Hurricane Carter (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hurricane Carter

Titre original The Hurricane
Réalisation Norman Jewison
Scénario Armyan Bernstein
Dan Gordon
Acteurs principaux
Sortie 1999
Durée 145 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Hurricane Carter (titre original : The Hurricane) est un film américain réalisé par Norman Jewison, sorti en 1999. Il s'agit de la biographie du boxeur Rubin « Hurricane » Carter.

Synopsis[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1960, Rubin Carter, boxeur de talent, est condamné à la perpétuité pour un triple meurtre qu'il n'a pas commis. Décidé à faire connaitre sa vérité, il décide de publier son autobiographie. Malheureusement pour lui, sa situation n'évolue pas. Des années plus tard, un adolescent, convaincu de son innocence, décide de se battre à ses côtés pour lui rendre sa liberté.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Controverse[modifier | modifier le code]

Le film a été critiqué pour dénaturer la plupart des faits de la vie de Carter et de l'affaire elle-même. Parmi les critiques on retrouve Cal Deal, reporter au Herald-News, Larry Elder[5], Thomas Clough, Barbara Burns, la fille de la victime Hazel Tanis, George Kimball de The Irish Times, Milan Simonich du Pittsburgh Post-Gazette, Lona Manning[6], le journaliste de The New York Times Selwyn Raab, Paul Mulshine de The Newark Star-Ledger et Jack Newfield du New York Post qui affirma : « J'ai connu Rubin Carter, assisté à ses combats, couvert son deuxième procès et je n'ai pas vu beaucoup de la réalité à l'écran. » [7]

Exemples :

  • Concernant sa jeunesse :
    • Ses ennuis de justice lorsqu'il était jeune n'étaient pas liés à la blessure d'un pédophile pour protéger un ami et lui-même. C'était en réalité pour agression et vol.
    • Carter ne fut pas envoyé en centre de détention pour jeunes quand il était un petit enfant, mais quand il avait 14 ans.
    • Carter était un violent vagabond de rue et fut condamné à 4 ans de prison pour 3 agressions[8].
  • Concernant sa période précédant le triple meurtre :
    • Pendant sa période militaire, il passa 4 fois en cour martiale et renvoyé pour "inaptitude au service militaire". En revanche, le film le présente comme un soldat décoré alors qu'il n'a jamais obtenu de telles distinctions.
    • Carter n'était pas le prétendant numéro 1 au titre de champion du monde des poids moyens.
  • Concernant la nuit de la fusillade :
    • La nuit des meurtres, sa voiture fut stoppée deux fois, mais c'est seulement à la deuxième qu'il a été arrêté.
    • Carter n'était pas assis à l'avant.
    • La présence d'une arme à feu dans la voiture de Carter[8].
    • Le Lafayette Grill n'acceptait pas les afro-américains.
  • Concernant l'affaire :
    • Avery Cockersham n'est pas mort avant les procès de Carter.
    • Concernant Patricia Valentine :
      • Le témoignage de Patricia Valentine est faussement donné comme: "les feux arrière éclairent tout l'arrière". Elle affirma sous serment que les feux arrière n'étaient pas éclairés sur toute la longueur de l'arrière.
      • Patricia Valentine n'a pas modifié son témoignage contrairement à ce qu'affirme l'enquêteur canadien joué par John Hannah.
      • Patricia Valentine avait 23 ans à l'époque des meurtres, et n'était pas une femme d'un certain âge.
    • Le film affirme à tort que Carter a été jugé par deux jurys entièrement composés de Blancs : le premier jury a effectivement été composé uniquement par des blancs. Mais le deuxième comprenait 2 afro-américains[8].
    • L'inspecteur raciste qui, selon le film, a harcelé Carter depuis son enfance, n'a jamais existé[8].
    • Le rapport de l'appel de police d'urgence n'a pas été falsifié dans le but d'enfermer Carter.
    • Carter n'a pas fait de discours devant la cour fédérale[8].
    • Les "90 jours de trou" de Carter ne sont pas notés dans son dossier pénitentiaire, ni relatés dans son autobiographie.
    • Concernant les Canadiens :
      • Les Canadiens n'ont pas découvert de nouvelle preuve[8].
      • Les Canadiens n'ont pas trouvé les notes d'un enquêteur décédé[8].
      • Les policiers n'ont pas menacé les Canadiens[8].

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses
  • Ours d'Argent au Festival International du film à Berlin pour Denzel Washington.
  • Black Reel Awards pour Denzel Washington.
  • Golden Globes de la Meilleure Performance pour Denzel Washington.
Nominations
  • Academy Awards du Meilleur Acteur dans le Rôle Principal pour Denzel Washington

À noter[modifier | modifier le code]

  • La photo de Malcolm X dans la cellule de Rubin Carter est en réalité une image de Denzel Washington tirée du film Malcolm X
  • Denzel Washington a obtenu une nomination à l'Oscar du Meilleur Acteur Masculin en 2000
  • Hurricane est également une chanson de l'album "Desire" (1976) de Bob Dylan, composée en 1975

Les célébrités suivantes apparaissent dans des images d'archive dans le film :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.imdb.fr/title/tt0174856/business
  2. Selon Box-Office Mojo, le budget est estimé à 50 millions de dollars [1]
  3. a et b http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=hurricane.htm
  4. http://www.jpbox-office.com/fichfilm.php?id=2494&affich=france
  5. « "Hurricane" warning », Jewish World Review article by Larry Elder (consulté le 23 octobre 2006)
  6. « TopTen Myths about..... Rubin Hurricane Carter and the Lafayette Grill Murders », The Lafayette Library, Lona Manning's collection of articles and legal documents about the Lafayette Grill murders (consulté le 23 octobre 2006)
  7. « I knew Rubin Carter, attended his fights, covered his retrial and I didn't see much reality on the screen. »
  8. a, b, c, d, e, f, g et h Selwyn Raab, « Separating Truth From Fiction in 'The Hurricane' », The New York Times,‎ 28 décembre 1999 (consulté le 15 mars 2013)