Hervé Alicarte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hervé Alicarte
Pas d'image ? Cliquez ici.
Biographie
Nom Hervé Alicarte
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance 7 octobre 1974 (40 ans)
Lieu Perpignan
Taille 1,83 m (6 0)
Poste Libéro
Parcours amateur
Saisons Club
2008-2010 Drapeau : France Perpignan CFC
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1994-1998 Drapeau : France Montpellier HSC 081 (11)
1998-2004 Drapeau : France Girondins de Bordeaux 100 0(9)
2000-2001 Drapeau : France Toulouse FC 009 0(0)
2002-2003 Drapeau : France AC Ajaccio 022 0(2)
2004-2005 Drapeau : Suisse Servette FC 005 0(1)
2005-2007 Drapeau : France Nîmes Olympique 039 (10)
1994-2007 Total 256 (33)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
1999 Drapeau : France France B 002 0(0)
Équipes entraînées
Années Équipe Stats
2008-2010 Drapeau : France Perpignan CFC
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Hervé Alicarte, né le 7 octobre 1974 à Perpignan, est un footballeur français. Il évolue au poste de libéro ou d'arrière gauche du milieu des années 1990 au milieu des années 2000.

Formé au Montpellier HSC, il évolue ensuite aux Girondins de Bordeaux avec qui il remporte le championnat de France en 1999. Après avoir porté les couleurs du Toulouse FC, de l'AC Ajaccio et du Servette FC, il termine sa carrière au Nîmes Olympique.

Il est champion du monde militaire en 1995 et compte deux sélections en équipe de France B. Son frère ainé, Bruno Alicarte, est lui aussi footballeur professionnel.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hervé Alicarte débute le football au Perpignan FC où il joue jusqu'en minimes puis joue au FC Canet 66. Il rejoint en même temps que son frère, Bruno, le centre de formation du Montpellier HSC[1]. Il effectue ses débuts en équipe première lors de la 15e journée de la saison 1994-1995 dans un match opposant le MHSC au Paris SG. Titulaire au coup d'envoi de cette rencontre disputée au Parc des Princes et perdue trois à un, il est remplacé à la 75e minute par Christophe Sanchez[2]. Gaucher exclusif[1], Roger Lemerre le retient, ainsi que son coéquipier Jean-Christophe Rouvière, pour disputer en septembre 1995, à Rome, la Coupe du monde militaire. Les Français l'emporte en finale face à l'Iran sur le score de un à zéro[3],[4]. Il devient un élément important de l'équipe première du MHSC en 1996 en évoluant au poste de libéro ou d'arrière gauche puis s'impose comme titulaire en défense centrale, aux côtés de Thierry Laurey, la saison suivante[5].

Hervé Alicarte est transféré en 1998 aux Girondins de Bordeaux où il forme la charnière centrale avec Niša Saveljić. Le club bordelais est en fin de saison sacré champion de France. Ses bonnes performances en club lui ouvre les portes de l'équipe de France B. Le sélectionneur Guy Stéphan le retient pour disputer le 19 janvier une rencontre face à la Croatie B et il entre en jeu à la 76e minute de la rencontre, remportée deux à zéro, en remplacement de Jérôme Bonnissel[6]. Un mois plus tard, il est titulaire au poste de latéral gauche contre la Belgique B, les Français remportent la rencontre sur le score de deux à un[7].

En fin de saison suivante, ses relations avec l'entraineur Élie Baup deviennent tumultueuses suite à sa non titularisation pour la demi-finale de la coupe de France face au Calais RUFC[8]. Le retour d'Alain Roche dans le club bordelais en 2000 lui font perdre sa place dans l'effectif et, en décembre, il est prêté au Toulouse FC qui est alors 18e du classement[8]. Il dispute neuf rencontres sous le maillot toulousain qui, en fin de saison, est relégué en division 2. De retour aux Girondins, il ne dispute que cinq rencontres de championnat et, en 2002, il est prêté à l'AC Ajaccio, promu en division 1. Il dispute vingt-deux rencontres avec l'équipe corse dont il devient le capitaine[5].

Après une nouvelle saison comme remplaçant chez les Girondins, Hervé Alicarte dispute neuf rencontres avant de rejoindre en 2004 le club suisse du Servette FC présidé par Marc Roger[9]. Le club suisse se retrouve en faillite en février 2005 et Hervé Alicarte retourne alors dans son club formateur, le Montpellier HSC, qui l’accueille pour qu'il puisse s'entrainer[10]. Après un an sans club, il s'engage en janvier 2006 avec le Nîmes Olympique alors en National[11]. Après deux saisons dans le club nîmois, il met un terme à sa carrière professionnelle en 2007.

