorme, marbre, copie du buste de 1824 pour la musée des beaux-arts de Lyon [30].
  • 1836, Buste de Claude Camille Pierre Étienne Pernon (1753-1808), industriel et juriste lyonnais, qui contribua à la fondation du musée. Marbre, musée des beaux-arts de Lyon [31].
  • 1836, Buste de Pierre Poivre, marbre, chambre de commerce et d'industrie de Lyon.
  • 1837, Jean-Emmanuel Gilibert, plâtre, musée des beaux-arts de Lyon[32].
  • 1837, Buste d'André Marie Constant Duméril, muséum d'Histoire Naturelle de Paris.
  • 1837, Dauphins, projet pour la fontaine de Trion à Lyon (non installés).
  • 1837, Buste de Flandrin, père d'Hippolyte Flandrin, marbre, musée du Louvre [33].
  • 1837, La Vierge et Saint-Jean, église Primatiale Saint-Jean de Lyon.
  • 1838, Jean Armand de Maillé-Brézé, plâtre, château de Versailles[34].
  • 1838, Giotto enfant, dessinant sur le sable, plâtre, Salon des artistes français. Bronze conservé au jardin du palais Saint-Pierre à Lyon[35].
  • 1838, Buste de Camille de Tournon-Simiane, comte de Tournon ; Buste, Salon des artistes français de 1838.
  • 1840, Minerve, marbre, musée des beaux-arts de Lyon[36].
  • 1840, Achille de Harlay, commande pour le château de Versailles.
  • 1840, Buste de Claude-François Ménestrier, marbre, musée des beaux-arts de Lyon[37].
  • 1841, Prométhée, bronze[38], non localisé.
  • 1841, Giotto enfant dessinant sur le sable, marbre, Salon des artistes français de 1841, musée de Montpellier[39].
  • 1842, Antoine-Laurent de Jussieu, Salon de 1842, jardin des Plantes de Paris.
  • 1842, Giotto enfant dessinant sur le sable, bronze, jardin du palais Saint-Pierre de Lyon.
  • 1842, Giotto dessinant sur le sable, plâtre, musée de la Chartreuse de Douai.
  • 1843, Michel-Ange et Raphaël, médaillons commandés par François Marius Granet.
  • 1843, Buste de François Marius Granet, Salon des artistes français de 1843, musée des beaux-arts d'Aix-en-Provence.
  • 1843, Anne-Robert-Jacques Turgot, marbre, musée des beaux-arts de Lyon Photo sur photo.rmn.fr. Photo de Lucien Bégule Médiathèque de l'architecture et du patrimoine diffusion RMN, n°AP51L01856E. Également au palais du Luxembourg.
  • 1843, Buste du duc d'Orléans, Salon des artistes français.
  • 1844, Portrait en médaillon de François Boucher.
  • 1844, L'Éveil de l'âme, Salon de 1844. Palais de Saint-Cloud, détruit dans l'incendie de 1871[40].
  • 1847, Prométhée attaché sur le Caucase, Salon de 1847.
  • 1847, Buste de Mme Bourdon, née Corinne Chenavard[41].
  • 1847, La Ville de Lyon accueille les Arts, le Commerce, l'Industrie et l'Agriculture, bas-relief, entrée du palais de Justice de Lyon, salle des Pas Perdus (mur Est)[42].
  • 1849, Saint-Pierre, église Saint-Denys-du-Saint-Sacrement, Paris.
  • 1849-1850, Buste de François Marius Granet, marbre, Institut de France[43].
  • 1849-1850, Fronton pour l'école des Mines de Paris, plâtre[44].
  • 1850, Prométhée, marbre[45].
  • 1913, La mort d'Epaminondas, non localisé.
  • Portrait du préfet Lezay Marnesia en Hermès, plâtre, musée des beaux-arts de Lyon.
  • Buste de Nicolas Poussin, non localisé
  • Eugénie Legendre-Héral, médaillon en terre-cuite. Elle fut mariée à son oncle J. Wable-Héral, musée du Louvre.
  • Claude Le Coffre, médaillon en bronze conservé à Vourles.
  • Buste d'homme, plâtre[46].
  • François Marius Granetmarbre, musée Granet d'Aix-en-Provence.

Projets non aboutis[modifier | modifier le code]

  • 1825, Statue équestre de Louis XIV pour la ville de Montpellier.
  • 1844, Colbert , projet d'une statue pour la ville de Reims, maquette conservée au musée de Reims[47].

Élèves[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Stanislas Lami, Dictionnaire des Sculpteurs de l'École française du XIXe siècle, Paris, réédition de 1970, p. 289.
  • Catherine Chevillot, La sculpture au XIXe siècle à Lyon : école ou École ?, dans Le Temps de la Peinture, Lyon 1800-1914, exposition, musée des beaux-arts de Lyon, 2007, Fage éditions, Lyon, 2007, pp. 144–151.
  • Jean-Marie Bonnassieux, le modèle de Giotto enfant de Legendre-Héral dans la Revue du Lyonnais, 1886, I, p. 354.

