Homme-chose

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Homme-chose
Personnage de fiction apparaissant dans
Man-Thing

Nom original Man-Thing
Alias Theodore « Ted » Sallis (véritable identité)
Mr. Salad
Walking Mulch Heap
Naissance Omaha, Nebraska
Espèce Mutant
Activité(s) Scientifique
Pouvoirs Super-force
Invulnérabilité
Maitrise des plantes
Empathie
Affiliation Nexus of All Realities
Daydreamers
Legion of Monsters
Midnight Sons

Créé par Stan Lee
Roy Thomas
Gerry Conway
Gray Morrow
Première apparition Savage Tales #1 (mai 1971)
Éditeur(s) Marvel Comics

L'Homme-chose (Man-Thing en anglais) est un monstre végétal appartenant à l'univers de Marvel Comics. Il est apparu pour la première fois dans Savage Tales #1, en mai 1971, créé par Stan Lee, Roy Thomas (concept), Gerry Conway (scénario) et Gray Morrow (dessin).

Souvent surnommé la « Créature des marais », pour sa ressemblance avec Swamp Thing, personnage de DC Comics, l'Homme-chose vit dans les Everglades, et n'est pas vraiment un super-héros. Monstre sans intelligence, il subit la plupart du temps les évènements.

Origine[modifier | modifier le code]

L'Homme-chose est à l'origine un biochimiste, le docteur Theodore Sallis, qui travailla avec le docteur Kurt Connors (le Lézard) sur la régénération cellulaire, au début de sa carrière. Ce dernier fit partie du projet Gladiator, visant à recréer le sérum de super-soldat. Le laboratoire se situait dans les Everglades.

Il amena un jour sa femme au laboratoire, mais cette dernière, espionne travaillant pour l'AIM, le trahit en permettant l'assaut d'un groupe. Avant de fuir, il s'injecta le seul échantillon valable de la formule. Après une course poursuite, sa voiture sortit de la route, et il se noya dans un coin reculé des marais, canalisateurs d'énergie magique. Il se transforma en une créature végétale inhumaine, dotée d'une conscience limitée (car plus proche du végétal que de l'animal). Il retrouva ses agresseurs et brûla le visage de sa femme, avant de s'enfoncer dans le marécage.

Le marais de l'Homme-chose est en fait le nexus de toutes les réalités, et l'Homme-chose rencontra toute sorte d'adversaires, comme le démon Thog, et Dakimh...

À chaque fois, on a présenté le monstre comme le gardien du Nexus.

Il a libéré le jeune Wundar du vaisseau spatial dans lequel il était enfermé et l'emmena au projet Pegasus.

On le revit aider Shang-Chi à combattre Fu Manchu.

Le règne sombre[modifier | modifier le code]

Les Dark Avengers de Norman Osborn capturèrent le monstre.

Ayant réussi à s'échapper d'une manière inconnue, l'Homme-chose se réfugia dans les égouts humides de New York, où il vécut avec Morbius. Le duo retrouva le corps en morceaux du Punisher, tué par Daken et le ramenèrent à la vie, en tant que Frankencastle. Il lui fit ensuite rejoindre sa Légion des monstres.

L'âge héroïque[modifier | modifier le code]

Steve Rogers, devenu le nouveau directeur de la Sécurité nationale, fit capturer le monstre et l'assigna au Raft, où il servit de téléporteur aux Thunderbolts.

Vie éditoriale[modifier | modifier le code]

Après ses débuts dans Savage Tales #1 en 1971, l'Homme-chose a occupé les pages de Astonishing Tales et Adventure into Fear, avant que sa propre série ne soit lancée en 1974, scénarisée par Steve Gerber, et illustrée par Val Mayerick, ultérieurement remplacé par Mike Ploog. Elle devint une des meilleures séries non-affiliées à l'univers Marvel dans un premier temps. Pourtant, au fur et à mesure des histoires, les aventures de l'Homme-chose devinrent des crossovers permettant d'y inclure des personnages populaires.

Le dernier épisode fut le Man-Thing #22, et sa particularité est que le scénariste (depuis le numéro #11), Steve Gerber, y apparaît comme une sorte de narrateur.

En 1979, une deuxième série fut publiée, avec les scénarios de Chris Claremont. Elle connut 11 épisodes, et Claremont y fit aussi un caméo...

Une troisième série vit le jour en 1997, pendant 8 numéros.

Pouvoirs[modifier | modifier le code]

  • L'Homme-chose est une masse végétale lente et peu mobile, mais ayant gagné en force au cours de son existence, il est désormais capable de soulever jusqu'à 100 tonnes. Pourtant, sa force moyenne ne lui permet à l'origine que de soulever environ une tonne.
  • Constitué d'humus, il ne craint pas la douleur. Les balles, impacts et lasers le traversent ou le disloquent, sans véritablement le blesser. Seul un feu détruisant une grande partie de son corps permettrait de le blesser gravement, mais il serait encore capable de se restructurer en absorbant la végétation et l'humidité environnantes.
  • L'Homme-chose possède un corps humanoïde, mais sa forme n'est pas vraiment solide. Il peut se glisser dans les interstices, en y mettant du temps.
  • Il est très sensible aux émotions des personnes qui le rencontrent : il observera avec curiosité ceux qui agissent près de lui. Si ces dernières ont peur, ou sont en colère, son corps génère un puissant acide sulfurique, brûlant la chair humaine en quelques secondes. Même le corps super-résistant de Hulk en a fait les frais!
  • L'Homme-chose évite de quitter son marais, car il est très dépendant de son environnement. Il s'affaiblit à chaque jour passé sans humidité.
  • Depuis sa transformation, Sallis à perdu l'usage de la parole, et a conservé de rares souvenirs de sa vie passée. Il fait désormais preuve d'une intelligence très limitée, supérieure toutefois à celle d'un chien.

Autre médias[modifier | modifier le code]

Man-Thing de Brett Leonard et scénario Steve Gerber, il a été diffusé en avant première en 2005 sur Sci Fi Channel aux États-Unis.

Liens externes[modifier | modifier le code]