Il retourne alors dans son tout premier club, le Perpignan Canet Football Club, club de division d'Honneur du Languedoc-Roussillon dont il devient entraîneur-joueur en octobre 2008[12]. Il occupe ce poste jusqu'au printemps 2010.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Statistiques[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous résume les statistiques en match officiel d'Hervé Alicarte durant sa carrière de joueur professionnel[13],[14].

Statistiques d'Hervé Alicarte
Saison Club Championnat Coupe nationale Coupe de la Ligue Compétition(s)
continentale(s)
Trophée des champions Sélection Total
Division M B M B M B C M B M B Équipe M B M B
1994-1995 Drapeau de la France Montpellier HSC Division 1 8 1 1 0 2 0 - - - - - - - - 11 1
1995-1996 Drapeau de la France Montpellier HSC Division 1 9 2 2 0 - - - - - - - - - - 11 2
1996-1997 Drapeau de la France Montpellier HSC Division 1 17 1 4 0 1 0 C3 1 0 - - - - - 23 1
1997-1998 Drapeau de la France Montpellier HSC Division 1 25 3 1 1 2 0 CI 8 3 - - - - - 36 7
1998-1999 Drapeau de la France Girondins de Bordeaux Division 1 29 2 - - 1 0 C3 7 1 - - France B 2 0 39 3
1999-2000 Drapeau de la France Girondins de Bordeaux Division 1 27 5 3 0 2 0 C1 9 0 1 0 - - - 42 5
juil-déc
2000-2001
Drapeau de la France Girondins de Bordeaux Division 1 2 0 - - - - - - - - - - - - 2 0
déc-juin
2000-2001
Drapeau de la France Toulouse FC (prêt) Division 1 8 0 - - 1 0 - - - - - - - - 9 0
2001-2002 Drapeau de la France Girondins de Bordeaux Division 1 5 0 - - 1 0 - - - - - - - - 6 0
2002-2003 Drapeau de la France AC Ajaccio (prêt) Ligue 1 22 2 - - - - - - - - - - - - 22 2
2003-2004 Drapeau de la France Girondins de Bordeaux Ligue 1 9 1 - - 1 0 C3 3 0 - - - - - 13 1
juil-jan
2004-2005
Drapeau de la Suisse Servette FC Super League 4 0 - - - - C3 1 1 - - - - - 5 1
jan-juin
2005-2006
Drapeau de la France Nîmes Olympique National 16 5 - - - - - - - - - - - - 16 5
2006-2007 Drapeau de la France Nîmes Olympique National 23 5 - - - - - - - - - - - - 23 5
Total sur la carrière 204 27 11 1 11 0 - 29 5 1 0 - 2 0 258 33

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « "Un défenseur nommé Alicarte" », sur laurentferreira.chez.com, Marine et Blanc n°13 (consulté le 18 février 2012)
  2. « Paris SG 3-1 Montpellier », sur www.footballdatabase.eu (consulté le 18 février 2012)
  3. « Tableau d'honneur des grands vainqueurs », sur www.footency.com (consulté le 18 février 2012)
  4. (en)« World Military Games 1995 (Roma) », sur www.rsssf.com, RSSSF (consulté le 18 février 2012)
  5. a et b « Hervé Alicarte », sur pailladins.free.fr (consulté le 18 février 2012)
  6. « France A' 2 - 0 Croatie A’ », sur selectiona.free.fr (consulté le 18 février 2012)
  7. « France A' 2 - 1 Belgique A’ », sur selectiona.free.fr (consulté le 18 février 2012)
  8. a et b « TFC : Pedros et Alicarte à la recherche du temps perdu », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ 6 décembre 2000 (consulté le 18 février 2012)
  9. Xavier Sueur, « Servette Genêve : Arrivées de J.J.Domoraud et H.Alicarte », sur www.football365.fr, Football365.fr,‎ 4 juillet 2004 (consulté le 18 février 2012)
  10. Nicolas Puiravau, « Servette Genève : H.Alicarte s’entraîne avec Montpellier », sur www.football365.fr, Football365.fr,‎ 24 mars 2005 (consulté le 18 février 2012)
  11. « Nîmes : Arrivées imminentes de H.Alicarte et de Rouvière », sur www.football365.fr, Football365.fr,‎ 30 décembre 2005 (consulté le 18 février 2012)
  12. « Alicarte rebondit en DH », sur www2.lequipe.fr, Lequipe.fr,‎ 30 décembre 2005 (consulté le 23 octobre 2008)
  13. « Fiche d'Hervé Alicarte », sur www.footballdatabase.eu (consulté le 18 février 2012)
  14. « Fiche d'Hervé Alicarte », sur www.lfp.fr (consulté le 18 février 2012)

Lien externe[modifier | modifier le code]