Tour Signal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Signal.
Tour Signal
Illustration.
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Ville Puteaux
Quartier La Défense
Coordonnées 48° 53′ 29″ N 2° 14′ 01″ E / 48.891499, 2.23363648° 53′ 29″ Nord 2° 14′ 01″ Est / 48.891499, 2.233636  
Histoire
Architecte(s) Jean Nouvel
Statut Projet abandonné en 2010
Usage(s) Logements
Bureaux
Commerces
Hôtel
Architecture
Hauteur de l'antenne -
Hauteur du toit 301 mètres
Nombre d'étages 71
Superficie 140 000 m2
Géolocalisation

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Tour Signal

Géolocalisation sur la carte : Paris et la petite couronne

(Voir situation sur carte : Paris et la petite couronne)
Tour Signal

Géolocalisation sur la carte : La Défense

(Voir situation sur carte : La Défense)
Tour Signal

La tour Signal, qui a remporté le concours du même nom, était un projet conçu par l'architecte français Jean Nouvel de gratte-ciel mixte situé dans le quartier d'affaires de La Défense, à l'ouest de Paris. La réalisation de ce projet, longtemps incertaine[1], s'est finalement révélée impossible, l'EPAD ayant annoncé en mars 2010, au MIPIM, que le délai contractuellement imparti pour la signature de la promesse de vente des droits à construire était expiré. L'architecte a toutefois affirmé que le projet serait construit une fois la crise économique dissipée, si toutefois il trouve un investisseur.

Emplacement[modifier | modifier le code]

La tour aurait dû être située au sud-ouest de la Grande Arche (à gauche lorsque l'on regarde cette dernière depuis le parvis, la tour Phare, autre projet de tour de très grande hauteur devant se situer, elle, à droite de l'Arche). La tour Signal devait être construite au-dessus de l'échangeur de la Demi-Lune sur le boulevard circulaire[2], entre les tours Pacific, KPMG, le centre commercial des Quatre Temps et l'immeuble Kupka, sur la commune de Puteaux, à proximité de Nanterre.

Afin de ne pas brider les projets, le choix de l'emplacement sur le site de la Défense avait été laissé aux équipes candidates[2]. Lors de l'annonce du choix, le président du jury Patrick Devedjian, président du conseil général des Hauts-de-Seine et de l'EPAD a ainsi indiqué que « certains projets "malheureux" auront certainement un avenir à La Défense »[3]. Le promoteur Hermitage soutenant le projet de Jacques Ferrier d'une tour en "H" d'une hauteur prévue de 309 mètres a ainsi indiqué vouloir maintenir son projet sur le site de la Défense, en bord de Seine à Courbevoie[3].

Histoire du projet[modifier | modifier le code]

L'EPAD, établissement chargé de l'aménagement de La Défense, à la suite d'un appel à projets en juillet 2007, a sélectionné 18 équipes "architectes/investisseurs" parmi les 30 équipes ayant fait acte de candidature mi-novembre 2007.

Voici les 18 équipes sélectionnées lors de la première sélection (société d’architecture / investisseur / promoteur / sous-traitant):

Voici les 5 projets finalistes présentés officiellement le 11 mars 2008:

Le jury a retenu le 27 mai 2008 le projet présenté par Ateliers Jean Nouvel / Medea / Layetana Desarollos Immobiliarios[4].

Fin 2009, le projet est en pause, les investisseurs Medea et Layatena s'étant retiré du projet pour cause de difficultés financières[5] et la maire de Puteaux et nouvelle présidente de l'EPAD Joëlle Ceccaldi-Raynaud étant opposée au projet tel qu'il était présenté[6]. Le 18 mars 2010, à l'occasion du MIPIM (Marché international des professionnels de l’immobilier), elle confirme que Jean Nouvel a renoncé au projet, faute d'investisseurs[7]. Le jour même, l'architecte dément les propos de la présidente de l'EPAD et affirme dans un communiqué que le projet « se réalisera quand la crise se dissipera »[8].

Le projet a finalement été abandonné en novembre 2010[9]. Dix ans après la Tour sans fins, c'est la seconde fois qu'un projet de Jean Nouvel est abandonné à La Défense.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Avec les tours Hermitage Plaza, Generali et Phare, la tour Signal aurait été l'une des plus hautes tours de la Défense et de France avec 301 mètres et 71 étages. À titre de comparaison, la tour Eiffel s'élève à 324 mètres avec son antenne. Parallélépipédique, elle aurait été composée de quatre cubes superposés, clairement identifiables de l'extérieur, et aurait offert une superficie totale de 140 000 m2[10]. Le volume le plus bas devait contenir des commerces et des restaurants (10 000 m2), ainsi que des équipements publics (8 000 m2). Le second volume était dédié aux bureaux (50 000 m2), le troisième devait abriter un hôtel (39 000 m2 pour 333 chambres) et le dernier des appartements (33 000 m2). 20 000 personnes auraient pu y vivre ou y travailler[10].

