Hermitage Plaza

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tours Hermitage
Histoire
Architecte
Ingénieur
Construction
2015 - 2020 (Prévision)
Statut
Bientôt en construction
Usage
Bureaux
Logements
Hôtel
Commerces
Architecture
Hauteur du toit
323 mètres[1],[2]
Nombre d'étages
86 et 85
Superficie
280 000 m2
Administration
Site web
Géographie
Pays
Ville
Quartier
Coordonnées
Localisation sur la carte de Paris et la petite couronne
voir sur la carte de Paris et la petite couronne
Red pog.svg
Localisation sur la carte des Hauts-de-Seine
voir sur la carte des Hauts-de-Seine
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de La Défense
voir sur la carte de La Défense
Red pog.svg

Les tours Hermitage est le nom d'un projet de gratte-ciel mixte situé, à Courbevoie dans le quartier d'affaires de La Défense (Hauts-de-Seine, France), composé de deux tours jumelles de 323 mètres. Le chantier devrait débuter à l'automne 2015 et sa réalisation est prévue à l'horizon 2020.

En 2008, à cause d'un désaccord, l'architecte Jacques Ferrier et le groupe immobilier russe Hermitage Immobilier décident de cesser leur collaboration[3]. Le projet est, par la suite, confié à l'architecte britannique Norman Foster[4] qui présente le nouveau programme le 11 mars 2009, durant le MIPIM (Marché international des professionnels de l'immobilier) qui se tenait à Cannes[5]. Le 8 mars 2012, lors du MIPIM à Cannes, le PDG du groupe Hermitage annonce l'obtention du permis de construire. La date d'achèvement des travaux est désormais envisagée pour fin 2020[6].

L'architecte a volontairement désiré ne pas dépasser le symbole parisien par excellence, la Tour Eiffel, en construisant des tours de 323 mètres, contre 324 mètres depuis 2005 avec l'antenne de la TNT pour la Tour Eiffel.

Présentation[modifier | modifier le code]

Née de la collaboration du groupe Hermitage en tant que promoteur–investisseur, de Foster & Partners, l’architecte, et de LERA International, l’ingénieur, Hermitage Plaza sera composé de deux tours offrant une mixité d’usages inédite en Europe[réf. nécessaire]. Elles visent la certification BREEAM mention "Excellent".

Les deux tours Hermitage Plaza s'inscrivent dans le Plan de Renouveau de la défense (2006-2020). Une première tour, haute de 86 étages, doit accueillir un hôtel cinq étoiles, un centre de thalassothérapie et des appartements panoramiques. Une seconde tour, haute de 85 étages, doit abriter des bureaux et des appartements. Elles s'élèveront au-dessus d'un socle aménagé en place publique bordée de magasins, de boutiques, de restaurants et de cafés.

La livraison est prévue pour 2020. Un protocole intentionnel, préalable au permis de construire, a été signé entre Hermitage et l'EPAD le 19 juin 2010 à Saint-Pétersbourg en présence des présidents Dmitry Medvedev et Nicolas Sarkozy[7].

Les tours seront construites à l'emplacement actuel de la résidence des Damiers (immeubles Infra, Anjou et Bretagne). La démolition de ces immeubles devait démarrer en 2012, sous condition du relogement des locataires des Damiers. En novembre 2010, 60 % des locataires étaient déjà relogés[réf. nécessaire].

Suite à un article paru dans Le Canard enchaîné du 10 décembre 2014, le groupe Hermitage réagit et publie un communiqué de presse sur l'état d'avancement du projet[8], qui confirme implicitement que les travaux de démolition n'ont toujours pas débuté.

Selon plusieurs articles, le début du chantier serait programmé pour l'automne 2015, permettant ainsi une livraison du complexe en 2020[9].

Oppositions au projet[modifier | modifier le code]

Une quarantaine de riverains de la résidence s'opposent à la construction de ces tours et se sont organisés en association, Vivre à la Défense, ralentissant le début des travaux. Elle mène une bataille juridique[10] contre le propriétaire et dénonce des irrégularités juridiques, par exemple dans certains contrats du propriétaire actuel.

Le promoteur Emin Iskenderov a assigné l'association, en raison de harcèlement juridique et du coût né du retard des travaux, qu'il estime à 8 millions d'euros. Il avait proposé 5 000 euros d'indemnité et la prise en charge du déménagement à certains anciens locataires des Damiers (plusieurs ont accepté)[11].

En mai 2015, sur les 250 familles qui devaient être relogées, moins de 20 sont toujours sur place. Emin Iskenderov les accuse de rester afin de « toucher le gros lot » et de vouloir « le chèque de leur vie » et déclare songer à l'expulsion[9].

Une mixité poussée[modifier | modifier le code]

Le programme prévoit :

  • des logements haut de gamme ;
  • un hôtel 5 étoiles de 201 chambres ;
  • des restaurants ;
  • des bureaux ;
  • des commerces ;
  • deux grands auditoriums ;
  • une salle polyvalente de concerts de 1300 places;
  • une galerie d'art ;
  • deux spas avec piscines.