Iconographie[modifier | modifier le code]

  • 1814, Jean-François Legendre à l'âge de dix-neuf ans, dessin[49].
  • 1820, Legendre-Héral, gravure par Michel-Philibert Genod[50].
  • 1824, La halte des artistes lyonnais à l'Île Barbe, toile sur laquelle Legendre-Héral est représenté par le peintre Antoine Duclaux, musée des beaux-arts de Lyon.
  • 1827, Legendre-Héral, lithographie [51].
  • 1848, Jean-François Legendre-Héral, photographie en studio communiquée par son petit-fils Charles Wable[52].
  • 1875-1880, Jean-François Legendre-Héral, buste en marbre par Jean-Marie Bonnassieux, musée des beaux-arts de Lyon[53].
  • Portrait de Jean-François Legendre-Héral, toile anonyme, l'artiste pose devant un buste [54].
  • Portrait de Jean-François Legendre-Héral, par Michel-Philibert Genod[55].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lettre autographe du 15 février 1825 en vente sur internet[Où ?] (source primaire inédite).
  2. Base Mistral, plan en élévation de cette maison, photo Lucien Bégule, diffusion RMN réf:AP51L02890.
  3. Conservé au musée d'Aix-en-Provence.
  4. Base Arcade, notice N° AR314473, cote F/21/0069
  5. Base Mistral, photo de Lucien Bégule, Médiathèque de l'architecture et du patrimoine diffusion RMN, n° phototype (NUMP) 51L01934
  6. Musée du Louvre référence:AP51L01933 Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, diffusion RMN
  7. Collection Prosper Chappet, photographie de Lucien Bégule réf:AP51L02242
  8. Conservé à Lyon[Où ?], Photo de Lucien Bégule, n°AP51L02866, Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, diffusion RMN
  9. Photo sur photo.rmn.fr
  10. n°inv:60 photo de Lucien Bégule diffusion RMN, n°: AP51L01851
  11. Photo sur photo.rmn.fr
  12. photo de Lucien Bégule, RMN, n°AP51L02869
  13. photo Lucien Bégule réf:AP51L01927 diffusion RMN
  14. photo diffusion RMN, Lucien Bégule réf:AP51L01926
  15. catolique-belley-ars.cef.fr/L-eglise-du-Sacre-Cœur-de-Bourg-1881-...
  16. cote de conservation orig:n°135, photo Lucien Bégule réf:AP51L01865
  17. Logo monument historique classé MH (2008) Université de Montpellier I, faculté de Médecine
  18. Photo, base Mistral, diffusion RMN réf AP51L02420
  19. Vente Sotheby's, Paris le 6 avril 2011, lot n°184, photo sur sothebys.com
  20. Mystère n°9 , Mystère des collections, musées Gadagne, page sur internet
  21. Archives Municipales de la ville de Lyon: Liste des bustes
  22. Base Mistral. Médiathèque de l'architecture et du patrimoine crédit photo
  23. Photo de Lucien Bégule, RMN, n°AP51L00729
  24. n° inv : H.795, cote de conservation orig n° 104, photo Lucien Bégule diffusion RMN, réf : AP51L01857 Portail des collections des musées de France, base Joconde
  25. Archives nationales, Base Arcade, notice n°:AR006471
  26. n° inv : 062, Photo Lucien Bégule, Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, diffusion RMN, n° AP51L01853
  27. cote de conservation orig:n°114; N°Inv: H.802. photo Lucien Béguel diffusion RMN, n° AP51L01860
  28. Photo Lucien Bégule, RMN n° AP51L02867
  29. n°inv : 98, photo Lucien Bégule réf : AP51L01856A
  30. Cote de conservation orig : 118, photo Lucien Bégule diffusion RMN, n° AP51L01861)
  31. Cote de conservation orig : n° 126, photo Lucien Bégule diffusion RMN réf: AP51L01863
  32. n°inv : H.819, cote de conservation origine : n°110, photo Lucien Bégule, réf:AP51L01858
  33. Photo Lucien Bégule diffusion RMN, réf : AP51L01924
  34. n° inv : MV2724 Photo sur photo.rmn.fr
  35. Photo de Lucien Bégule, RMN, n° : AP51L01855
  36. n°orig : 68, N°inv : H 785b, photo de Lucien Bégule, médiathèque de l'architecture et du patrimoine, difusion RMN, n° AP51L01854 et René-Gabriel Objéda. Photo sur photo.rmn.fr
  37. Cote de conservation orig : 122. Photo Lucien Bégule diffusion RMN, n° AP51L01862
  38. photo de Lucien Bégule réf:AP51L02805
  39. Base Arcade, notice n°: AR035230. N°inv : 964, 871.1.
  40. Archives nationales, base Arcade, notice : AR316058.
  41. Photographie de Lucien Bégule, Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, diffusion RMN, réf:AP51L02804A
  42. Photo, base Mistral, ministère de la Culture, médiathèque de l'architecture et du patrimoine, diffusion RMN, réf : AP51L02415
  43. Archives nationales, base Arcade, notice n° AR312640.
  44. Archives nationales, Arcade notice n° AR316056.
  45. Base Arcade, notice n° AR316055
  46. Photo : Lucien Bégule, réf : AP51L01925, diffusion RMN
  47. Base Mistral, médiathèque de l'architecture et du patrimoine, diffusion RMN, réf : AP51L02416
  48. Jean-Claude Sosnowski Joseph Dantzell dans Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en juin 2012, URL:http://www.charlesfourier.fr/article.php3?id_article=847.
  49. Diffusion RMN, réf:AP51L01921
  50. Collection Bourdon, photo Lucien Bégule, diffusion RMN, n° AP51L02864
  51. Photo Lucien Bégule diffusion RMN réf:AP51L02865
  52. Diffusion RMN réf: AP51L01922
  53. n° conservation orig : 116, photo Lucien Bégule, réf : AP51L01866. Diffusion RMN, base Arcade, notice n° AR324484
  54. Photo du tableau par Lucien Bégule réf : AP51L01920, base Mistral, médiathèque de l'architecture et du Patrimoine, diffusion RMN
  55. photo de Lucien Bégule, diffusion RMN, réf : AP51L02861