La tour devait être réalisée en béton avec une façade en verre et en acier inoxydable. Chacun des quatre grands volumes devait être percé par une grande loggia colorée. Ces larges atriums auraient permis l'entrée de la lumière du jour et favorisé la ventilation. L'architecte Jean Nouvel présentait ces quatre loggias comme des espaces publics en hauteur, composés de plates-formes et accueillant des activités favorisant les échanges entre les occupants de la tour. Grâce à une combinaison de panneaux solaires, d'éoliennes et de miroirs intégrés aux fenêtres, la tour Signal, selon Jean Nouvel, n'aurait pas dépassé les 50 kWh par mètre carré et par an de consommation énergétique[10].

À l'origine, la présence d'un écran géant rotatif était présent au sommet de la tour, celui-ci a finalement été abandonné juste après la désignation du projet comme lauréat[11].

Son coût était estimé à 600 millions d'euros[10]. Les investisseurs était Medea, Layetana et Desarollos. Son achèvement était prévu pour 2013 - 2015.

Critiques[modifier | modifier le code]

Joëlle Ceccaldi-Raynaud, la maire UMP de Puteaux, commune sur laquelle la tour doit être construite et qui, comme membre du jury, n'avait pas voté pour ce projet, le critique sévèrement, le qualifiant de « Donjon », « retour au Moyen Âge » et de « monolithe qui écrase tout »[12] et dénonce les appartements situés en très grande hauteur et l'absence de mixité sociale[12]. Elle demande à Jean Nouvel de « revoir sa copie »[12] et menace sinon de retarder le projet, plusieurs étapes avant sa construction devant passer par les services de sa ville[12].

Joëlle Ceccaldi-Raynaud a depuis succédé à Patrick Devedjian à la présidence de l'EPAD et, dans ses nouvelles fonctions, elle maintient son opposition à cette tour qui, selon elle, « ressemble à un bloc monolithique »[6].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La Défense : Incertitudes autour de la construction de la tour Signal de La Défense », sur l site du magazine Le Point, Le Point,‎ 18 mars 2010 (consulté le 18 avril 2011)
  2. a et b Sur le site officiel de la tour.
  3. a et b (fr) AFP, « Tour Signal: un recalé tient à son projet », sur le site du quotidien Le Figaro, Le Figaro,‎ 28 mai 2008 (consulté le 18 avril 2011)
  4. (fr) Clément Ghys, « Jean Nouvel signalé à la Défense », sur www.liberation.fr, Libération,‎ 2008-05-2828 mai 2008 (consulté le 2008-05-2929 mai 2008)
  5. « La tour Signal de Jean Nouvel », sur le site linternaute.com de la société Benchmark Group (consulté le 18 avril 2011)
  6. a et b Jean-Philippe Defawe, « Quel avenir pour la tour Signal ? », sur Le site lemoniteur.fr, un site du réseau Groupe Moniteur Construction,‎ 2009-12-077 décembre 2009 (consulté le 18 avril 2011)
  7. « La Défense : Nouvel ne bâtira pas "Signal" », sur le site du quotidien Le Figaro, Le Figaro,‎ 2010-03-1818 mars 2010 (consulté le 18 avril 2011)
  8. « La Défense : La tour Signal "se réalisera" (Nouvel) », sur le site du quotidien Le Figaro, Le Figaro,‎ 2010-03-1818 mars 2010 (consulté le 18 avril 2011)
  9. Christophe Grébert, « Jean Nouvel abandonne définitivement le projet de tour Signal à La Défense (Hauts-de-Seine) », sur Le blog de Christophe Grébert, un Putéolien qui a décidé de résiste,‎ 2010-11-088 novembre 2010 (consulté le 18 avril 2011)
  10. a, b, c et d (fr) Keren Lentschner, « À la Défense, la tour Signal sera conçue par Jean Nouvel », sur le site du quotidien Le Figaro, Le Figaro,‎ 2008-05-2828 mai 2008 (consulté le 18 avril 2011)
  11. (fr) Frédéric Edelmann, « Jean Nouvel lauréat de la future tour Signal à la Défense », Le Monde,‎ 2008-05-2727 mai 2008 (consulté le 2008-05-2929 mai 2008) : « Le projet [...] dominé par le principe cher à l'architecte de l'écran animé, est scandé par de hauts atriums aux orientations et à la luminosité changeantes. »
  12. a, b, c et d (fr) AP, « Tour Signal : le maire UMP de Puteaux fustige le projet de Jean Nouvel », Le Moniteur,‎ 2008-05-2929 mai 2008 (consulté le 2008-05-2929 mai 2008) .