Isaac Jogues

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jogues (homonymie).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brébeuf et Saint Jean.
Isaac Jogues
Image illustrative de l'article Isaac Jogues
Isaac Jogues: une peinture à l'huile de Donald Guthrie McNab
Saint, martyr
Naissance 10 janvier 1607
Orléans (France)
Décès 18 octobre 1646  (39 ans)
à Ossernenon (pays mohawk), aujourd'hui près d'Auriesville (États-Unis, Etat de New York)
Canonisation 29 juin 1930
par Pie XI
Vénéré par l'Église catholique, Communion anglicane
Fête 19 Octobre

Saint Isaac Jogues, né le 10 janvier 1607 à Orléans (France) et mort (décapité) le 18 octobre 1646 à Ossernenon (aujourd'hui près d'Auriesville aux États-Unis), était un missionnaire jésuite français parmi les amérindiens d'Amérique du Nord. Il fait partie du groupe des martyrs canadiens canonisés le 29 juin 1930 et collectivement commémorés le 19 octobre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Laurent Jogues et de Françoise de Saint-Mesmin, Isaac nait le 10 janvier 1607 à Orléans. Il appartient à une grande famille marchande de la ville. Jogues entre dans la Compagnie de Jésus le 24 octobre 1624. Ordonné prêtre à Paris en janvier 1636, il part peu après en Nouvelle-France pour y évangéliser les premières nations. Il y arrive avec le gouverneur Montmagny. Avec le père Jean de Brébeuf, il se rend jusqu'aux grands lacs, où il vit - dans un danger constant - pendant six ans. Avec Garnier, Petuns et Raymbault, il explore aussi loin qu'au Sault Sainte-Marie[1].

Il est fait prisonnier par les Iroquois en 1642, alors en guerre contre la France. Il subit des tortures et est traité comme un esclave dans un village près d'Albany. Des marchands calvinistes hollandais l'aident à s'échapper.

De retour en son pays natal, il y est accueilli par la mère de Louis XIV. Par faveur exceptionnelle le pape Urbain VIII l'autorise à célébrer la messe, en dépit du fait que ses mains étaient mutilées. Il demande de pouvoir retourner en Nouvelle-France, et traverse à nouveau l'océan au printemps de 1644.

En 1646, vivant parmi les Iroquois à Ossernenon dans l'État de New York, où il devait négocier la paix, lui et ses confrères sont accusés d'être responsables de la très mauvaise récolte. Pour cela, il est exécuté, les Iroquois l'ayant toujours considéré comme un sorcier. En entrant dans une cabine, il est frappé d'un tomahawk puis décapité : sa tête scalpée est exhibée sur une palissade et son corps jeté dans la rivière Mohawk.

Reconnaissance posthume[modifier | modifier le code]

Isaac Jogues est canonisé le 29 juin 1930 par le pape Pie XI aux côtés des sept autres martyrs canadiens. De nombreuses paroisses aux États-Unis et au Canada lui sont consacrées, dont les paroisses des villes d'Asbestos et de Saint-Hubert au Québec.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Isaac Jogues a donné au lac George son premier nom européen, l'appelant le Lac du Saint-Sacrement

Liens externes[modifier | modifier le code]