Grontmij

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Grontmij NV

Description de l'image  Grontmij_Logo.svg.
Création 1915
Fondateurs Doedo Veenhuizen
Action Euronext : GRONTMIJ
Slogan Planning Connecting Respecting the Future
Siège social Drapeau des Pays-Bas De Bilt (Pays-Bas)
Direction Michiel Jaski[réf. nécessaire]
Activité Ingénierie
Filiales Carl Bro, Ginger Groupe
Effectif 11 000 (2011)
Site web www.grontmij.com
Chiffre d’affaires 2010 : en augmentation 921,7 millions
2010 : en diminution 17,3 millions
Publicité pour Grontmij dans le NRC Handelsblad du 8 juillet 1916.

Grontmij est un bureau d'études et de conseil en ingénierie néerlandais, fondé en 1915 à Zwolle par Doedo Veenhuizen. Deux ans plus tard, le bureau d'études devient une société par actions.

Les débuts[modifier | modifier le code]

Initialement, le bureau d'études se spécialise dans la valorisation des friches non cultivées et dans la lutte contre les inondations. C'est à cette époque que la société prend le nom de GRONTMIJ, acronyme de GRondverbetering- en ONTginningMaatschappIJ (Société - Maatshappij - pour l'Amélioration - Verbetering - et la Valorisation - Ontginning - des Terres - Grond). Grontmij, tout d'abord écrit en majuscules car issu d'une abréviation, fut par la suite écrit en minuscules, car cela coûtait moins cher lors de l'envoi de télégrammes.

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Actuellement, la société est active dans les domaines de la construction, des infrastructures, de l'environnement, de l'écologie, de l'archéologie, de l'eau, de l'industrie et de l'énergie. En termes de personnel, Grontmij est le troisième bureau d'études d'ingénierie des Pays-Bas. Grontmij est organisé de manière décentralisé, avec de nombreuses implantations régionales. Son siège est basé à De Bilt. En Belgique, Grontmij s'est d'abord implanté sous le nom de Belgroma, où il participe entre autres au sein du Tijdelijke Vereniging SAM à la réalisation de la liaison Oosterweel au sein du Plan Directeur d'Anvers. Par la suite, Grontmij s'est agrandi en s'implantant ou en rachetant des bureaux d'études locaux dans de nombreux pays européens, dont le Danemark, l'Allemagne, la Suède, le Royaume-Uni, l'Irlande et la Pologne.

En 2006, Grontmij rachète le plus gros bureau d'études scandinave Carl Bro. Avec un chiffre d'affaires de 846 millions d'euros et environ 8 000 personnes, Grontmij devient alors le cinquième plus gros bureau d'études européen (en termes de chiffre d'affaires). En août 2010, la politique d'investissement de Grontmij lui fait racheter le bureau d'études français Ginger Groupe, lui adjoignant ainsi une filiale française comptant plus de 3 000 personnes.

Concernant sa filiale française, la marque Ginger disparaît le 26 avril 2013, la société étant rebaptisée Grontmij France[1]. La volonté annoncée de sa direction est de développer en France son activité en infrastructures de transports et en développement durable, mais également de développer son activité à l'export — Algérie, Tunisie, Arabie saoudite, Russie — où Ginger était déjà implantée. De nouvelles acquisitions sont en outre envisagées par Grontmij à partir de septembre 2013[2].

Le 16 juillet 2013, Grontmij annonce avoir vendu cette activité française de sondages et contrôles géotechniques et dans le bâtiment pour un montant de 67 millions d'euros, à un groupe d'investisseurs rassemblés autour du fonds d'investissement Siparex. Les autres acheteurs sont Bpifrance Investissement, Cathay Capital et BNP Paribas Développement[3],[4].

Chiffre d'affaires et résultat[modifier | modifier le code]

Année Chiffre d'affaires (M€) Résultat net (M€)
2010 en augmentation 921,7 en diminution 17,3
2009 en diminution 799,8 en diminution 20,4
2008 en augmentation 844,5 en augmentation 38,8
2007 en augmentation 768,0 en augmentation 32,7
2006 en augmentation 533,9 en augmentation 22,1
2005 en diminution 435,2 en augmentation 13,2
2004 en diminution 472,9 en augmentation 11,4
2003 en diminution 481,5 en diminution 4,9
2002 en diminution 495,3 en augmentation 13,9

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Grontmij, l’ingénierie au service du développement durable., Urban Attitude, 9 juillet 2013
  2. Thaïs Brouck, « Ingénierie : Ginger devient Grontmij France », Le Moniteur, no 5709,‎ 26 avril 2013, p. 20 (ISSN 0026-9700, lire en ligne)
  3. 16 juil. 2013 | Grontmij annonce la signature d’un accord de cession des activités françaises liées à l’Expertise], Site officiel de Grontmij, 16 juillet 2013
  4. Le néerlandais Grontmij cède des activités en France, Les Echos, 16 juillet 2013

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]