James Rendel Harris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir James Harris.

James Rendel Harris (né le 27 janvier 1852 à Plymouth, mort le 1er mars 1941) est un théologien quaker[1] britannique, paléographe et conservateur de manuscrits. Il a fait connaître de nombreux écrits syriaques et d'autres documents anciens. Ses contacts au monastère Sainte-Catherine du Sinaï ont rendu possible la découverte du plus ancien manuscrit connu du Nouveau Testament en syriaque[2]. Il a découvert en particulier les manuscrits connus aujourd'hui sous les références Onciale 073, 0118, 0119, 0137, et un texte syriaque de l'apologie d'Aristide. Son œuvre principale Biblical Fragments from Mount Sinai est parue en 1890.

Biographie[modifier | modifier le code]

James Rendel Harris étudie au Clare College à Cambridge, où il enseigne ensuite les mathématiques en 1875-1878, 1892, et 1902-1904. Il passe le plus de temps possible au Proche-Orient. En même temps, il est professeur de Nouveau Testament et de grec ancien à l'université Johns-Hopkins à Baltimore, États-Unis (1882–1885) et au Haverford College en Pennsylvanie (1882–92).

En 1889 et 1890, il acquiert 47 rouleaux et codex écrits en hébreu, latin, arabe, syriaque, arménien et en Ge'ez (langue parlée en Éthiopie jusqu'au XIVe siècle). Ces documents abordent des sujets bibliques et linguistiques ; le plus ancien remonte au XIIIe siècle. Harris affirme qu'ils ont tous été acquis légalement, « selon les règles parfois fastidieuses du commerce oriental »[3]. Il a fait don de ces rouleaux au Haverford College, où ils sont conservés dans la « Quaker Collection »[4].

Harris enseigne la théologie à l'université de Leiden en 1903-1904. Puis il est directeur d'études au collège quaker de Woodbrooke, à Birmingham. Il a été le représentant de deux bibliothèques prestigieuses durant sa vie : Johns Hopkins aux États-Unis, et John Rylands Library à Manchester.

La plupart de ses publications ont trait à l'histoire de la Bible et de la patrologie[5]. Il examine le texte latin du Codex Sangallensis 48, et écrit en particulier sur l'apologie d'Aristide d'Athènes (1891), le Didachè, Philon d'Alexandrie, le Diatessaron, les Apologues chrétiens, Perpétue et Félicité, les odes et psaumes de Salomon (1906), l'Évangile de Pierre.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bernet, Claus, in Biographisch-Bibliographisches Kirchenlexikon (BBKL), Band 30, Nordhausen 2009 [1]
  2. Le Codex Syriacus-Sinaïticus. Voir Agnes Smith Lewis : In the Shadow of Sinai, et Janet Soskice : Sisters of Sinai : How Two Lady Adventurers Found the Hidden Gospels, London, Vintage, 157 - 180.
  3. « [They were] all acquired by the lawful, though sometimes tedious, processes of Oriental commerce ».
  4. Haverford College.
  5. Bulletin of the John Rylands Library, [nécrologie] vol. 26 p. 10-14; 1941.

Liens externes[modifier | modifier le code]