Georgios Kaphantaris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Georgios Kaphantaris
Γεώργιος Καφαντάρης
Georgios Kaphantaris
Georgios Kaphantaris
Fonctions
114e Premier ministre grec
19 février 192412 mars 1924
Monarque Georges II
Prédécesseur Eleftherios Venizelos
Successeur Alexandros Papanastasiou
Biographie
Date de naissance 13 octobre 1873
Lieu de naissance Fraguista (en), Eurytanie, Grèce
Date de décès 28 août 1946
Lieu de décès Drapeau de la Grèce Athènes, Grèce
Nationalité Grecque
Parti politique Parti progressiste-libéral
Profession Avocat
Religion Christianisme orthodoxe (Église de Grèce)

Georgios Kaphantaris
Premiers ministres grecs

Georgios Kaphantaris (en grec moderne: Γεώργιος Καφαντάρης, parfois écrit Kafantaris ou Kafandaris), né à Anatoli Fraguista (el) dans le nome d'Eurytanie le 13 octobre 1873 et mort le 28 août 1946, est un homme politique grec.

Il fait sa carrière dans un barreau de province, débutant dans l'étude de Dimitrios Rallis, dont il demande la mort en 1919, alors qu'il est commissaire du gouvernement lors du procès intenté au cabinet (el) Skouloudis. En 1917, après la première abdication du roi Constantin Ier, le jeune député qu'il est prononce à la Chambre un discours dans lequel il demande la réduction des prérogatives royales. Après ce discours qui impressionna fort l'opinion publique, il est nommé ministre de l'agriculture (en) du gouvernement (el) Venizélos, et reste titulaire de ce portefeuille jusqu'en 1920. Mais il entre en désaccord avec Venizélos à propos de la tenue d'élections législatives alors que l'armée grecque est impliquée en Asie mineure. Avec la défaite du parti libéral de Venizélos aux élections, Kaphantaris quitte le pays pour la France et l'Italie. Après la défaite, en 1922, dans la guerre gréco-turque, il est nommé ministre de la justice (en). En 1924, Venizélos démissionne pour raisons de santé et désigne Kaphantaris comme son successeur. Kaphantaris devient alors Premier ministre. Il propose l'organisation d'un plébiscite pour l'abolition de la monarchie. Mais au sein même du gouvernement, il a contre lui Alexandros Papanastasiou et Pangalos qui disposent du soutien de la grande majorité des officiers dans l'armée ; il est contraint de démissionner à peine un mois après le début de son mandat. Il s'oppose à la dictature de Pangalos. Lorsque ce dernier est renversé, Kaphantaris est nommé plusieurs fois ministre des finances.

Les critiques de Vénizélos en 1927-1928 contre le gouvernement auquel appartient Kaphantaris poussent le Ministre des finances, alors chef du parti des Progressistes-Libéraux, à la démission et donc à celle de tout le gouvernement. Les élections qui suivent, le 9 avril 1928, au scrutin majoritaire, donnent à Venizélos 223 des 300 sièges[1].

Il participe au coup d'État manqué du 1er mars 1935, qui précipite la dictature de Ioánnis Metaxás. Condamné à plusieurs années de prison, Kaphantaris est rapidement gracié[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. A. Vacalopoulos, Histoire de la Grèce moderne., Horvath, 1975. (ISBN 2717100571), p. 239.
  2. A. Vacalopoulos, Histoire de la Grèce moderne., p. 254.