Répartition de la surface SHON du projet[7] :

  • Logements (dont une résidence étudiante) = 170 000 m2 ;
  • Hôtel = 40 000 m2
  • Bureaux = 40 000 m2
  • Commerces et équipements = 30 000 m2

Cette mixité est une première pour un bâtiment de cette dimension à La Défense, en France et en Europe.

Financement[modifier | modifier le code]

Selon le PDG du Groupe Hermitage, Emine Iskenderov, la construction des tours jumelles est estimée à 2 milliards d'euros. Le financement de la construction se répartit comme suit :

  • 250 à 300 millions d'euros par le promoteur Hermitage
  • 700 millions d'euros d'emprunt aux banques
  • 1 milliard d'euros lié à la commercialisation du bâtiment pendant la construction[12].

Le prix de vente estimé par Hermitage est de 12 000 €/m2[13].

Mise en œuvre du projet[modifier | modifier le code]

La procédure d'enquêtes publiques est ouverte du 12 septembre 2011 au 12 octobre 2011[14]. Elle précise que les permis de construire vont porter sur :

  • d’un immeuble de très grande hauteur (ITGH) de 320 mètres NGF, Hermitage Plaza Sud, immeuble à usage principal d’habitation comprenant des logements, un hôtel et des services associés, d’une surface hors œuvre nette nouvelle de plancher de 111 823 m2, situé quai du Président Paul Doumer, passage de Seine, square Vivaldi, Défense 1 à COURBEVOIE (92400). Cette demande est présentée par la SNC HP SUD Residential et la SNC HP SUD Hôtel, représentées par Monsieur Emin ISKENDEROV, 1-3 avenue Marceau, 75116 PARIS ;
  • d’un immeuble de très grande hauteur (ITGH) de 320 mètres NGF, Hermitage Plaza Est, immeuble à usage principal d’habitation comprenant des logements, des bureaux et des services associés, d’une surface hors œuvre nette nouvelle de plancher de 106 178 m2, situé place Napoléon 1er, quai Paul Doumer, Défense 1 à COURBEVOIE (92400). Cette demande est présentée par la SNC HP EST Residential, la SCI HP EST Bureaux et la SCI HP EST Activity, représentées par Monsieur Emin ISKENDEROV, 1-3 avenue Marceau, 75116 PARIS ;
  • des bâtiments Hermitage Plaza Ouest, immeubles à usage principal de commerces comprenant commerces, bureaux, galerie d’art, auditorium, logements étudiants et services associés, d’une surface hors œuvre nette nouvelle de plancher de 41 211 m2, situés place des Saisons, voie de l’Ancre, Défense 1 à COURBEVOIE (92400). Cette demande est présentée par la SNC HP OUEST Bureaux, la SCI HP Retail and Art, la SCI HP Campus, la SCI HP Parkings, la SCI HP EDC, la SCI HP EST Bureaux, la SNC HP SUD Residential, la SNC HP EST Residential, la SNC HP Sud Hôtel et la SCI HP EST Actvity, représentées par Monsieur Emin ISKENDEROV, 1-3 avenue Marceau, 75116 PARIS.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Programme du MIPIM 2009 ».
  2. L'affichage municipal de la mairie de Courbevoie annonçant l'enquête publique préalable à l'obtention du permis de construire fait état de deux tours de 349 m. Cf. l'avis sur le site de la mairie de Courbevoie, consulté le 30 août 2011.
  3. http://www.lemoniteur.fr/143-immobilier/article/actualite/516133-la-tour-hermitage-de-jacques-ferrier-ne-verra-pas-le-jour, consulté le 11 février 2015.
  4. Gurvan Le Guellec, « La Défense: Au tour de Foster ! » dans Le Nouvel Observateur [lire en ligne (page consultée le 26 novembre 2008)].
  5. La vie immobilière, « N. Foster relance les tours Hermitage à La Défense »,‎ (consulté le 12 mars 2009).
  6. « Le promoteur de l'Hermitage Plaza réaffirme la poursuite du projet », sur batiactu.fr,‎ (consulté le 13 mars 2015)
  7. a et b EPAD, « Communiqué de presse de l'EPAD »,‎
  8. http://www.businessimmo.com/contents/52346/hermitage-reagit-a-l-article-du-canard-enchaine-les-russes-gachent-pour-2-mds-de-beton-a-la-defense, consulté le 11 février 2015.
  9. a et b lefigaro.fr, « Le chantier des tours géantes de La Défense pourrait démarrer dès cet automne »,‎
  10. Page Nos actions en Justice sur le blog de l'association Vivre à la Défense.
  11. Les résistants du quartier de la Défense, émission Sept à Huit du 4 décembre 2011, site web de rattrapage vidéo de TF1.
  12. Le Parisien, « Tours Hermitage : c’est signé ! »,‎
  13. Le Figaro, « Hermitage construirait deux tours géantes à la Défense »,‎
  14. (fr) « Enquêtes publiques Hermitage Plaza », sur www.ville-courbevoie.fr,‎ (consulté le 7 septembre 2011)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]